mardi 15 octobre 2019 22:41:54

Formation professionnelle : M. Bedoui appelle à l’activation des commissions communales chargées de l’apprentissage

De nouvelles filières pour s’adapter au marché

PUBLIE LE : 10-02-2014 | 23:00
D.R

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement  professionnels, Nouredine Bedoui, a appelé, hier depuis El-Oued, à l’activation des commissions chargées de l’apprentissage au niveau des communes.

“Il appartient aujourd’hui d’activer les commissions communales chargées  du dossier de l’apprentissage, en tant que mécanisme de choix pour l’identification de spécialités de formation en adéquation avec les besoins du marché local de  l’emploi", a indiqué le ministre en marge de sa visite d’une série de structures de formation dans cette wilaya.  Il a appelé les présidents des assemblées populaires communale, qui  président ces commissions, à contribuer efficacement à la dynamisation de leur rôle de proposition de spécialités de formation qui répondent véritablement aux besoins du marché de l’emploi au niveau local.
Le ministre a inspecté le centre de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA-2) d’El-Oued, qui compte 462 stagiaires répartis entre la formation résidentielle  et l’apprentissage, et a visité les structures concernées par l’opération de réhabilitation dont a bénéficié l’établissement dans le cadre du programme quinquennal  2010-2014. M. Bedoui a inauguré, en outre, le projet de CFPA de Taksebt, au chef-lieu de wilaya, d’une capacité d’accueil de 300 places pédagogiques et de 60  lits, et composé de 8 salles de cours, 5 salles spécialisées, une bibliothèque,  un espace d’Internet et 5 ateliers, selon sa fiche technique.  
Le CFPA de la commune de Hassani Abdelkrim (15 km à l’est d’El-Oued),  ouvert en 2010 et qui compte 358 stagiaires, a été l’autre étape de visite du  ministre qui s’y est enquis des conditions de formation, avant de visiter.          
Le ministre a, par la suite, procédé a l’occasion à une opération de reboisement dans une exploitation agricole privée, dans la commune de Hassi-Khelifa,  avant de visiter le projet de CFPA de la commune frontalière de Taleb-Larbi (80 km à l’est d’El-Oued). Au CFPA de Reguiba a été organisée une cérémonie de signature de conventions entre cet établissement et des partenaires économiques locaux, des exploitants agricoles et des entrepreneurs, portant sur la formation par apprentissage de jeunes dans les segments de l’arboriculture fruitière, les maraîchages et la  céréaliculture, en plus de métiers liés au bâtiment. Le ministre a annoncé, lors de cette visite, l’octroi en faveur de la  wilaya d’El-Oued d’un projet d’institut national spécialisé dans l’agriculture, au regard de sa vocation agricole par excellence. Le ministre a inspecté auparavant le projet d’un institut national spécialisé de la formation professionnelle (INSFP) dans la commune de Djamaâ  (115 km à l’ouest d’El-Oued), d’une capacité de 300 places pédagogiques et 120  lits et devant être réceptionné en novembre prochain, selon sa fiche technique.
M. Nouredine Bedoui a procédé aussi à la mise en service d’un CFPA  dans la commune de Sidi-Amrane, d’une capacité de 300 places et 60 lits. Le ministre poursuivra aujourd’hui sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya, par une cérémonie de signature de conventions avec des opérateurs et des partenaires économiques de la région, avant de présider une réunion de travail avec les cadres du secteur, en présence des responsables locaux des  organismes de soutien à l’emploi.
APS

--------------------------------

De nouvelles filières pour s’adapter au marché
Parmi les nouveautés de cette rentrée figurent des formations en énergie solaire, télécommunications, élevage, forage, hygiène et sécurité industrielle. Le secteur de la formation professionnelle vient de s’étoffer de nouvelles spécialités introduites au sein de sa nomenclature, qui vont être lancées dès la prochaine rentrée qui est programmée pour le 2 mars 2014.
Ces nouvelles filières vont devoir répondre aux attentes des stagiaires qui les ont souvent sollicités et impatiemment  attendus, à savoir, les créneaux de l’élevage, mines et carrières ainsi que l’énergie solaire (l’installation des panneaux solaires),  la broderie, le béton armé,  la réparation des téléphones portables et la maintenance des équipements de télécommunications.
Ce sont  toutes les  branches qui vont être proposées prochainement au niveau des  centres de formation professionnelle. L'apprentissage connaît un essor  à travers les wilayas de par le nombre important de stagiaires formés au sein des CFPA, un nombre qui progresse d’année en année.
Ces nouvelles spécialités dont l’introduction obéit, selon la direction de l’enseignement et de la formation professionnels, à la stratégie du secteur sous-tendent une politique qui consacre « davantage de place au développement du partenariat avec le secteur économique visant à accompagner le développement de l’économie, notamment à travers de nouvelles activités par le biais d’une  offre de formation adaptée aux besoins des entreprises créatrices d’emploi pour les jeunes ».
A titre d’exemple, la direction de l’enseignement et de la formation professionnels de la wilaya de Tipasa prévoit l’ouverture de 6.992 nouveaux postes de formation, tous modes confondus, à travers ses 19 établissements constitués de 14 CFPA, 4 annexes et un institut supérieur de la formation professionnelle (ISFP). Concernant l’élevage, les CFPA de Ham’r El Aïn et de Bourkika ont ouvert des spécialités dans les métiers de vacher trayeur et l’élevage bovin, ovin, caprin et avicole. Dans le domaine des mines et carrières, les même CFPA vont dispenser des formations de Boutefeu, de manœuvre des mines et carrières, de démineur ainsi que de mécaniciens réparateurs d’engins miniers.
Parmi l’offre de formation globale proposée pour cette rentrée, 1.975 postes de formation concernent la formation résidentielle, 1.586 PF en formation par apprentissage, tandis que 1.450 autres postes sont exclusivement destinés pour la femme au foyer. C’est aussi le cas pour la wilaya de Mostaganem, dont la nouvelle rentrée sera marquée par l’introduction de quatre nouvelles spécialités en l’occurrence, la broderie, le béton armé, l’installation des panneaux solaires, la réparation des téléphones portables et la maintenance des équipements de télécommunications, au profil de 1.500 stagiaires en formation résidentielle, de 1.820 autres pour l’apprentissage, de 510 apprentis en cours du soir, de120 en formation en mode « passerelle »,   de 620 pour les femmes au foyer, de 300 en milieu rural, de  480 en formation qualifiante et 125 en milieu carcéral. 
En matière d’apprentissage, la prochaine rentrée à la wilaya de Tébessa sera marquée par l’ouverture de filières « répondant aux besoins du marché local », comme le BTPH (bâtiment-travaux publics-hydraulique), l’agriculture, les mines, la menuiserie générale et l’électricité-bâtiment.
 Par contre le mode de formation par apprentissage se taille la « part du lion » des postes offerts, avec 850 places pédagogiques, suivi de la formation résidentielle (150 postes).

La percée du solaire
Par ailleurs, le CDER  (centre de développement des énergies renouvelables) fait savoir que dans le but d’introduire une nouvelle filière dans le programme d’enseignement de la formation professionnelle, consacrée à l’énergie solaire, l’Institut national de la formation et de l’enseignement professionnels (INFEP) a mis en place des commissions chargées d’élaborer des programmes de formation destinés aux établissements de son secteur.
 Le CDER a désigné deux chercheurs pour faire partie de ces commissions, notamment pour contribuer à l’homologation du programme en vue d’obtenir le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) en « Installation des panneaux solaires photovoltaïques et thermiques » et le programme concernant le brevet de technicien (BT) en « installation et maintenance des systèmes solaires photovoltaïques et thermiques ». Dans cette dernière spécialité, le CFPA de Bou-Ismail offre une formation d’installateur de panneaux solaires photovoltaïques et thermiques. Selon le CDER, la formation de technicien en installation et maintenance des systèmes solaires photovoltaïques et thermiques doit faire l’objet d’une formation séparée. La formation en photovoltaïque nécessite plus de connaissances en électricité et en chimie et la formation en thermique nécessite plus de connaissances en chaleur, en énergétique et des connaissances en hydraulique (la notion de perte de charges doit être maîtrisée pour permettre une bonne fluidité de l’eau chaude dans les siphons). Cette formation, de l’avis du CDER, doit déboucher sur deux diplômes différents : l’un de technicien en installation et maintenance des systèmes solaires photovoltaïques et l’autre de technicien en installation et maintenance des systèmes solaires thermique.
Kafia Ait Allouache

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions