mardi 25 septembre 2018 18:59:16

Sellal au 22e sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays de l’UA : Capacité africaine de réponse immédiate aux crises

L’Algérie appelle à sa mise en place « dans les plus brefs délais »

PUBLIE LE : 01-02-2014 | 0:00
D.R

L’Algérie réitère son appui à l’initiative de création de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises, a affirmé jeudi à Addis-Abeba  le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui représente le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la 22e session de la Conférence  des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA).

«Cette initiative s’inscrit dans le processus de renforcement de l’architecture de paix et de sécurité en Afrique et témoigne de l’attachement de l’Afrique  au principe de l’appropriation des processus de règlement des conflits sur le  continent », a indiqué M. Sellal dans son intervention sur les questions de paix et de sécurité, lors du sommet de l’UA. « La mobilisation de la part de l’Afrique pour faire valoir des solutions africaines aux problèmes africains ne saurait exonérer la responsabilité du Conseil de sécurité en matière de la paix et de la sécurité internationales »,  a-t-il fait observer.  Le Premier ministre a indiqué, dans ce sens, que l’UA reste mobilisée dans les processus de résolution des situations nées des cas de remise en cause de l’ordre constitutionnel, se félicitant par ailleurs de la réussite des élections à Madagascar. Par ailleurs, intervenant lors d’une réunion consultative au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement de la CARIC tenue jeudi soir en marge de ce sommet, M. Sellal a insisté sur « l’urgence » de mettre en place les structures d’opérationalisation de la Capacité compte tenu des crises et conflits que connaissent certains pays  du continent. La CARIC concerne un groupe restreint de pays de l’UA qui sont au nombre de dix, notamment l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Ethiopie et le Sénégal. Toutefois, cette instance demeure ouverte à tous les pays membres de l’Union.

 L’Algérie favorable à la relance du dialogue intermalien
 
Enchaînant sur la situation sécuritaire prévalant dans plusieurs pays du continent, le Premier ministre a évoqué les « avancées remarquables » dans le rétablissement de la sécurité au Mali et de l’ordre constitutionnel, affirmant  à ce propos que l’Algérie fonde de « grands espoirs » pour l’aboutissement des efforts de relance du dialogue inter-malien. « Un dialogue destiné à prendre en charge les aspirations légitimes des populations du nord du Mali dans le cadre de la préservation de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du Mali », a souligné M. Sellal, précisant que « c’est là le sens des efforts de l’Algérie en faveur du lancement d’un dialogue intermalien».   
S’agissant de la situation au Soudan du Sud, M. Sellal a salué les efforts de l’Initiative de l’autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) pour contribuer à la résolution de cette crise par le dialogue, alors que pour la Centrafrique, il a estimé nécessaire un « surcroît de mobilisation et d’efforts  afin d’éviter une situation irrémédiable.»  

Sous le signe d’une « Afrique renaissante »
 Evoquant le 22e sommet de l’UA, M. Sellal a relevé qu’il coïncide avec  l’entame d’une nouvelle année sous le signe d’une « Afrique renaissante », dont  le présent est fait de « défis immenses, mais aussi d’espoirs pour ses peuples ». Il a ainsi fait référence au projet de stratégie-2063, imprégné de l’esprit ayant animé la célébration du 50e anniversaire de l’OUA/UA, le qualifiant de « témoignage d’une Afrique vivante, renaissante, fière de son passé et maître  de son destin.» « La volonté de l’Afrique de s’imposer dans l’élaboration des stratégies  de développement des Nations unies, à travers l’agenda de développement post-2015, est là aussi un exemple de dynamisme et de vitalité», a encore souligné le Premier  ministre.

Troupes africaines en République centrafricaine Soutien en transport de l’Algérie

L’Algérie apportera un soutien en transport  des troupes africaines en République centrafricaine (RCA), a indiqué le Premier  ministre, Abdelmalek Sellal, représentant du Président de la République, Abdelaziz  Bouteflika, à la 22e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA). « L’Algérie apportera un soutien en transport des troupes africaines de la mission internationale de soutien à la RCA sous conduite africaine (MISCA) », a affirmé M. Sellal lors de son intervention à la réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, tenue mercredi dernier à Addis-Abeba.  Les participants à la réunion du CPS ont appelé aussi à la « nécessité  d’apporter un soutien logistique et financier à la MISCA » en République centrafricaine. L’UA a, d’autre part, adopté deux communiqués sur les situations prévalant respectivement au Soudan du Sud et en Egypte. Pour ce qui est du Soudan du Sud, la réunion du CPS a permis aux participants de se « féliciter » de l’accord de cessation des hostilités signé récemment à  Addis-Abeba, suite à la médiation engagée par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD). S’agissant de l’Egypte, la réunion du CPS a été marquée par un «briefing» sur le rapport du Panel de haut niveau de l’UA pour l’Egypte, présidé par l’ancien président malien Alpha Oumar Konaré. Les participants ont « pris note » de la nouvelle Constitution égyptienne, issue du récent référendum et ont appelé en outre les autorités de ce pays à engager un processus de réconciliation nationale entre toutes les parties.
 

L’Algérie propose de baptiser la salle des conférences de l’UA à Addis-Abeba au nom de Mandela

L’Algérie a fait la proposition aux chefs d’Etat et de gouvernement, réunis jeudi à Addis-Abeba à l’occasion de la 22e session  du sommet de l’Union africaine (UA), de baptiser la grande salle des conférences  située au siège de l’Union au nom de l’une des figures les plus emblématiques  de la lutte africaine pour la liberté, Nelson Mandela. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui représente le Président de  la République, Abdelaziz Bouteflika, à cette session, a été le premier à prendre la parole au début de la séance plénière, après une minute de silence observée  à la mémoire de Nelson Mandela, pour proposer aux membres de l’assemblée générale de baptiser la salle au nom de Mandela, en reconnaissance à son combat. « Il est important que le nom, le renom de l’âme de Mandela, soit toujours présent avec nous ici, afin que dans cette prestigieuse enceinte chacun puisse  constamment honorer la mémoire de Madiba et se nourrir des valeurs avec lesquelles il est identifié », a indiqué M. Sellal dans une courte allocution. « Je suis persuadé, aujourd’hui, que je ne fais qu’exprimer un sentiment  général, celui des chefs d’Etat, de gouvernement et des délégations en proposant de baptiser la salle au nom de Nelson Rolihlahla Mandela », a dit le Premier  ministre. « Mandela est un homme d’exception qui nous laisse un héritage pour lequel  l’Afrique et l’humanité ne seront jamais assez reconnaissantes. Le meilleur hommage de l’Afrique à Nelson Mandela ne pourrait être qu’une fidélité sans  faille aux idéaux qu’il a incarnés », a encore souligné M. Sellal.

Election du président Mohamed Ould Abdelaziz à la tête de l’UA
L’Algérie renouvelle ses félicitations à la Mauritanie

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, représentant  du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la 22e session ordinaire du Sommet des chefs d’Etat de gouvernement de l’Union africaine (UA), a renouvelé hier à Addis-Abeba les félicitations de l’Algérie et du président Bouteflika  à son homologue de Mauritanie, Mohamed Ould Abdelaziz, pour son élection à la présidence de l’UA. « Je vous transmets de nouveau les chaleureuses félicitations du Président  Bouteflika pour l’élection de votre président à la tête de l’UA », a indiqué  M. Sellal dans une déclaration à la Télévision mauritanienne, en marge du Sommet de l’UA.  « Le Président Bouteflika m’a aussi chargé d’assurer son homologue mauritanien du soutien de l’Algérie et de son entière disponibilité à l’accompagner dans l’accomplissement de cette noble mission au service de notre continent », a ajouté  le Premier ministre. « Nous avons beaucoup travaillé pour que le président Mohamed Ould Abdelaziz soit élu », a-t-il affirmé, précisant aussi que cette élection est un « honneur  pour l’Algérie et le Maghreb arabe ».

M. Sellal rencontre plusieurs chefs d’Etat
et de gouvernement 

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a rencontré plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement jeudi  et hier à Addis-Abeba où il représente le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au 22e sommet  de l’Union africaine (UA).  M. Sellal a eu des discussions avec plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement  et a été également salué par ses homologues, lors de la séance de prise de la  photo de famille dans le grand hall de la salle des conférences, juste après  la levée de la séance plénière de la cérémonie d’ouverture du 22e sommet de  l’UA. Le Premier ministre a eu notamment des discussions avec les présidents  sud-africain, Jacob Zuma, soudanais Omar El Bechir, mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz,   tchadien, Idriss Déby, le Djibouti Ismail  Omar Guelleh, le président malien, Ibrahim Boubacar  Keïta. a porté notamment sur la candidature du Mali à la Banque islamique  de développement. M Sellal s’est également entretenu avec son homologue libyen, Ali Zeidan. La rencontre a porté sur la coopération bilatérale dans divers domaines.    
 

Entretien avec le président du Tchad…  
 

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal,  représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au 22e sommet ordinaire des chefs d’Etat de gouvernement de l’Union Africaine, s’est entretenu, jeudi à Addis-Abeba, avec le président de tchadien, Idriss Déby. L’audience s’est déroulée en marge du sommet de l’UA, en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.
 

… et avec le président malien    
 

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal,  représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la 22e session  ordinaire du Sommet des chefs d’Etat de gouvernement de l’Union africaine (UA),  s’est entretenu vendredi à Addis-Abeba, avec le président malien, Ibrahim Boubacar  Keïta.   L’entretien, qui s’est déroulé en marge des travaux du 2ème et dernier  jour du Sommet de l’UA et en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane  Lamamra, a porté notamment sur la candidature du Mali à la Banque islamique  de développement.

Le Premier ministre félicite  le nouveau président de Madagascar

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal, représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au 22e sommet  ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, s’est entretenu,  jeudi à Addis-Abeba, avec le Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina. M. Sellal a félicité à cette occasion M. Rajaonarimampianina, élu président  de son pays la semaine dernière.

M. Sellal quitte Addis-Abeba
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a quitté  Addis-Abeba, hier après avoir pris part en sa qualité de représentant du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à la 22e session ordinaire du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA). Le Premier ministre a également représenté le Président de la République au Sommet du Conseil de paix et de sécurité au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement et au 30e sommet du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).     


Pour des solutions africaines

l Nepad, Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) et hier encore à travers la référence faite par le Conseil de sécurité au mémorandum d’Alger sur le versement des rançons aux terroristes, l’Algérie demeure de par sa démarche et sa vision du monde à l’avant-garde des évènements. Encore une fois, notre pays vient de souligner à Addis-Abeba et par la voix de son Premier ministre M. Abdelmalek Sellal, représentant du Président de la République à la 22e conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine, la nécessité de la mise en place de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises (CARIC). Intervenant lors d’une réunion consultative au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement de la CARIC, M. Sellal  a insisté sur « l’urgence » de mettre en place les structures d’opérationnalisation de la Capacité compte tenu des crises et conflits que connaissent certains pays du continent. Mali, Centrafrique, Somalie, Soudan du Sud, RD Congo et bien d’autres affrontent encore les affres de l’instabilité institutionnelle et des turbulences des guerres civiles, ainsi que de nouvelles menaces telles que le terrorisme et le crime organisé. Dans sa quête d’une paix permanente, condition indiscutable pour un développement durable sur le continent, l’Algérie ne ménage aucun effort, tant du point de vue des idées et propositions, que celui matériel pour concrétiser l’épanouissement de cet ensemble africain auquel nous appartenons et porteur de tant d’espérance. Une adhésion, que le Premier ministre a renouvelé, en soulignant que « l’Algérie  apportera un soutien en transport  des troupes africaines en République centrafricaine (RCA)». Des initiatives qui font partie intégrante du processus de renforcement de l’architecture de paix et de sécurité et que l’Algérie en tant que leader incontesté et incontestable et force émergeante reconnue par les puissants de ce monde, se fait un point d’honneur à renforcer. Déjà, début novembre 2013 à Pretoria en Afrique du Sud, le ministre de la Communication, M. Abdelkader Messahel, avait déclaré que « la création de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises renforcera l’appropriation par l’Afrique de son destin. » Ce mécanisme transitoire, décidé par les chefs d’Etat et de gouvernement en janvier 2013,  en attendant la mise en place et l’opérationnalisation de la Force africaine en attente (FAA), prévue en 2015, permettra à coup sûr de minimiser l’intervention des pays étrangers qui rêvent encore de chasses-gardées d’interventionnisme puisé à travers le prisme d’une passé historique pourtant révolu. Faire valoir des solutions africaines aux problèmes africains dans le cadre onusien hisserai sans aucun doute le continent au diapason des autres ensembles et y fera valoir, encore plus, le vent de réforme qui y souffle depuis quelques années déjà…
M. T.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions