jeudi 20 septembre 2018 08:52:48

Mohamed Tahmi, ministre de la jeunesse et des sports : Vers la réalisation de grandes salles omnisports dans la capitale

Mouvement associatif : Les délégués locaux appelés à encadrer les jeunes

PUBLIE LE : 27-01-2014 | 0:00
Ph. : Louisa

- Une réunion MJS, président de la FAF et présidents de club aura lieu «probablement, le 9 février prochain», souligne M. Tahmi.
- Soutien et accompagnement des clubs professionnels de football.

C’est fait. L’Algérie est championne d’Afrique de handball. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, et après avoir exprimé toute sa joie suite à ce sacre mérité, a rendu hommage au public qu’il qualifiera de magnifique et de «plus grand vainqueur».
S’exprimant sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale, M. Tahmi a souligné que ce triomphe est «peut-être un atout supplémentaire pour avoir plus de sérénité au niveau du handball et au niveau du sport en général».
Pour le ministre, «cette victoire ne doit en aucun cas nous induire en erreur», puisqu’«on est encore loin du véritable haut niveau du handball».
Et d’ajouter : «J’espère que cette victoire va renforcer la stabilité au niveau de la Fédération algérienne de handball.»
Le ministre mettra ensuite en relief l’impérieuse nécessité d’un plan de développement pour l’ensemble des disciplines sportives. «Il faut qu’il y ait un plan de développement pour l’ensemble des disciplines sportives, à travers la politique sportive nationale, et chaque fédération doit avoir son propre plan, spécifique à sa discipline. On s’attelle depuis plusieurs mois à faire en sorte que les fédérations s’impliquent plus dans une politique conforme à la politique sportive nationale. Il faut véritablement avoir une politique et beaucoup travailler pour faire en sorte d’arriver au plus haut niveau», a déclaré M. Tahmi.
À propos des subventions accordées par les pouvoirs publics, le ministre a assuré qu’à ce jour, toutes les disciplines sont financées «totalement et correctement». Tout en concédant que le «football a la part du lion», le ministre a signalé qu’«aujourd’hui, les autres disciplines disposent de moyens suffisants pour pouvoir entamer des politiques sportives de performance».
En somme, «avec les moyens dont on dispose, une bonne gouvernance donnerait de meilleures résultats», a mis en exergue le ministre.
Interrogé sur le montant de ces subventions, le ministre les situera entre 2,5 milliards de centimes jusqu’à 15 milliards de centimes.

L’Algérie candidate à l’organisation de la coupe du monde de handball 2017 des moins de 21 ans
Il convient de signaler, d’autre part, que l’Algérie s'est portée candidate pour l'organisation de la coupe du monde-2017 de handball des moins de 21 ans (U21).
Après l’annonce de cette bonne nouvelle, le ministre a précisé : «Cela fait deux jours qu'on a déposé notre dossier de candidature pour l'accueil de la coupe du monde-2017 de handball des moins de 21 ans. J'estime que nos chances sont grandes pour l'organisation de cet évènement.»
En prévision de cet important événement, M. Tahmi a fait savoir que les travaux de réalisation d'une grande salle omnisports d'une capacité d'accueil de 17.000 places — dont 15.000 places fixes et 2.000 autres amovibles — située à Caroubier (Alger) débuteront au cours de cette année 2014.
«L'enveloppe budgétaire réservée à la réalisation de ce projet est déjà débloquée. On est actuellement en phase de constitution du dossier et des études, mais les travaux devront commencer au cours de cette année 2014», a déclaré le ministre.
M. Tahmi soutient que «l'Algérie a désormais besoin de grandes salles omnisports, après l'engouement extraordinaire qu'a suscité la coupe d'Afrique des nations de handball qui vient de se dérouler chez nous».
«C'est un public en or qui a été pour beaucoup dans cette belle victoire de l'équipe nationale. Son engouement pour les rencontres de la coupe d'Afrique nous motive davantage dans notre politique de relance du sport algérien», a relevé le ministre.
Deux autres salles d'une capacité de 5.000 places chacune seront construites à Douéra et Baraki, a annoncé M. Tahmi. Ces projets ainsi que d'autres s’inscrivent dans le cadre des préparatifs de l'Algérie pour accueillir la coupe du monde de handball des moins de 21 ans.
Côté football, on apprendra que le président de la Fédération algérienne de football  (FAF), Mohamed Raouraoua, ainsi que les présidents des clubs des deux Ligues professionnels seront conviés à une réunion avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi. Cette réunion, qui aura lieu «probablement le 9 février prochain», sera consacrée au dossier du professionnalisme.
Le ministre a, à cette occasion, réitéré la  volonté des pouvoirs publics à «respecter ses engagements en matière d'accompagnement»  du professionnalisme en Algérie.  
Assurant que «toutes les mesures prises lors de la réunion interministérielle de 2010 et réajustées par la suite seront respectées», M. Tahmi a mis en relief le fait qu’il «veille à ce que le nouveau système, adopté dans le football algérien depuis l'intersaison 2010-2011, soit couronné de réussite».

400.000 DA, la formule la moins chère pour le déplacement des supporters au Brésil
Les supporters algériens désireux de faire le déplacement au Brésil pour soutenir la sélection nationale lors du Mondial de football l'été prochain auront à payer au moins 400.000 dinars, représentant, en fait, la formule la moins chère qui leur sera proposée dans les prochains jours, a indiqué le ministre de la Jeunesse et des Sports.
M. Tahmi a signalé, dans ce contexte, que les détails de l'opération seront dévoilés avant la fin du mois de janvier.  
Autre bonne nouvelle à retenir, en cas de qualification des Verts au tour suivant, les supporters concernés «ne paieront aucun centime supplémentaire».    
Il convient de rappeler que lors d'une récente rencontre tenue au niveau du siège du ministère de la Jeunesse et des Sports, les organisateurs du déplacement avaient indiqué qu’ils «comptent retenir entre 2.000 et 2.500  supporters pour le voyage brésilien».
Soraya Guemmouri

------------------------------------

Mouvement associatif : Les délégués locaux appelés à encadrer les jeunes
Le ministre de la Jeunesse et des Sports met en garde contre l’exploitation à des fins personnelles des sièges des associations, et considère que ces pratiques sont inacceptables.                                                                  
Mohamed Tahmi, qui a procédé, hier, à l’Office du complexe olympique Mohamed-Boudiaf d’Alger, à l’ouverture d’une rencontre portant sur le délégué local et le mouvement associatif, s’est dit à cet effet scandalisé lorsqu’il entend parler qu’un local d’une association a servi de salle de fête ou s’est transformé en un logement de fonction, alors que les associations font face, tient-il à le rappeler, à une déficit flagrant en termes d’infrastructures.
«Nous avons eu échos de ces pratiques qui n’honorent nullement leurs auteurs», a-t-il fait savoir, citant, à titre d’exemple, Alger qui souffre beaucoup plus de ce problème, notamment dans les quartiers populaires où il n’existe désormais plus de parcelle de terrain pour ériger un bureau ou réaliser un local, encore moins des espaces pour organiser des activités de jeunes ou des tournois sportifs.
«Il faut revoir le mode de gestion en identifiant vos besoins pour faire adapter les programmes», a suggéré le MJS qui plaide, à ce propos, pour une nouvelle stratégie qui prend en compte les mutations qu’a connues notre pays, d’autant plus que les ressources humaines, s’est-il réjoui, existent avec ces milliers d’encadreurs qui sont sur le terrain.                                                   
Évoquant le thème de cette rencontre, Mohamed Tahmi affirme que l’action de proximité, qualifiée de «sensible» et «d’importante», constitue l’un des axes majeurs sur lesquels repose la politique de son département et n’hésite pas à faire le lien entre ce sujet et les objectifs assignés à cette même politique du MJS, en l’occurrence la prévention des jeunes contre les fléaux sociaux, le développement des loisirs et l’exploitation à bon escient du temps libre des jeunes, et enfin la promotion du mouvement associatif en Algérie.
«Le temps est venu pour que la société civile joue pleinement son rôle. On ne doit plus traiter les jeunes comme si l’on est en face de l’administration», a-t-il indiqué, non sans rappeler que l’État a assuré les moyens à ces associations. «Avec la nouvelle loi, le mode de financement n’est plus comme avant.
À présent, les pouvoirs publics ne donnent plus de subventions, mais financent directement les projets», a ajouté le ministre de la Jeunesse et des Sports, d’où son appel en direction des présidents des associations pour qu’ils contribuent à inculquer dans l’esprit de nos jeunes, la citoyenneté et le patriotisme. «Vous êtes notre partenaire sur le terrain, et qui mieux que vous pour faire passer le message aux jeunes», a-t-il soutenu, en n’oubliant pas également les délégués locaux.
«C’est à vous qu’échoit la mission de lancer les projets et mettre en place des mécanismes efficients, comme on attend de vous d’être constamment à l’écoute des préoccupations des jeunes afin d’identifier leurs besoins et par ricochet faire adapter les programmes et autres plans d’action», a enfin recommandé le ministre de la Jeunesse et des Sports.
S. A. M.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions