jeudi 05 dcembre 2019 19:47:40

Violence en milieu scolaire : Mise en place des comités consultatifs de wilaya

Comment créer les conditions d’un dialogue et mettre un terme aux dérapages qui conduisent à l’affrontement entre les élèves, et entre élèves et adultes, notamment dans les lycées ?

PUBLIE LE : 15-01-2014 | 0:00
D.R

Comment créer les conditions d’un dialogue et mettre un terme aux dérapages qui conduisent à l’affrontement entre les élèves, et entre élèves et adultes, notamment dans les lycées ? La réponse à cette problématique, difficile à traiter, réside le plus souvent dans le choix de mesures de bon sens : prévenir les incivilités en renforçant les effectifs d’encadrement. Cette demande pressante, tant des parents, des enseignants que des élèves, a été évoquée lors de la dernière rencontre des directeurs de l’éducation des différentes wilayas qui procédé à la mise en place des comités consultatifs des wilayas pour la lutte contre la violence dans les écoles, afin de réduire ce phénomène, à travers la recherche de solutions «préventives» en premier lieu et «thérapeutiques» par la suite. Le ministère de tutelle, a appelé dans ce cadre les partenaires sociaux à savoir syndicats agréés et associations des parents d’élèves, à mettre la main à la pâte et ce en partenariat avec le personnel éducatif et administratif du secteur, afin d’identifier les causes et proposer des solutions à ce phénomène de violence qui est fait de troubles à la paix scolaire qui demeurent une préoccupation majeure pour la communauté éducative. Les responsables du secteur ont projeté, dans ce cadre, d’établir un état des lieux exhaustifs des cas de violence en milieu scolaire dans le but d’identifier les différentes facettes de ce phénomène et de diagnostiquer les causes qui en sont à l’origine.
C’est à la lumière des résultats de cette enquête que sera définie une stratégie nationale de prévention et de lutte contre ce phénomène et que sera mis en œuvre un plan opérationnel en collaboration avec les services de sécurité qui intégrera les mesures déjà appliquées dans nos établissements scolaires.
L’exécution de ce plan demandera l’organisation de campagnes d’information et de sensibilisation touchant tous les acteurs et partenaires de la communauté éducative, la mobilisation de tous et la collaboration d’autres secteurs et acteurs de la vie civile.
Selon les partenaires sociaux, l’initiative est importante, en particulier au moment ou la violence scolaire s’est transformée de cas isolés à un «phénomène».
Parmi les suggestions de l’Union nationale des travailleurs de l’éducation et de la formation (l’Unpef), la nécessité de prendre des mesures afin de réduire ce phénomène, telles que punir les élèves, sans pour autant laisser un impact négatif sur eux. Ce syndicat estime que «depuis que la décision d’interdiction de punition a été prise en compte, le phénomène de la violence sous toutes ses facettes, a connu une importante propagation en milieu scolaire».

3.000 cas recensés l’année dernière
De son côté, le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) qui dénombre quelque 3.000 cas de violence dans les écoles, recensés à travers le territoire national, entre le 15 septembre 2012 et le 20 mars dernier, précise que «les cas de violence concernent, notamment des actes commis contre des élèves ainsi que des enseignants». Selon le syndicat, qui propose des solutions pour mettre fin à ce phénomène, «la violence dans les écoles est due à plusieurs facteurs. Manque de civisme, absence de la direction sur le terrain, ajouté à cela les voyous et les dealers qui investissent le milieu scolaires». Toujours selon ce même syndicat, «la violence dans le milieu scolaire concerne également la dégradation volontaire du matériel par les élèves, notamment les recalés et la responsabilité incombe à toutes les parties prenantes, entre autres, les parents d’élèves et la direction, qui doivent assurer pleinement leurs rôles durant le cursus scolaire des élèves». Pour mettre un terme à ce phénomène, devenu récurrent, le CLA propose certaines mesures, qui concernent notamment «l’identification des objectifs du processus éducatif, la surveillance des portails des écoles et de leur environnement en vue d’éviter le harcèlement et les provocations ainsi que le recours aux services de psychologues spécialisés dans l’orientation scolaire, le travail social et les activités parascolaires.»
 La sécurisation des environnements scolaires constitue un facteur des plus importants pour mettre fin à ces actes de violence, puisque souvent, des trafiquants de drogue investissent les milieux scolaires, ce qui mène les écoliers vers la débauche.
De son côté le ministère de tutelle, préconise comme solutions pour lutter contre la violence en milieu scolaire, «la création d’un atelier de formation des élèves dans la gestion des conflits, la communication et la médiatisation. Au rayon des solutions, figure également la création de cellules d’écoute gérées par des psychologues de la santé publique et des conseillers d’orientation scolaire».
Des activités de divertissement et des programmes de formation artistique devront voir le jour dans l’ensemble des établissements et seront financés par le ministère via le budget de la formation. Une batterie de suggestions mais aussi des mesures dissuasives pour endiguer ce phénomène et pour protéger nos enfants.
Sarah Sofi
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions