Vieux bâti à Skikda, Tebboune : un plan de réhabilitation sera présenté en février

Un plan de réhabilitation du boulevard Didouche-Mourad au centre de Skikda sera présenté fin février lors d'une rencontre qui regroupera les secteurs concernés, les experts et les représentants de la société civile
PUBLIE LE : 30-01-2014 | 0:00

Un plan de réhabilitation du boulevard Didouche-Mourad au centre de Skikda sera présenté fin février lors d'une rencontre qui regroupera les secteurs concernés, les experts et les représentants de la société  civile, a indiqué, hier à Alger, le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune. Lors d'une réunion consacrée à la réhabilitation du vieux bâti à Skikda, M. Tebboune a ordonné aux responsables de l'Organisme nationale de contrôle  technique des constructions (CTC) de préparer un diagnostic affiné et bien précis sur la situation du boulevard Didouche-Mourad, dit quartier des Arcades, afin de le présenter fin février prochain.         
"Sur la base de cette étude scientifique qui sera établie avec l'utilisation d'un matériel d'expertise innovant, nous allons définir les solutions à prendre en urgence, tout en associant les experts et la société civile", a indiqué le ministre, lors de cette réunion. Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a insisté, samedi dernier lors d'une visite de travail à Skikda, sur la nécessité de trouver une solution "urgente, participative et définitive" au problème du vieux bâti qui a atteint, au centre du chef-lieu de cette wilaya, un degré de vétusté avancé.          
"Une équipe pluridisciplinaire sera désignée prochainement pour réaliser cette étude en utilisant les technologies les plus récentes dans ce domaine", a souligné M. Tebboune, évoquant la possibilité de créer une agence nationale de haute expertise qui serait en mesure de prendre en charge le vieux bâti sur tout le territoire national.          
À cet égard, le ministre a mis l'accent sur la nécessité de tirer profit de l'expérience et du savoir-faire des bureaux d'études étrangers spécialisés  dans le domaine de la réhabilitation du vieux bâti. Le boulevard Didouche-Mourad est le principal axe du centre de Skikda et se situe à la limite du quartier Napolitain, un quartier populaire à forte densité bâti en 1890. La situation dégradée de ses constructions et de ses logements est due essentiellement au phénomène d'écoulement d'eau. La ville de Skikda a été construite sur une cuvette (lit d'oued) caractérisée par des fortes pentes déversant le boulevard Didouche-Mourad.          
"Il est impératif de réhabiliter cet endroit historique, en extrême urgence, afin de préserver son caractère culturel et architectural", a insisté M. Tebboune.

Sauvegarde des villes historiques : 17 plans nationaux
«Il existe 17 plans de sauvegarde de villes historiques du territoire national qui ont été décrétés», a déclaré, hier, sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale, le directeur général de l’Office national de gestion et d’exploitation des biens culturels protégés, Abdelouahab Zekkagh. Ces projets tendent, en fait, à réhabiliter et à sauvegarder nombre de sites et d’édifices historiques.
Parmi ces plans, certains sont achevés, à l’image de ceux de La Casbah d’Alger et de Constantine, indique M. Zekkagh. D’autres plans seront prochainement réalisés, au profit de différentes vieilles villes qui méritent d’avoir cet instrument d’urbanisme.

« Toutes les cartes sont réunies pour sauver La Casbah d’Alger »
Le cœur du démarrage de cette ambitieuse opération était La Casbah d’Alger, laquelle, faut-il le rappeler, a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial à la 16e session du Comité de l’UNESCO (organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), en décembre 1992.
Il convient de signaler, dans ce contexte, que les travaux de réhabilitation de La  Casbah d’Alger poursuivent leur petit bonhomme de chemin. Les travaux d’urgence, dans leurs deux phases — de 2008 et de fin 2011 — sont déjà terminés.
Il faut dire que cette opération d’urgence a touché plus de 717 maisons sur 1.816 de la cité séculaire. Et sur les 700 habitations, 500 qui étaient en décrépitude ont pu être «récupérées».
L’opération a été soutenue par les pouvoirs publics puisque le plan y afférent a été approuvé au Conseil du gouvernement. Aussi, pas moins de 24 milliards de dinars ont été alloués, comme première tranche, aux fins d’entamer la réhabilitation. «Je pense qu’il n’y a pas mieux que cela», affirme l’invité de la rédaction. Et d’ajouter : «Toutes les cartes sont réunies pour sauver La Casbah d’Alger.» Abordant le plan de Constantine, il souligne que celui-ci est «également achevé. Approuvé par l’APW de Constantine, ce plan aura bientôt son décret».

7,5 milliards de DA pour les projets patrimoniaux de Constantine
Les projets patrimoniaux de Constantine ont bénéficié, pour leur part, d’un budget de 7,5 milliards de dinars. Le plan y afférent mettra à contribution, les bureaux d’études qualifiés, nationaux, en partenariat avec des spécialistes étrangers. «Plus de 20 bureaux d’études ont d’ores et déjà été sélectionnés pour les projets du patrimoine.»
Ici, la réhabilitation ne touchera pas le tissu, mais touchera, plutôt, les artères principales, les places, les monuments majeurs, des fondouks, des hammams, des mosquées, des mausolées et tous les édifices publics importants de la ville. «Il s’agit de la vieille ville, de la Médina de Constantine, qui a été divisée en 9 secteurs. Mais il s’agit, également, de l’extra-muros. Nous allons à Massinissa, à El-Khroub, et nous allons rectifier ce qui a été fait en 2004. Nous toucherons aussi Tidis, une ville romaine située plus d’une vingtaine de kilomètres du centre de Constantine. Et nous toucherons, d’autre part, un complexe, en l’occurrence celui de Sidi Mhamed Leghrab.»
Pour rappel, Constantine sera capitale de la culture arabe, en 2015.
Soraya Guemmouri 


EL MOUDJAHID - QUOTIDIEN NATIONAL D'INFORMATION Edité par l'EPE - EURL El MOUDJAHID - 20, Rue de la Liberté - Alger - Algérie
Tél. : +213(0)21737081 - Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com