vendredi 13 dcembre 2019 02:40:31

Pêche et aquaculture : L’ANSEJ et la CNAC à la rescousse du secteur

Faire profiter le secteur de la pêche des différents dispositifs de soutien à l’emploi.

PUBLIE LE : 13-01-2014 | 0:00
D.R

Faire profiter le secteur de la pêche des différents dispositifs de soutien à l’emploi. Telle est la finalité de la convention signée, hier à Alger, par les ministres de la Pêche et des Ressources halieutiques et le Travail et la Sécurité sociale, à l’occasion de la session d’évaluation de la mise en œuvre de la stratégie de la pêche et de l’aquaculture.  

D’une durée de 5 ans, cet accord porte sur la promotion de la micro entreprise dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture, à travers les différentes formules d’aide et de soutien à la création d’activité, notamment l’ANSEJ et la CNAC. On compte plus de 1.000 projets liés au secteur de la pêche et de l’aquaculture qui ont été financés par ces deux dispositifs pour un investissement global de 6,3 milliards de dinars et la création de 4.730 postes d’emploi dont 854 projets et 4.259 emplois crées par la seule ANSEJ qui a investi 5,3 milliards de dinars.
«C’est une nouvelle vision qui permettra de faciliter les choses aux personnes désireuses de travailler dans notre secteur. Le recours à l’ANSEJ et la CNAC contribuera également à plus d’intégrité et de coordination entre les secteurs concernés», considère M. Sid Ahmed Ferroukhi qui avance le chiffre de 60 milliards de dinars le volume des investissements consentis par le secteur de la pêche depuis l’année 2000.  Il indiquera que «la contribution de ces deux dispositifs est la bienvenue pour un secteur qui a besoin d’être boosté lorsqu’on sait que la production annuelle tourne autour de seulement 120.000 tonnes». De son côté, M. Mohamed Benmeradi voit en cette convention une excellente opportunité pour développer la pêche et l’aquaculture en Algérie et estime que les dispositifs d’aide et de soutien à l’emploi telles l’ANSEJ et la CNAC seront d’un apport précieux pour ce secteur en vue de son développement. « Il faut savoir que ces dispositifs accompagnent approximativement 350.000 petites entreprises dont celles en relation avec la pêche et l’aquaculture. Nous savons tous que ce secteur est porteur et il est intéressant, d’où notre volonté de faire le maximum pour créer d’autres entités», affirme le ministre du Travail et de la Sécurité sociale qui a mis à profit cette opportunité pour revenir que la question des postes d’emploi vacants et relevant de la fonction publique.
«Ça fait partie des plans d’action exécutés par la fonction publique qui connaît chaque année des mouvements de départ et de mutation pour ses deux millions d’employés.
Actuellement, il est vrai qu’il existe 140.000 postes à pourvoir et la priorité sera donnée aux titulaire des contrats de pré-emploi dont le nombre a atteint aujourd’hui 800.000 employés», explique Mohamed Benmeradi qui a fait part de concours d’admission pour tout candidat répondant aux critères requis.
Pour revenir à la convention signée entre les départements de la pêche et du travail, celle-ci a pour objectif également de mettre en place un cadre de concertation et de partenariat pour la  promotion de la micro entreprise dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture et de diffuser auprès des postulants à la création d’activité dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture des informations liées aux dispositifs ANSEJ et CNAC ainsi qu’aux avantages spécifiques consentis à l’activité de pêche et d’aquaculture. Elle sera aussi un outil d’accompagnement des jeunes promoteurs et des chômeurs promoteurs durant tout le processus de création de la micro entreprise et aura à valoriser les expériences dans ce domaine, auprès des jeunes promoteurs et des chômeurs promoteurs.
SAM
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions