mercredi 24 juillet 2019 10:41:17

Adoption par l’ONU de la résolution condamnant les enlèvements et les prises d'otages : L’Algérie se félicite

Le gouvernement algérien s'est félicité de l'adoption par le Conseil de sécurité de la résolution "condamnant" les enlèvements et les prises d'otages, a indiqué hier à Alger le ministère des Affaires étrangères.

PUBLIE LE : 30-01-2014 | 0:00

Le gouvernement algérien s'est félicité de l'adoption  par le Conseil de sécurité de la résolution "condamnant" les enlèvements et  les prises d'otages, a indiqué  hier à Alger le ministère des Affaires étrangères.  "Le Gouvernement algérien se félicite de l'adoption le 27 janvier 2014,  par le Conseil de sécurité, de la résolution 2133 qui condamne les enlèvements  et les prises d'otages perpétrés par des groupes terroristes quel qu'en soit  le but, y compris celui d'obtenir des fonds ou des concessions politiques",  précise une déclaration du ministère. Le Conseil de sécurité qui engage les Etats membres et les partenaires  du secteur privé à donner effet aux préconisations de sa résolution, "consacre  la vision du gouvernement algérien qui considère le paiement de rançons aux  groupes terroristes comme une forme de financement du terrorisme devant être   traitée comme telle", souligne la déclaration. Au titre de la résolution 2133, le ministère note qu'"il est attendu que les Etats   membres ainsi que les partenaires du secteur privé, prennent les mesures qui   s'imposent pour donner effet aux prescriptions du Conseil de sécurité".   Il s'agit entre autres "d'interdire de mettre des fonds, avoirs financiers  ou ressources économiques ou autres services connexes directement ou indirectement  à la disposition de personnes qui commettent ou tentent de commettre des actes  de terrorisme et d'empêcher les terroristes de profiter directement ou indirectement  de rançons ou de concessions politiques", explique la déclaration.  Il s'agit également de "se prêter mutuellement la plus grande assistance  à l'occasion d'enquêtes criminelles ou de poursuites pénales relatives au financement  d'actes de terrorisme ou à l'appui à de tels actes ainsi que d'approfondir la  réflexion sur les enlèvements contre rançons en vue de dégager des mesures complémentaires  à adopter au niveau international. Au titre de cette résolution, il est attendu aussi que les partenaires  prennent des mesures pour "tenir une réunion extraordinaire afin de débattre  des mesures visant à empêcher les groupes terroristes de perpétrer des enlèvements  et des prises d'otages en vue d'obtenir des fonds ou des concessions politiques",  est-il souligné dans la déclaration.          L'Algérie, qui n'a cessé "d'appeler l'attention sur la recrudescence  de ce phénomène en Afrique, a déployé des efforts de sensibilisation  auprès de ses partenaires bilatéraux, des Nations unies et des organisations  régionales et internationales en vue du renforcement de la coopération destinée  à enrayer cette activité criminelle".  "Ces efforts ont abouti à la décision de l'Union africaine, en juillet  2009, exhortant la communauté internationale à criminaliser le paiement des  rançons aux groupes terroristes, la résolution 1904 entérinée par le Conseil  de sécurité en décembre 2009, pour appliquer les prescriptions visant le paiement  de rançons aux sanctions contre El Qaida", rappelle la déclaration du ministère.  Ils ont abouti également à la condamnation de la 16e conférence au sommet  des pays Non Alignés, en août 2012, des actes criminels que sont la prise d'otages  accompagnées de demandes de rançons et/ou de concessions politiques, l'adoption  du Mémorandum d'Alger sur les bonnes pratiques en matière de prévention des  enlèvements contre rançons par des terroristes et d'élimination des avantages  qui en découlent, à l'issue de la réunion du Forum Global contre le terrorisme  organisée à Alger, en avril 2012.  La déclaration du ministère note que "la résolution 2133 est de bonne augure  pour les travaux de l'atelier régional consacré à la mise en œuvre des recommandations  du mémorandum d'Alger, qu'organise le centre africain d'études et de recherche  sur le terrorisme, à Alger du 4 au 6 février 2014", a conclu le communiqué.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions