mercredi 13 novembre 2019 17:09:59

Production et distribution de lait : Les éclairages de l’UGCAA

L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) se dit incapable de réaliser concrètement et dans les délais impartis, la décision du Premier ministre, ayant instruit, à partir de Mostaganem, les producteurs de lait afin qu’ils remplacent l’emballage en plastique par le conditionnement en carton, en leur donnant un délai de trois mois pour ne plus voir sur les étalages du lait en sachet.

PUBLIE LE : 16-01-2014 | 0:00
ph: Nesrine

L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) se dit incapable de réaliser concrètement et dans les délais impartis, la décision du Premier ministre, ayant instruit, à partir de Mostaganem, les producteurs de lait afin qu’ils remplacent l’emballage en plastique par le conditionnement en carton, en leur donnant un délai de trois mois pour ne plus voir sur les étalages du lait en sachet.  
«Nous ne pouvons répondre à la décision prise par le Premier ministre en ce qui concerne le changement d’emballage du lait en passant du sachet au conditionnement en carton. Ce changement n’arrange pas le citoyen dont le revenu est bas»,  a déclaré, hier, Saleh Souileh, lors d’une conférence de presse sur le thème «Pénurie de lait : les dessous de la crise»,  soulignant que le changement d’emballage augmente le  coût du lait. Il a ajouté, dans le même sens, que «l’UGCAA est prête à soutenir cette décision dans le cas où l’État se charge des frais. Il faut qu’il y ait une étude avant pour passer à ce point».
Le secrétaire général des distributeurs de lait et produits laitiers, Rahmaoui Largat, a quant à lui affirmé que les raisons de cette «crise» reposent sur «le conflit» interne qui existe dans l’entreprise entre la section syndicale et la direction.
 Il a, entre autres, lancé un appel au gouvernement, afin d’augmenter les rentrées du distributeur sur le sachet de lait afin que celui-ci atteigne les 2 DA par litre au lieu de 0,75 centime, ce qui représenterait un gain de 3.000 DA par jour, en déplorant toutefois la quantité donnée pour chaque camion qui ne dépasse pas les 4.000, 4.500 jusqu'à 5.000 litres/jour, avec une diminution de 1.000 litres sur chaque camion.
«La diminution de 1.000 litres est importante pour le distributeur.
Il peut la distribuer pour quatre magasins. C’est ainsi que le distributeur n’est pas régulier dans tous les quartiers. Il distribue pour une zone, et il néglige d’autres zones et il fait le contraire le lendemain», explique-t-il, en ajoutant que le distributeur doit à son tour couvrir les frais des travailleurs à sa charge. «Nous sommes, ainsi que le consommateur, des victimes de ce conflit entre les représentants des travailleurs et la direction.
Nous souhaitons une solution urgente à ce conflit pour que les choses reprennent leurs cours normal», ajoutant que le complexe doit produire 600.000 litres dans les temps normaux, soit 20% de plus.
Il a fait savoir, par la même occasion, que les revendications des distributeurs reposent sur trois points, dont le premier est relatif à la réparation de l’appareil de nettoyage des caisses, le second concerne le respect du timing réservé à la programmation des distributeurs, tandis que le dernier point porte sur la fourniture en qualité de la matière première de la production de lait (la poudre du lait).  
Par ailleurs, il a fait savoir que la poudre du lait, bien qu’elle soit «disponible» avec des quantités suffisantes importées par l’État,  demeure «mal exploitée» dans la production du lait, notamment sa distribution.   
Pour sa part, le chargé de l’organisation, Amine Belour, a fait savoir que ce conflit se répercute sur l’état de l’entreprise qui se trouve dans un état «critique» depuis des années. «L’état de cette entreprise est en détérioration constante : manque d’hygiène, arrêt de la machine de nettoyage des caisses qui dure depuis deux ans, manque de travailleurs sur cette machine de lavage, etc.», explique-t-il en se posant la question de savoir pourquoi la matière première nécessaire à la production du lait est-elle soutenue par le gouvernement et non pas le distributeur ?
Kafia Ait Allouache
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions