mardi 21 janvier 2020 02:32:54

Insolite : Lapin ou lièvre un poisson toxique fait débat

Lièvre ou lapin, choix toxique

PUBLIE LE : 10-02-2014 | 0:00
D.R

Lapin ou lièvre ? C’est la grande question qui fait débat actuellement dans les milieux des pêcheurs algériens qui ont ramené la semaine dernière dans leurs filets quelques spécimens de Lagocephalus, un poisson impropre à la consommation, qui a récemment colonisé certaines régions de la Méditerranée. La première alerte est venue des côtes ténésiennes, au nord-ouest de la wilaya de Chlef, lorsque des pêcheurs des villages de Sidi Abderrahmane et de La Marsa avaient ramené dans leurs filets deux spécimens de cette espèce de poisson. Quelques jours après, des prises de Lagocephalus sont effectuées dans plusieurs parties du littoral, notamment à Skikda, Annaba. Peu connue jusque-là, ce poisson a finit par attirer autant la curiosité que la méfiance des milieux de la pêche artisanale. «Au début, on était un peu étonné de rencontrer ce type de poisson, rare sur nos côtes», affirme Mustapha Fardjallah, président de la Chambre de pêche de la wilaya de Chlef. Le nombre pêché de cette nouvelle espèce de poisson herbivore «est minime pour le moment. Nous ne savons pas exactement quel est son nombre et ses habitats, sur notre côte», ajoute M. Fardjallah. «Pour en savoir plus, il faudrait attendre le retour du redoux, vers la mi-mai, lorsque les petits métiers vont à nouveau sortir en mer en nombre, pour connaître si ce type de poisson est nombreux sur notre littoral, ou s’il ne fait que passer», explique- t-il dans un entretien téléphonique avec l’APS. Dans une première réaction à l’apparition de ce poisson rare sur les côtes algériennes, mais déjà largement connu en Méditerranée orientale où il est consommé, le CNRDPA a affirmé qu’il s’agit du Lagocephalus, ou poisson lièvre. Mohamed Etsouri, chercheur au CNRDPA, a affirmé à l’APS que cette espèce de poisson est endémique à la Mare Nostrum, mais que son «comportement, par rapport à son milieu naturel est peu connu. Il est apparu récemment en quantité plus importante que d’habitude sur les côtes de Annaba, Jijel et Chlef».

 Lièvre ou lapin, choix toxique
 Confondu avec le poisson lapin, qui se divise en deux espèces ( Siganus luridus et Siganus rivulatus), et que les moyen-orientaux appellent «Arnab» (lapin), le Lagocephalus Sceleratus est une espèce «invasive», qui a colonisé depuis quelques années la Méditerranée, selon des observations de scientifiques algériens du CNRDPA et du laboratoire de bioressources marines d’Annaba. Les prises de cette espèce dite «exotique», car non originaire de la Méditerranée, se sont multipliées ces derniers jours, au point de susciter les interrogations de la communauté scientifique et des pécheurs sur sa probable prolifération sur les côtes algériennes. Également appelé Tétrodon, le Lagocephalus sceleratus serait arrivé depuis peu en Méditerranée, selon des observations de scientifiques. Et, tout comme les deux espèces de «poisson lapin», il est impropre à la consommation. Mieux, il serait même mortel, car ses viscères et sa peau sont riches en tétrodotoxine, une toxine mortelle. Plusieurs décès ont été observés en Israël, au Liban, en Syrie, en Turquie et en Grèce, après consommation de ce poisson herbivore très toxique. Le ministère de la pêche et des ressources halieutiques a d’ailleurs diffusé un «warning» à toutes les pêcheries du pays et en direction des consommateurs sur la dangerosité de sa consommation. Par contre, les deux genres de poisson lapin, deux grands herbivores, communs en Méditerranée orientale (Liban, Palestine, Égypte, etc.), s’ils sont comestibles, il provoquent néanmoins des effets hallucinogènes, comme la Saupe, qui peuple la Méditerranée. Le danger que ces deux espèces font peser sur la faune locale est qu’elles sont devenues envahissantes en se posant comme concurrentes directes du seul grand herbivore de la Méditerranée, la saupe, qui, elle aussi, provoque des effets hallucinogènes lorsqu’elle est consommée directement après la cuisson. Originaire des Océans Indien et Pacifique, le Siganus luridus a été pour la première fois identifié en Méditerranée en 1956. Son expansion géographique vers l’Ouest est cependant assez récente, les premiers spécimens ont été capturés en Tunisie en 1971. Dans plusieurs ports et abris de pêche algériens, l’alerte est donnée : qu’il soit lièvre ou lapin, Siganus et Lagocephalus sont tous les deux toxiques. Pis, ils menacent directement la seule grande espèce herbivore marine de Méditerranée: la bonne et vieille saupe, qui, servie impérativement froide et à l’escabèche (ou scabèche), ne procure qu’un vrai plaisir de palais.
APS

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions