lundi 19 novembre 2018 23:46:08

Maltraitance a l’egard des enfants : Les spécialistes recommandent la prise en charge précoce des victimes

Environ 20% des femmes et 5 à 10% des hommes disent avoir subi des violences sexuelles dans leur enfance, et 23% des personnes déclarent avoir été physiquement maltraitées dans leur enfance, c’est ce qui ressort d’une étude rendue publique par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

PUBLIE LE : 28-01-2014 | 0:00
D.R

Environ 20% des femmes et 5 à 10% des hommes disent avoir subi des violences sexuelles dans leur enfance, et 23% des personnes déclarent avoir été physiquement maltraitées dans leur enfance, c’est ce qui ressort d’une étude rendue publique par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La maltraitance des enfants est un problème universel qui a de graves conséquences, à vie, pour ceux qui en sont victimes. Malgré l'existence de plusieurs études sur ce phénomène sociale, les données font encore défaut pour de nombreux pays. On estime que, chaque année, 34.000 enfants de moins de 15 ans sont victimes d’homicides. Ce chiffre ne rend pas compte de l’ampleur réelle du problème, car une proportion importante des décès dus à des mauvais traitements sont attribués erronément à une chute, des brûlures, la noyade ou d’autres causes. En Algérie, près de 50.000 enfants sont victimes de maltraitance chaque année, selon les estimations de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et du développement de la recherche (FOREM).
Il convient de noter que la maltraitance à l’égard des enfants désigne les violences et la négligence envers toute personne de moins de 18 ans. Elle s’entend de toutes les formes de mauvais traitements physiques et/ou affectifs, de sévices sexuels, de négligence ou de traitement négligent, ou d’exploitation commerciale ou autre, entraînant un préjudice réel ou potentiel pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité, dans le contexte d’une relation de responsabilité, de confiance ou de pouvoir.
Ce fléau, qui représente un véritable problème de société, altère parfois à vie la santé physique et mentale de ceux qui en sont victimes. Au-delà de ses répercussions sur la santé et la société, la maltraitance des enfants a un coût économique, lié notamment aux hospitalisations, au traitement des troubles psychiques, à la protection de l’enfance et aux dépenses de santé à plus long terme.
Selon les spécialistes, la maltraitance entraîne des souffrances pour les enfants et leurs familles et peut avoir des conséquences à long terme. Elle provoque un stress auquel on associe une perturbation du développement précoce du cerveau. Un stress extrême peut affecter le développement du système nerveux et immunitaire. Dès lors, les enfants maltraités, devenus adultes, sont davantage exposés à divers troubles comportementaux, physiques ou psychiques.
Plusieurs facteurs de risque en matière de maltraitance des enfants ont été recensés, dans cette publication. Il s’agit, entre autres, des tensions au sein des familles,  l’isolement par rapport à la communauté ou l’absence d’un réseau de soutien.L’étude a, également, mis le point sur les caractéristiques de l’environnemental ou social de les agresseurs qui sont issus dans la plupart des cas, des milieux défavorisés ou les taux de chômage et de pauvreté sont élevés. Evoquant les différentes méthodes de prévention de la maltraitance des enfants, les auteurs de cette étude, ont insisté sur la prise en charge précoce des victimes. « Plus les interventions auront lieu tôt dans la vie de l’enfant, plus elles seront bénéfiques pour l’enfant lui-même (développement cognitif, compétences comportementales et sociales, réussite scolaire, par exemple) et pour la société (diminution de la délinquance et de la criminalité) » concluent-ils.
Kamélia H.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions