lundi 23 septembre 2019 01:55:54

Le premier ministre attendu dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj : Soutenir le développement local

Capitale de l’industrie électronique et pôle industriel et commercial d’excellence

PUBLIE LE : 21-01-2014 | 23:00
D.R

Le travail de proximité, d’écoute et de prise en charge des préoccupations des citoyens, en direction de la population entamé  par M. Abdelmalek Sellal, se poursuit avec la visite qu’il effectuera aujourd’hui, dans la wilaya de Bordj Bou Arréridj.

Lors de cette visite, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, il sera procédé, comme de coutume, à l’examen de l’état d’exécution et d’avancement de projets socio-économiques de la wilaya. Le Premier ministre présidera, ensuite, une réunion élargie aux élus et représentants de la société civile, afin d’étudier les voies et moyens d’impulser une plus grande dynamique de développement à cette wilaya. Le Premier ministre sera accompagné d’une importante délégation ministérielle.
 Des projets relevant des secteurs de l’habitat, de l’urbanisme, de l’industrie et de la santé sont inscrits dans l’agenda du premier ministre. Il inspectera à ce titre, près de la localité de Tixter, un projet portant réalisation d’une zone logistique extra portuaire.
 Il inspectera également, au POS numéro de Bordj Bou Arreridj, un ensemble résidentiel constitué de 700 logements RHP (résorption de l’habitat précaire) et de 1.950 logements publics locatifs, visitera un parc d’attractions et de loisirs, entièrement réhabilité. M. Sellal effectuera la mise en service d’une unité de panneaux solaires, relevant de la Spa Condor Electronics et d’une usine de fabrication de produits pour l’étanchéité des barrages, la Sarl algérienne Géo membrane Mechri.   l’inauguration de l’hôpital Mère et Enfant, le Premier ministre présidera, à l’université de Bordj Bou Arreridj, une rencontre avec les cadres et les élus locaux élargie aux membres de la société civile.
Cela dit, le gouvernement Sellal s’est distingué depuis son installation, par ses nombreuses sorties sur le terrain, avec comme point d’orgue, une démarche qui accorde la part du lion au contact direct avec les citoyens de la région.
- L’approche, au-delà de son caractère inédit, se singularise un tant soit peu par son pragmatisme. M. Sellal, aura aussi imprimé un nouveau souffle en matière de concrétisation des projets inscrits dans le cadre du programme du développement du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, qui accorde une importance capitale au développement local. A ce titre, il faut remarquer que les visites de travail du gouvernement dans les wilayas sont autant d’occasions pour se faire une idée très précise sur l’état d’avancement des différents programmes de développement, d’y apporter quand la nécessité se fait sentir, les correctifs adéquats. L’on se doit de noter que l’envergure des projets réalisés et l’importance des moyens engagés ont sensiblement amélioré le quotidien des Algériennes et des Algériens et que cette œuvre ne saurait s’accommoder, de la part des responsables, d’attitudes passives ou de relâchement dans l’accomplissement de leurs tâches respectives. Etant entendu que les citoyens, se doivent de s’impliquer autant que faire se peut, dans cette mission.  On relèvera une évidente importance qui est accordée notamment, à la promotion des secteurs d’activités spécifiques à chaque région.
En guise d’exemple, le gouvernement avait donné des instructions d’orienter la formation des jeunes d’Ouargla vers les hydrocarbures pour répondre aux profils demandés par les entreprises activant dans cette wilaya, ceux de Mascara sont plus ou moins dirigés vers l’agriculture, alors qu’à Saida l’élevage et l’agriculture pastorale bénéficient d’un intérêt conséquent.
Une chose est sûre. L’option en faveur du développement régional ne s’arrêtera pas en si bon chemin dans la mesure où le Président Abdelaziz Bouteflika a affirmé qu’au cours de l’année 2014, il sera procédé à la réception de nombreux autres projets inscrits au titre du programme quinquennal 2010-2014. C’est la preuve que l’impératif de maintenir dans tous les secteurs, la même cadence de travail, se consolide pour capitaliser les résultats positifs engrangés.
M. Bouraib

------------------------------

Capitale de l’industrie électronique et pôle industriel et commercial d’excellence
La wilaya de Bordj Bou Arréridj où le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est attendu aujourd’hui, a acquis, au fil des années, la solide réputation de capitale de l’industrie électronique et vit, ces dernières années, un développement multisectoriel remarquable comme le révèle la multitude de chantiers ouverts çà et là. En plus d’être une wilaya à vocation agricole, la wilaya des Bibans où se réalisent de nombreux projets socioéconomiques liés à l’habitat, à l’éducation, à l’enseignement supérieur, aux travaux publics et autres, constitue désormais un pôle économique et industriel par excellence, ainsi qu’un espace fécond pour tout opérateur manifestant le désir de réaliser des investissements réussis, en offrant des assurances et des avantages à même de promouvoir l’investissement et d’impulser un surcroît de tonus à cette région.  Les facilités et autres avantages fiscaux et douaniers accordés par l’Etat aux investisseurs, à l’image de la possibilité de pouvoir bénéficier d’un terrain pour leurs projets au dinar symbolique, comme l’affirme le wali, Azzedine Mecheri, ont contribué à encourager l’investissement.  La wilaya a franchi des étapes considérables dans le domaine industriel grâce à son positionnement stratégique qui a contribué à son épanouissement économique.
Située à la croisée des chemins entre l’Est et l’Ouest, point de départ vers le grand Sud du pays, proche de l’aéroport du 8-Mai 1945 de Sétif (50 km), cette wilaya dispose d’atouts qui lui ont permis de se poser en véritable noyau économique et commercial.
Des atouts incontestables qui seront renforcés, prochainement, par le projet de la double voie ferroviaire électrifiée Bordj Bou Arreridj-Thenia. Passage en douceur entre le commerce à l’industrie
Terre de prédilection pour les activités de commerce, la wilaya de Bordj Bou-Arréridj est parvenue à se transformer en espace industriel lorsque certains commerçants locaux, activant dans le domaine de l’électroménager, ont choisi, entre les années 1980 et 1990, de devenir des opérateurs économiques et des producteurs d’appareils électroniques.  Pour le directeur local de Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), Abdelouahab Lamamra, cette «mue» s’est opérée en raison de la rareté des opportunités d’emploi dans la région. Ces opérateurs, rompus aux pratiques et aux arcanes commerciaux, ont été encouragés à investir dans le domaine de l’industrie, notamment dans l’électronique. «Après la promulgation de la loi sur l’investissement et le commerce extérieur, qui a accordé des avantages aux opérateurs dont l’activité consistait à importer des produits de France, de Dubaï, de Libye et de Chine pour le revendre, ces derniers ce sont dirigés vers l’investissement dans la production locale car trouvant là un créneau porteur qui a permis d’impulser l’action de développement et contribuer à l’essor de l’économie dans la région, tout en créant des postes d’emploi pour les jeunes chômeurs», explique ce responsable. Seize unités de production électronique réparties sur deux zones industrielles
Devant l’engouement pour l’industrie électronique et la profusion d’unité de produits électroniques et électroménagers, la wilaya des Bibans a vite été surnommée «capitale de l’électronique». Le directeur de la chambre d’industrie et de commerce, Sadek Dadeche, rappelle que Bordj Bou Arréridj compte actuellement 16 usines spécialisées dans l’électronique.  Ces unités sont réparties sur deux importantes zones industrielles au chef-lieu de la wilaya. La première, réalisée en 1979, abrite près de 100 entreprises.
Au regard de la demande croissante sur le foncier, et afin de permettre de désengorger la zone industrielle de la ville de Bordj Bou Arreridj, une autre zone a été créée dans la région de Mechta Fatima, à 5 km du chef-lieu de wilaya, sur une surface de 486 hectares extensible à 600 hectares. Ce dernier espace abrite aujourd’hui plus de 300 unités de production et s’ajoute à la zone industrielle de Ras El Oued (100 hectares) ainsi qu’aux zones d’activités aménagées à travers les communes d’Ain Taghrout, de Sidi M’barek, de Bordj Ghedir, de Bir Kasdali, d’El Mansoura, d’El Euch et d’El Achir vers la création de près de 35.000 emplois directs durant les deux prochaines années Abordant le volet de l’attractivité de la wilaya en matière d’investissement, le directeur de l’emploi révèle que 450 demandes d’investissement privé ont été validées à la fin de l’année dernière.
Des investissements qui, une fois mis en service, permettront de résorber, localement, une grande part du chômage en créant, selon l’ANDI, pas moins de 34.800 postes d’emploi directs durant les deux prochaines années.  Ces unités de production, en plus de donner du travail aux jeunes chômeurs de la wilaya, offrent également un bon rapport qualité-prix qui correspond au pouvoir d’achat des citoyens, au niveau local et national, tout en satisfaisant tous les goûts des consommateurs, d’autant que ces entreprises assurent le service après-vente et la pièce de rechange.
Devant ces avantages le consommateur algérien est bien plus enclin, aujourd’hui, à se diriger vers le produit local. «La qualité est au rendez-vous, les produits sont garantis et, surtout, ils naissent chez nous (à) pourquoi, dans ces conditions, opter pour des produits étrangers dont on n’est certains ni de l’authenticité ni de la qualité ?», dira un père de famille.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions