mercredi 05 aot 2020 05:33:58

M. Sellal en visite de travail aujourd’hui à Mila : La petite wilaya devenue capitale de l’eau

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Mila, où il visitera plusieurs projets et réalisations dans le cadre de l’exécution du programme du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. M. Sellal sera accompagné d'une importante délégation ministérielle.

PUBLIE LE : 14-02-2014 | 23:00
D.R

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectuera aujourd’hui une visite d’inspection et de travail dans la wilaya de Mila, où il visitera  plusieurs projets et réalisations dans le cadre de l’exécution du programme  du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.  M. Sellal sera accompagné d'une importante délégation ministérielle.  Il se rendra à Chelghoum Laïd où il lancera la mise en fonction d’une unité  de recyclage de plastique, au chef-lieu de wilaya et inspectera les chantiers  de réalisation de 200 places pédagogiques et d’une résidence universitaire de 1.000 lits.  Dans la commune de Grarem Gouga, M. Sellal prendra part à la cérémonie d’inauguration du nouveau pôle urbain,  il se rendra également sur le site de  construction de 100 logements publics locatifs et de 50 logements de même type, destinés à la résorption de l’habitat précaire, avant de visiter le projet de  765 logements sociaux participatifs, dont l’inscription remonte à 2009. De retour à Mila, le Premier ministre procédera à l’inauguration du complexe historique, de la stèle du moudjahid Abdelhafid Boussouf et visitera  également le cimetière des martyrs. La visite de M. Sellal dans la wilaya de Mila sera clôturée à la maison de la culture, où il devra rencontrer les élus et cadres de cette wilaya, une réunion devant être élargie aux représentants de la société civile, pour les écouter et prendre connaissance de leurs préoccupations.

La wilaya de Mila, qui s’est lancée avec résolution  dans une bataille de développement dont elle commence à cueillir les fruits, se caractérise par de grandes réalisations dont le barrage de Beni-Haroun, le plus grand du pays, n’est pas la moindre.                    

Capitale de l’eau et de la verdure
L’on ne peut, en effet, évoquer aujourd’hui la wilaya de Mila sans que vienne  à l’esprit le barrage de Beni-Haroun, le plus important ouvrage hydraulique jamais construit depuis l’indépendance.           
La "mer de Mila" comme se plaisent à l’appeler les habitants de cette  région qui s’apprête à accueillir, aujourd’hui, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, emmagasine, en ce début d’année 2014, près d’un milliard de mètres cubes d’eau.           
Les grands transferts en travaux à partir de ce barrage en direction  des wilayas d’Oum El Bouaghi, de Batna et de Khenchela permettront de booster davantage l’agriculture dans tout le nord-est algérien grâce à une irrigation  abondante. Dans le cadre de ces transferts hydrauliques, la commune de Teleghma,  au sud de la wilaya de Mila, bénéficiera d’un périmètre d’irrigation de près de 5.000 hectares.           
Optimistes, les agriculteurs de Teleghma et des communes environnantes, comme Oued Segene et Oued Athmania considèrent le projet comme un "stimulant à la diversification de la production agricole dans ces zones fertiles".  Les agriculteurs aspirent à développer la culture de pommes de terre,  de carottes, d’ail et autres légumes avec l’extension des superficies irriguées par la mise en exploitation du système de transferts hydrauliques, affirment  des fellahs de ces régions.
 Ils estiment également que l’augmentation des capacités de stockage  des produits agricoles et la promotion des investissements dans le secteur de  l’agroalimentaire, sont une "valeur ajoutée" pour un secteur névralgique où Mila entend bien se distinguer. Autour de la "mer de Mila" le cadre de vie des 800.000 habitants de cette wilaya s’améliore à vue d’œil et le progrès est visible dans cette wilaya du nord-est du pays "coincée" entre six wilayas (Sétif, Jijel, Skikda, Constantine, Batna, Oum El Bouaghi et Sétif).           
De plus, le barrage de Beni Haroun impulse et promeut l'aquaculture et permet le développement d'activités de loisirs autour du plan d'eau comme le démontre l’organisation régulière de régates et diverses autres compétitions nautiques.       

Mila, une wilaya agricole aux atouts en quête de valorisation
Véritable grenier de la région, les terres fertiles et généreuses de Mila ont encore une fois été au rendez-vous, en 2013, avec une production de deux millions de quintaux de blé. Une performance qui conforte la position de Mila au plan national.
Dans les zones montagneuses, les divers projets de développement rural  ont favorisé le développement de l’arboriculture fruitière qui totalise une  superficie de 12.000 hectares, dont 10.000 hectares d’oliveraies ayant produit, la saison écoulée, 80.000 quintaux d’olives. D’autres filières agricoles dévoilent des signes d’une croissance qui vont crescendo, à l’instar de la filière laitière qui a produit, l’année dernière, 109 millions de litres, dont 35 millions collectés et acheminés vers des unités  de transformation publiques et privées.          
Les prouesses de l’aviculture enregistrent aussi une courbe ascendante avec pas moins de 187.000 tonnes de viandes blanches et une activité avicole performante avec 138 millions d’œufs produits.
A ce potentiel agricole certain, les efforts s’orientent à Mila vers l’investissement productif dont la concrétisation a commencé avec le projet  de réalisation d’une deuxième zone industrielle de 247 hectares à Chelghoum-Laïd. Sur la même lancée, le comité d'Assistance à la localisation et à la  promotion de l’investissement et de la régulation du foncier (CALPIREF) a validé 176 projets dans les secteurs industriel, agricole et touristique.  Dans le domaine du tourisme, précisément, l’objectif est d’exploiter  les atouts d’une ville au patrimoine archéologique, historique et culturel riche et diversifié.          
Dans ce contexte, l’augmentation des capacités d’accueil et l’impulsion  du tourisme thermal figurent dans la plan d’action visant à faire de cette région une destination touristique.  
 
Le gaz de ville est devenu "gaz de campagne" à Mila            
Le gaz naturel, jadis "un luxe" dont ne bénéficiaient que quelques privilégiés  dans des quartiers de Mila et de Chelghoum-Laïd est aujourd’hui, à la faveur  d’investissements colossaux, à la portée de tous. Le taux de couverture a atteint,  en ce début de 2014, les 62 %, et touche des douars et des mechtas parmi les  plus reculées et les zones montagneuses.          
Au point de faire dire à un habitant de la localité de Ferdjioua que  ce "n’est plus le gaz de ville mais le gaz de la campagne".          
Tout cela fait que les préoccupations de la population de cette wilaya  n’ont plus trait ni au gaz, ni à l’électrification, ni même au logement au regard  des importants programmes d’habitat en cours, mais plutôt - signe des temps - du déploiement du réseau de l’internet et de l’amélioration du débit.             

Des attentes en matière de désenclavement             
Bien qu’occupant une position de carrefour entre six wilayas, Mila, selon un  document des services de la wilaya, demeure "une wilaya enclavée". Une situation qui nécessite l’amélioration de son ouverture et de son intégration au plan régional et national.           
Des efforts considérables ont été déployés en la matière : doublement  et modernisation des réseaux routiers desservant Mila, réalisation d’un échangeur sur les hauteurs de la commune de Tassadane Heddada, à l’extrême nord de la wilaya, et multiplication des actions d’entretien des axes secondaires, en plus du lancement attendu pour les prochains jours de la pénétrante autoroutière  devant relier, via Mila, le port de Djendjen à la wilaya de Sétif.           
Cependant, estime-t-on ici, c’est le chemin de fer qui serait de nature  à ouvrir de nouvelles perspectives de développement, d’autant que trois projets d’intensification de la voie ferrée entre Mila et El Milia (Jijel), Mila à Sétif et Mila-Chelghoum Laïd sont jugés "envisageables", par les services de la  wilaya.         
 C’est dire la volonté d’ouverture de cette région vers d’autres horizons.

Un grand carrefour régional

Reportée de deux jours, suite au crash de l’avion Hercules C 130 à Oum El Bouaghi, la visite du Premier ministre, qui se rendra aujourd’hui à Mila, lui permettra, ainsi qu’aux ministres qui l’accompagneront, de s’enquérir sur l’état d’avancement des projets en cours de réalisation ou en voie de lancement.
Ces infrastructures, aussi nombreuses que diversifiées, s’inscrivent dans le sillage du programme d’investissements publics initié par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. M. Sellal, qui s’apprête à clôturer le cycle de ses visites de travail à travers le territoire, aura à prendre connaissance de la situation dans laquelle se trouvent les projets de développement dans cette wilaya. Il procédera, également, au lancement de nouvelles réalisations avant de se consacrer, en fin de journée, à sa traditionnelle consultation avec les élus, la société civile, le mouvement associatif. Fidèle à sa démarche consistant à impulser positivement le développement local, M. Sellal sera à l’écoute des citoyens, et leur expliquera la détermination des pouvoirs publics à prendre des mesures susceptibles d’apporter des résultats tangibles. Il y a lieu de préciser que la wilaya de Mila, constituée de 32 communes, se caractérise par un relief varié et présente deux grandes zones distinctes : au nord, des montagnes et des collines, au sud, les plaines et les hauts plateaux.
Le tourisme thermal compte parmi les richesses que les autorités locales, assistées par le gouvernement, comptent mettre en valeur à travers, notamment, l’accompagnement des investisseurs. L’Etat a réservé pas moins de 12 milliards de dinars pour la rénovation de 8 stations thermales à l’échelle nationale, dont 2 dans la wilaya de Mila, plus exactement à S’mara dans la localité de Telaghma. Dix autres stations thermales feront bientôt l’objet d’extension et de rénovation, vu l’engouement constaté pour ces lieux, dans l’optique d’améliorer les prestations de service.
L’alimentation en eau potable figurera aussi parmi les points que les responsables locaux auront à débattre avec M. Sellal. Dans cette optique, une opération d’urgence dans le cadre du projet stratégique de transfert d’eau du barrage de Béni Haroun est inscrite pour alimenter six millions d’habitants dans la partie est du pays et l’irrigation de plus de 40.000 hectares de terres agricoles.
D’autres secteurs, à l’image de la santé, de l’enseignement supérieur, de l’agriculture, ainsi que des travaux publics seront au menu. La wilaya de Mila en train de se transformer en véritable carrefour des wilayas de l’Est et ce, grâce aux innombrables efforts qui y sont consentis aussi bien stratégiques que vitaux.
Fouad Irnatene

Renforcement de l’infrastructure de base et de l’AEP  parmi les préoccupations majeures

Le renforcement du réseau routier reliant la wilaya  de Mila aux six wilayas limitrophes, la réalisation d’une ligne ferroviaire  et l’alimentation de toutes les communes à partir du barrage de Béni Haroun,  figurent parmi les préoccupations majeures devant être exprimées à l’occasion  de la visite de travail prévue samedi, à Mila par le premier ministre, Abdelmalek  Sellal, a indiqué vendredi le wali, M. Abderrahmane Kadid.          
Dans un entretien à l’APS, le chef de l’exécutif local a déclaré que  cette wilaya qui a enregistré des réalisations importantes, notamment dans les  secteurs de l’agriculture et de l’habitat, ambitionne de poursuivre ce rythme  de développement en renforçant son infrastructure de base et en offrant davantage  de commodités aux citoyens, alimentation en eau et en gaz naturel, en milieu  rural notamment.          
La promotion du centre universitaire ouvert en 2008 figure également  parmi les attentes des habitants de cette wilaya connue pour être l’un des importants  du patrimoine culturel arabo-musulman, ainsi qu’un centre de rayonnement culturel  et spirituel.          
Sur le plan économique, M. Kadid a relevé que des efforts considérables  ont été déployés pour renforcer l’infrastructure industrielle de cette wilaya  qui dispose de deux zones industrielles d’une superficie globale de 457 ha et  de 15 zones d’activité totalisant une superficie de près de 167 ha.  Une cellule de suivi et d’accompagnement des projets d’investissement  a été créée par  le CALPIREF, présidée par le wali, a été installée pour résorber les lenteurs administratives entravant l’avancement des projets d’investissements,  a encore souligné M. Kadid, précisant que depuis 2011 à ce jour, près de 180  projets d’investissement importants ont été validés par le CALPIREF.          
Ces projets d’investissement devront offrir 10.700 postes d’emplois,  a estimé le wali, faisant part d’un important projet en cours pour la réalisation  à Oued Athmania d’un grand marché de gros de fruits et légume parmi huit autres  existant à l’échelle nationale.          
De 2000 à 2014, la wilaya de Mila a bénéficié d’un programme de réalisation  de 51.000 logements tous segments confondus, a-t-il rappelé, précisant que sur  un quota de 32.000 logements accordé durant la période 2010- 2014, plus de 14.000  sont en voie de lancement.          
Faisant part d’un projet de réalisation d’un pôle urbain intégré dans  la région de Marachou (ville de Mila), M. Kadid a annoncé l’inscription au profit  de cette wilaya de 3.500 unités AADL et plus d’un millier de logements publics  locatifs LPL.           
Insistant sur le volet communication pour mener à bien et appuyer toutes  les entreprises de développement, le wali a instruit tous les responsables d’exécutif  de profiter de ces supports modernes, pour mieux s’imprégner des véritables  préoccupations des citoyens.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions