jeudi 12 dcembre 2019 21:26:58

Babès rencontre des compétences algériennes : Institutionnalisation des relations entre la diaspora et le pays d’origine

Université des Nations unies : Le professeur David Malone, début février, en Algérie

PUBLIE LE : 20-01-2014 | 0:00
D.R

Le président du Conseil national économique et social (CNES), Mohamed-Seghir Babès, a plaidé hier depuis Marseille pour "plus d’institutionnalisation" des relations entre la diaspora algérienne et le pays d’origine.  
 S’exprimant devant un panel de compétences nationales établies dans le sud de la France, M. Babès a relevé que les initiatives prises par des membres de la communauté envers le pays d’origine, aussi bénéfiques soient-elles, sont "plus individuelles qu’institutionnelles".  
"Il faut que l’Algérie se donne absolument, dans les dix ans à venir, une politique affichée, institutionnelle avec la désignation d’acteurs préemptés et un échéancier très clair pour faire des projets portés par la communauté nationale à l’étranger des ‘‘succes stories’’", a-t-il affirmé lors d’un workshop auquel ont pris part le consul général d’Algérie à Marseille, Abdelhamid Saidi, et les consuls d’Algérie à Montpellier et Nice, respectivement Khaled Mouaki-Benani et Ali Redjel.  Le président du CNES répondait à des membres de la communauté nationale établie en France, essentiellement des chercheurs, des médecins et des industriels, dont les projets en Algérie n’ont pu être concrétisés, ont-ils dit, faute d’un "encadrement juridique de sécurité" et d’un "mode opératoire institutionnalisé". Tout en assurant de la "volonté politique" des pouvoirs publics qui l’ont investi d’une mission exploratoire auprès des élites algériennes à l’étranger, il a annoncé que ses services sont en passe de monter une page web dédiée à l’évènement "non pas pour le glorifier, mais surtout pour constituer le lien avec le CNES, devant permettre le suivi et l’évaluation des projets", selon lui. Il a considéré que la diaspora est la "seule force propositionnelle légitime" en la matière.  M. Babès a plaidé aussi pour un "nouveau régime de croissance" devant se substituer à la seule rente pétrolière, la "refondation" des systèmes de gouvernance, présentée comme une forte revendication, ainsi que pour une économie fondée sur la connaissance et, partant, une société du savoir.  Dans une déclaration à l’APS, en marge des travaux du workshop, le président du CNES s’est félicité du fait que des représentants de la diaspora algérienne soient "partie-prenante du sort de la nation". A la question de savoir la suite qui sera réservée à l’initiative du CNES, il a affirmé que cette réponse interviendra bientôt dans l’espace électronique du Conseil qui, sur la base des propositions de la diaspora, élaborera une "feuille de route" qui sera concrétisée de concert avec cette communauté.  
La mission de proximité que le président du CNES a entamée vendredi à Toulouse, émane d’une volonté des pouvoirs publics d’arrimer les compétences nationales à la stratégie de développement national.

--------------------------

Université des Nations unies :
 Le professeur David Malone, début février, en Algérie
Le recteur de l’Université des Nations unies et sous-secrétaire général des Nations unies, David Malone, se rendra début février en Algérie pour le suivi du projet de création à Alger de l’Institut de développement durable relevant de l’Université des Nations unies (UNU-IRADDA), a annoncé hier le président du Conseil national économique et social. « Cette visite interviendra pour la mise en place des procédures devant permettre l’ouverture, dans un lieu de mémoire qu’est la Fac centrale, de cet institut dès la prochaine rentrée universitaire », a-t-il indiqué, lors d’un workshop à Marseille avec des compétences nationales établies dans le sud de la France. Pour le président du CNES, ce projet, dont les instruments juridiques de création ont été signés en décembre dernier à Alger en présence du professeur Malone, sera l’espace académique de production de la connaissance et de lignes cognitives sur les matières attachées à la durabilité écologique, et pour former des faiseurs de politiques. « Cette visite s’inscrit dans le processus d’implémentation et de mise en œuvre de l’Institut de développement durable à Alger », a-t-il précisé à l’APS. M. Babès a, par ailleurs, annoncé que la première académie algérienne des sciences et des technologies, la deuxième « grosse » initiative portée par le CNES avec l’assistance de l’Académie des sciences française, verra le jour « au plus tard à la mi-mars 2014 ». 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions