mercredi 26 juin 2019 22:17:00

En depit des assurances du ministre de l’Education nationale : L’UNPEF et le CNAPEST veulent reconduire la grève

Malgré les assurances du ministre de l'Education, M. Abdelatif Baba Ahmed, qui a annoncé mercredi dernier à l’EPTV « la prise en charge de la revendication liée à la promotion des enseignants du primaire et du moyen », l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef) et le Conseil national autonome des professeurs d'enseignement secondaire et technique (CNAPEST) ont décidé, jeudi passé, de reconduire la grève entamée il y a près de deux semaines.

PUBLIE LE : 08-02-2014 | 0:00
D.R

Selon le ministre, un travail est en cours pour dégager l'enveloppe financière nécessaire à la couverture de l'impact financier qui découlera de la décision prise pour la promotion des enseignants du primaire et du moyen, a-t-il notamment précisé. M. Baba Ahmed a rappelé dans le même contexte que « les revendications relatives au logement et la prime du Sud ont été prises en charge bien qu'elles ne relèvent pas des prérogatives du ministère de l'Education ». « Une instruction a été donnée à tous les établissements éducatifs pour obliger les enseignants grévistes à rester en classe pour surveiller les élèves qui sont sous la responsabilité de l'école », a rappelé le ministre.
Concernant le rattrapage des cours, le ministre a mis en avant « la possibilité de les rattraper durant les vacances de printemps », relevant que « le retard ne dépasse pas le taux de 10% à l'échelle nationale avec un pic de 30% dans certains établissements ».
Sur un autre plan et selon des sources proches du secteur, le ministère de l'Education nationale procédera vers la fin du mois prochain à la préparation d’un planning concernant les cours dispensés au profit des élèves des classes d’examen notamment ceux relevant de la troisième année secondaire. Afin de bien  mener l’opération, le ministère à chargé les inspecteurs de matières de suivre de prêt le programme scolaire et sa mise en œuvre sur le terrain.
En tout état de cause le débrayage au niveau du secteur ne peut avoir que des conséquences négatives sur la scolarité des élèves notamment ceux des classes d’examen. Les élèves, censés rester à l’intérieur des établissements même en période de grève, sont livrés à la rue. Pour leur part, les élèves de classe de terminale ne cachent  pas leurs appréhensions.
« La grève est la nouvelle arme que les syndicats brandissent à chaque rentrée scolaire sans tenir compte de son impact psychologique sur nous », ont-ils déploré.          
De leur côté, les associations des parents d’élèves estiment que la grève « n’est pas fondée », pour la simple et pure raison que  les enfants sont pris en otage et sont les victimes de ces agissements irresponsables de la part de certains syndicats qui ont décidé de durcir leur mouvement de protestation au cours de ce deuxième trimestre.
Le rattrapage de ce que les syndicats qualifient d’injustices contenues dans le statut particulier arrive en tête des revendications. La réponse du département de Baba Ahmed est à ce sujet catégorique : pas question de réviser un statut entré en vigueur il y a, à peine, deux ans.
Sarah S.


SNAPEST : poursuite de la grève

Le bureau national du Syndicat national autonome des  professeurs de l'enseignement secondaire et technique (SNAPEST) a décidé hier de reconduire la grève pour la troisième semaine consécutive. Cette décision "intervient sur la base des décisions des assemblées générales des enseignants tenues la semaine dernière, en application des décisions  et recommandations du conseil national lors de sa dernière session et conformément à notre préavis de grève renouvelable déposé auprès de la tutelle", suite à  l'impasse dans le secteur, a précisé le SNAPEST dans un communiqué. Le SNAPEST a ajouté dans son communiqué que "sa grève est légale et  légitime", estimant que "c'est la non-satisfaction de nos revendications qui est illégale". Deux syndicats du secteur ont décidé jeudi dernier de reconduire la grève entamée  il y a près de deux semaines. Il s'agit du Conseil national autonome des professeurs  d'enseignement secondaire et technique (CNAPEST) et de l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (l'UNPEF). Le ministre de l'Education nationale, Abdelatif Baba Ahmed, avait affirmé  mercredi que la revendication relative au droit à la promotion des enseignants des cycles primaire et moyen sera prise en charge, à l'issue d'une réunion mardi entre la tutelle et des représentants de la direction de la Fonction publique. Un travail est en cours pour dégager l'enveloppe financière nécessaire  à la couverture de l'incidence financière qui en découlera, avait-il ajouté.

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions