mardi 25 septembre 2018 03:08:09

Sellal appelle à la création d’une organisation africaine de la police « AFRIPOL »

Le général major Hamel plaide pour la création d’un mécanisme de coopération des polices africaines

PUBLIE LE : 11-02-2014 | 0:00
D.R

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a appelé lundi à Alger à la création de l'organisation africaine de la police «Afripol» pour une meilleure coordination entre les pays africains en matière de sécurité.    

M. Sellal a précisé dans une allocution d'ouverture de la conférence africaine des directeurs et inspecteurs généraux de police que la création d'Afripol est «plus qu'une nécessité», affirmant qu'il était temps pour l'Afrique de prendre en charge ses problèmes sans recourir à l'autre». Le continent africain, a-t-il ajouté, est confronté à de multiples problèmes dont le crime transfrontalier, la contrebande, le trafic de drogue ainsi que toutes les formes de violence, ce qui implique de conjuguer les efforts  et de coordonner les actions pour lutter contre ces fléaux. Il a ajouté que l'Algérie «soutient» le projet de création d'Afripol  qui sera débattu lors de la réunion des dirigeants africains en juillet prochain à Malabo (Guinée équatoriale), soulignant son importance pour l'Afrique qui assiste, a-t-il dit, à un nouveau type de développements, «la consécration de la démocratie» qui ne peut être réalisée sans la sécurité et la stabilité.   Les travaux de la conférence africaine des directeurs et inspecteurs généraux de police, organisée par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), ont débuté lundi avec la participation de 40 pays, outre l'Union africaine  (UA) et Interpol.  Cette conférence de deux jours permettra aux chefs de police africains d'approfondir les discussions et concertations autour des questions policières, en vue d'examiner les meilleures approches permettant de conjuguer les efforts et coordonner leur action opérationnelle à même de renforcer les jalons de la coopération policière au niveau du continent africain.  
Elle permettra également aux chefs de la police du continent de se concerter davantage sur les voies et moyens visant à renforcer la convergence des perceptions et stratégies.
L'objectif de cette rencontre consiste, en outre, à promouvoir les capacités des pays du continent dans les domaines de la formation et de vulgarisation des meilleures pratiques en termes d'investigations et d'échange d'informations et d'expériences, en vue de répondre efficacement aux défis et menaces auxquels font face les institutions policières des pays africains, notamment, en matière de criminalité organisée transnationale, de trafic illicite de drogue, de cybercriminalité et de terrorisme.

Pour une meilleure coordination des efforts en matière de sécurité

«Il est grand temps que le continent africain s’occupe de ses problèmes et doit les résoudre définitivement sans recourir aux institutions étrangères et pour cela nous voulons le plus rapidement possible créer une entité policière africaine commune pour assurer fortement la stabilité et la sécurité dans tout le continent.
«L’Afrique doit se réapproprier le règlement des conflits dans le continent», a souligné le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors de l’ouverture des travaux de la Conférence africaine des directeurs et inspecteurs généraux de police, hier à l’hôtel El Aurassi, à l'initiative de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), en vue de se concerter autour des questions liées à la coopération policière au niveau continental.
«Cette nouvelle institution sera dotée de tous les moyens nécessaires pour assurer ses missions dans de bonnes conditions, elle sera connue sous l’appellation d’AFRIPOL», a-t-il expliqué en présence du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, du directeur général de la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel, du Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, Smail Chergui, ainsi que du général major, commandant de la Gendarmerie nationale Ahmed Bousteila. «AFRIPOL sera créée très prochainement et l’Algérie de son côté soutiendra fortement la concrétisation de ce projet très important pour l’ensemble des pays du continent, un projet de cette envergure est primordial», a précisé le Premier ministre Abdelmalek Sellal, «un organisme africain qui fera la promotion de la coopération policière entre les pays africains», ajoutera-t-il. Indiquant que cet instrument intervient dans le cadre de l’Union Africaine qui selon lui, «devient une réalité forte». il est important de mettre en exergue le fait qu’il n’ «y a pas de démocratie dans n’importe quel pays sans sécurité et stabilité», dira Abdelmalek Sellal devant une assistance nombreuse. Cette rencontre d’envergure continentale, rappelons le, a été organisée suite aux recommandations adoptées par les représentants des polices africaines lors de la Conférence régionale d’Interpol (CRI), tenue à Oran en septembre dernier, et aux discussions qui ont eu lieu entre les chefs de police africains lors de la 82e Assemblée générale d’Interpol, organisée en octobre de la même année à Carthagène (Colombie) et à laquelle a pris part la police algérienne, sous la conduite du directeur général de la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel.

-----------------------------------

Abdelghani Hamel : «Nécessité pour le continent africain de se doter de sa propre institution policière»
De son côté le patron de la police algérienne le général major, Abdelghani Hamel a mis l’accent sur «la nécessité de doter le continent africain d’une institution policière forte et efficace pour lutter contre toutes les facettes de la criminalité qui ne connait point de frontière», a précisé le DGSN, Abdelghani Hamel.
Et d’ajouter qu’«il est plus que jamais nécessaire de mettre sur pays ce projet important surtout lorsque l’on sait que les pays africains sont fortement menacés aujourd’hui par la criminalité transfrontalière, la cybercriminalité, le trafic de drogue, le trafic d’armes et le terrorisme international ».
 «AFRIPOL, aura aussi pour mission de promouvoir leurs capacités dans les domaines de la formation et de vulgarisation des meilleures pratiques en termes d’investigations, d’expertises et d’échanges d’informations et d’expériences», a déclaré le DGSN.
Selon le premier responsable de la police algérienne, «cet échange sera une nouvelle arme pour répondre efficacement aux défis et menaces auxquels font face les institutions policières des pays africains».
Il assure que Afripol qui inscrit son action dans la lutte contre les organisations criminelles développera une vision commune et une approche intégrée et cela dans le respect des droits de l’homme.
Il s’agira aussi, explique Abdelghani Hamel de «promouvoir le partenariat entre les polices africaines pour combattre efficacement le phénomène de crimes organisés et de terrorisme et de relever les défis sécuritaire actuels et à venir» a indiqué le patron de la police.
Il faut signaler que cette conférence permettra aux chefs de police africains d’«approfondir les discussions et concertations autour des questions policières, en vue d’examiner les meilleures approches permettant de conjuguer les efforts et coordonner leur action opérationnelle à même de renforcer les jalons de la coopération policière au niveau du continent africain», a précisé la DGSN.
Elle sera également une occasion pour les chefs de la police du continent de «se concerter davantage sur les voies et moyens visant à renforcer la convergence des perceptions et stratégies», selon la même institution.
 Par ailleurs, il y a lieu de signaler que cette manifestation est «soutenue» et «saluée» par le comité technique spécialisé sur la défense, la sûreté et la sécurité (CTDSS) de l’Union africaine (UA) dans sa 7e réunion tenue à Addis-Abeba, et approuvée par les chefs d’Etat et de gouvernement lors de la 22e session ordinaire de l’UA tenue à Addis Abeba en janvier dernier.
Les travaux de la conférence se sont poursuivis, hier dans l’après midi à huis-clos et seront clôturés aujourd’hui.
Mohamed Mendaci

-----------------------------------

Le général major Hamel plaide pour la création d'un mécanisme de coopération des polices africaines
Le directeur général de la Sûreté nationale, le général major, Abdelghani Hamel, a plaidé hier à Alger pour l’«approfondissement» de la coopération entre les polices africaines, à travers la création du mécanisme  Afripol, en vue de faire face aux défis sécuritaires auxquels est confronté le continent africain.           
Dans une allocution devant des directeurs et inspecteurs généraux de police du continent qui prennent part à la conférence africaine, le général major Hamel, a fait part du «soutien permanent» de l'Algérie à la concrétisation du projet de création d'un tel mécanisme, dont «la pertinence, a-t-il dit, se résume aux enjeux sécuritaires non seulement en Afrique mais également par rapport aux autres continents».           
Il a souligné, à cet égard, que cette rencontre constitue une opportunité pour franchir une nouvelle étape dans la consolidation et le développement de la coopération entre les institutions policières africaines face aux menaces dont est confrontée l'Afrique, «particulièrement celles liées au terrorisme, le trafic illicite de drogue, la criminalité organisée et la cybercriminalité».          
«Face aux défis communs que posent l'insécurité, la criminalité   transnationale, et le terrorisme», il a insisté sur la nécessité d'œuvrer,  non seulement à «consolider» les acquis de la coopération policière, mais également à se mobiliser davantage pour répondre «plus efficacement» à ces menaces.           Le directeur général de la Sûreté nationale a également souligné la nécessité de «l'appropriation des processus de règlement des conflits sur le continent africain» et à ce que «l'Afrique privilégie des solutions africaines aux problèmes africains».  Il a ajouté qu'une dynamique panafricaine mobilisatrice des énergies des institutions policières africaines «sera en mesure de promouvoir les relations entres les polices africaines et développer le partenariat avec les autres continents», affirmant qu'Afripol sera le «cadre approprié» pour donner  forme à cette dynamique et «traduire notre volonté de lutter collectivement contre le terrorisme et la criminalité organisée».           
Les travaux de la conférence africaine des directeurs et inspecteurs généraux de police, organisée par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), ont débuté lundi avec la participation d'une quarantaine de pays ainsi  que l'Union africaine (UA) et Interpol.         

-----------------------------------

Le commissaire a la Paix et a la Securite de l'Union africaine, Smail Chergui :
« L'Afripol contribuera à l'instauration de la paix et de la sécurité en Afrique »
Le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union  africaine, Smail Chergui, a assuré, hier à Alger, que la mise en place d'un mécanisme  africain de police (Afripol) contribuera certainement à l'instauration de la  sécurité et de la paix dans le continent africain.         "Afripol contribuera à l'instauration de la paix et de la sécurité en Afrique, a souligné M. Chergui en marge du congrès africain des directeurs et  inspecteurs généraux de la police, saluant les efforts de l'Algérie dans ce sens notamment en organisant ce congrès.        
L'Afripol, un mécanisme relevant de l'UA, œuvrera à la coordination des efforts et au soutien de l'action des missions de paix et de sécurité de  l'UA déployées en Afrique sur les plans militaire et sécuritaire.          
Intervenant lors du congrès, M. Chergui a affirmé qu'Afripol constituera à l'avenir un mécanisme de coordination entre les organismes de police africains face au crime organisé transnational.          
Elle constituera également une "base continentale de communication, de concertation, de coopération et de coordination" dans toutes les affaires de la police africaine.          
Il a rappelé la signature en 2001 d'un mémorandum entre l'UA et Interpol visant à "définir les canaux idoines de communication, d'échange d'informations et de vues entre les deux parties".          
Le plan stratégique de l'UA (2013-2017) repose sur la "création d'un système de paix et de sécurité qui dote le continent des capacités nécessaires pour relever les défis qui se posent en la matière et consolider la complémentarité à laquelle les peuples et dirigeants africains aspirent", a-t-il rappelé.          
Les organismes de la police africaine ont assumé un rôle important au sein de toutes les missions de paix et de sécurité relevant de l'UA, notamment  à travers leur présence dans la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM),  la mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad), la force africaine en Centrafrique (Misca) et d'autres missions de l'ONU, a encore souligné M. Chergui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions