lundi 19 novembre 2018 09:16:47

ASO : Stade Mohamed Boumezrag de Chlef : un danger pour les joueurs ?

Lors du match CRB-ASO comptant pour la 17e journée du championnat de ligue 1 professionnelle, de nombreux joueurs manquaient à l’appel côté chélifien et pas des moindres.

PUBLIE LE : 10-02-2014 | 0:00
D.R

Lors du match CRB-ASO comptant pour la 17e journée du championnat de ligue 1 professionnelle, de nombreux joueurs manquaient à l’appel côté chélifien et pas des moindres. Ainsi, les Daham, Zaoui, Zaouche, Tedjar et Salah n’ont pas joué et leur absence s’est clairement ressentie au sein du Onze chélifien, qui n’était que l’ombre de lui-même lors de ce match, au vu de leur poids au sein de l’équipe chélifienne. Lorsque nous avons voulu en connaître les raisons auprès du président des Lions du Chellif, Abdelkrim Medaouar, ce dernier a parlé de joueurs blessés. Il a été relayé à la fin de la rencontre par l’entraîneur de l’ASO, Meziane Ighil. Ce dernier est allé encore plus loin en affirmant aux médias : «Notre équipe a joué amoindrie de plusieurs titulaires face au CRB. La raison est simple, ils se sont blessés à cause de l’état catastrophique du tartan du stade Mohamed-Boumezrag de Chlef, où l’équipe s’entraîne et joue ses matches de championnat. Ce n’est plus du tartan, nous évoluons sur du béton. C’est franchement déplorable et en même temps cela porte préjudice à la santé des joueurs et à notre équipe, puisque à cause de l’état désastreux de notre terrain, nous comptons de nombreux blessés». Cette déclaration de l’ex-sélectionneur national sonne comme un signal d’alarme destiné aux responsables concernés. Une sorte de rappel pour faire part, des conditions dans lesquelles évolue l’ASO Chlef. La question qui se pose est la suivante : le stade Mohamed-Boumezrag de Chlef, constitue-t-il un danger pour les joueurs ? Cette interrogation est aussi valable pour les joueurs de l’ASO qui s’y entraînent quotidiennement et qui y jouent leurs rencontres de championnat que pour ceux des équipes adverses. Si Meziane Ighil évoque le fait d’évoluer à au stade de Chlef non pas sur du gazon, mais plutôt sur du béton, cela signifie automatiquement, que le terrain du stade Mohamed-Boumezrag ne répond plus aux normes requises.
De ce fait, ne devrait-il pas subir des travaux de pose d’une nouvelle pelouse synthétique dans les plus brefs délais ? Ne devrait-on pas y interdire la programmation de rencontres officielles, jusqu’à la rénovation de la pelouse, avant que ne survienne un drame et qu’on se mette à pleurnicher, alors qu’il serait trop tard ? Des drames sont déjà survenus dans nos enceintes sportives, qui pour la plupart, ne répondent plus aux normes des stades modernes et sont à présent totalement dépassés. On se rappelle le décès tragique de Hocine Gacemi, attaquant des Canaris au stade du 1er novembre de Tizi Ouzou, lors du match JSK-USMAn, il y a quelques années de cela, après avoir cogné sa tête sur un tartan défectueux, où apparaissaient même le bêton à certains endroits ? On ne veut plus que se reproduisent de telles tragédies.  Certes, il n’y a pas que le terrain de l’ASO qui est dans un piteux état, d’autres clubs souffrent du même problème, toutefois, il devient impératif de prendre les mesures qui s’imposent pour prévenir contre un éventuel drame, que personne ne souhaite. Notre but n’est pas que le merveilleux public chélifien soit privé de voir jouer son équipe favorite dans son antre, mais surtout de faire prendre conscience et interpeller les responsables concernés, pour remédier à cette situation.
Certes, la wilaya de Chlef bénéficie d’un projet de construction d’un nouveau stade moderne comme annoncé par le ministre de la Jeunesse et Sports, mais d’ici la beaucoup d’eau coulera sous les ponts. Alors, à bon entendeur…
Mohamed-Amine Azzouz      
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions