dimanche 05 juillet 2020 02:40:02

Commémoration à Sétif du 150e anniversaire de la création du CICR et du Croissant-rouge : « L’Algérie occupe une place unique dans l’histoire de notre institution »

Torture d’Algériens durant la guerre de libération : Vers la récupération de 50 millions de documents

PUBLIE LE : 27-01-2014 | 0:00
D.R

«L’Algérie est un pays influent dans la région, capable de porter toutes les valeurs humanitaires : nous le constatons dans le conflit du Mali, on le voit aussi dans d’autres processus en cours et je pense que c’est important de continuer à travailler ensemble», devait souligner hier à Sétif, Mme Yasmine Praz Dessimoz, chef des opérations AFNOW_CICR Genève, à l’issue des activités qui ont marqué le 150e anniversaire de la création du comité international de la Croix-Rouge et du Croissant- Rouge. Sous le haut patronage du wali de Sétif qui a procédé à son ouverture, cette rencontre organisée par la direction générale des Archives nationales, avec le Comité international de la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge algériens, et traitant des activités du CICR et du CRA durant la guerre de Libération nationale, s’est tenue en présence du représentant du ministère des Affaires étrangères, Abdelmadjid Chikhi, directeur général des Archives nationales, Mme Yasmine Praz Dessimos, chef des opérations AFNOW-CICR Genève, Abdalah Taoufik, président du Croissant-Rouge algérien, ainsi que M. Bruce Lorenz Biber, chef de la délégation du CICR à Alger, de professeurs et d’historiens. Abdelmadjid Chikhi, directeur général des Archives nationales, reviendra sur la symbolique d’un tel événement, soulignant à cet effet qu’il fallait d’abord présenter à l’opinion publique nationale et internationale, la place de l’Algérie dans les activités du CICR. «Nous sommes l’une des premières organisations révolutionnaires à avoir rejoint le CICR dès le début de notre lutte de Libération, bien que les rapports avec ce comité soient plus anciens. Il reste, poursuit-il, que c’est grâce au CICR en 1955, que la violence de la guerre de Libération a été connue à travers le monde par les rapports envoyés à la presse, particulièrement au journal le Monde. Tout cela a fait connaître la guerre meurtrière qui liquidait le peuple algérien, et le Croissant-Rouge dès sa création a rejoint le CICR et a été un élément très important dans l’application de la politique même du CICR.» Mme Yasmine Praz Dessimos, chef des opérations AFNOW-CICR Genève, mettra en évidence les efforts du Croissant-Rouge algérien et du CICR pendant la guerre d’Algérie pour alléger les souffrances des victimes.
Elle rappellera le principe phare du droit international humanitaire  et la nécessité pour le combattant de ne s’attaquer qu’aux combattants ennemis et épargner toute personne sans défense, soulignant : «Il y a longtemps que les autorités algériennes démontrèrent leur attachement aux principes du droit international humanitaire.
Le CICR aune histoire et des liens intimes avec l’Algérie ; des liens qui remontent à 1853, année au cours de laquelle Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge et précurseur du droit international humanitaire moderne, s’installera à Mons (Djemila, ndlr) dans la wilaya de Sétif. L’Algérie occupe une place unique dans l’histoire de notre institution.»
Abdallah Taoufik, président du Croissant-Rouge algérien, mettra à profit cette rencontre pour rappeler l’œuvre déployée par le Dr Bentahmi au niveau du CICR. Il mettra l’accent sur l’importance des archives et soulignera l’attachement de l’Algérie au droit humanitaire.
 F. Zoghbi

Torture d’Algériens durant la guerre de libération
Vers la récupération de 50 millions de documents
La direction générale des Archives nationales s’emploie, de concert avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à récupérer «50 millions de documents relatifs à la torture d’Algériens dans les prisons et les camps durant la Révolution», a affirmé, hier à Sétif, le directeur des Archives nationales, Abdelmadjid Chikhi. Intervenant au cours d’une journée d’étude organisée à la maison de la Culture Houari-Boumediene, à l’occasion du 150e anniversaire de la fondation du CICR et du Croissant-Rouge algérien (CRA), M. Chikhi a affirmé que cette récupération prendra toutefois «quelque temps». Il a ajouté qu’un accord sera signé en ce sens entre la direction générale des Archives nationales et le CICR. Les documents «mettront davantage de lumière sur des évènements peu connus de cette période», a-t-il noté, soulignant, à ce propos, «le rôle, durant la Révolution, du Comité international de la Croix-Rouge qui avait fait, au début de 1955, +infiltrer+ au journal le Monde, un rapport sur les pratiques de torture d’Algériens à l’intérieur des geôles françaises».

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions