mardi 10 dcembre 2019 15:58:41

Introduction de la surveillance des droits de l’Homme à la MINURSO : RF Kennedy Center lance un appel au Conseil de sécurité

La présidente de RF Kennedy Center pour les droits de l’homme, Mme Kerry Kennedy, a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à introduire, en 2014, le mécanisme de surveillance des droits de l’homme au sein de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO).

PUBLIE LE : 26-01-2014 | 0:00
D.R

La présidente de RF Kennedy Center pour les droits de l’homme, Mme Kerry Kennedy, a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU à introduire, en 2014, le mécanisme de surveillance des droits de l’homme au sein de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO). Dans un article publié par le site en ligne de la chaîne de télévision  américaine CNN, Mme Kennedy a lancé cet appel à l’approche de la réunion du  Conseil de sécurité sur le dossier du Sahara occidental occupé, qui se tiendra  en avril prochain. Intitulé «Une tragédie des droits de l’homme oubliée», l’article de  la présidente de cette ONG américaine a soutenu qu’après près de quarante ans, la crise au Sahara occidental avait atteint un point où «la communauté internationale  doit agir». Décrivant l’étendue et la gravité de ces violations par les forces marocaines et dont elle a été elle-même témoin lors d’un séjour au Sahara occidental en  2012, Mme Kennedy s’est encore indignée que «la plus longue crise des droits de l’homme dans cette dernière colonie de l’Afrique se poursuit sans surveillance». C’est dans ce sens qu’elle a considéré qu’à chaque fois qu’il examine annuellement la question sahraouie, le Conseil de sécurité de l’ONU a, pourtant, la possibilité de «réviser le mandat» de la MINURSO avant de décider d’en proroger la durée. Pour justifier sa demande, Mme Kennedy a souligné que les organisations  locales et internationales des droits de l’homme, et même les experts de l’Union  européenne et de l’ONU, «ont confirmé nos pires craintes de ce que l’occupation  marocaine non surveillée signifie pour le peuple sahraoui». Sur cette base, le Conseil de sécurité «doit ajouter, en 2014, un mécanisme de surveillance des droits de l’homme à la mission de la MINURSO», a insisté  la présidente de cette ONG basée à Washington. «Une telle démarche serait historique, mais en aucun cas révolutionnaire», puisqu’il est simplement demandé aux Nations unies d’élargir le mandat de la MINURSO aux mêmes normes internationales des droits de l’homme que l’ONU applique à toutes les autres opérations de maintien de la paix, a-t-elle expliqué.      
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions