mercredi 12 aot 2020 17:59:52

Le directeur de l’approvisionnement en eau potable au ministère des Ressources en eau : L’alimentation des wilayas de l’Ouest entièrement sécurisée

«Les wilayas de l’Ouest du pays sont entièrement sécurisées en matière d’alimentation en eau potable, au même titre que la capitale et d’autres wilayas du Nord du pays», a indiqué, jeudi, M. Messaoud Terra, directeur de l’approvisionnement en eau potable (AEP) au ministère des Ressources en eau.

PUBLIE LE : 11-01-2014 | 23:00
D.R

«Les wilayas de l’Ouest du pays sont entièrement sécurisées en matière d’alimentation en eau potable, au même titre que la capitale et d’autres wilayas du Nord du pays», a indiqué, jeudi, M. Messaoud Terra, directeur de l’approvisionnement en eau potable (AEP) au ministère des Ressources en eau.

M. Terra a précisé que si «Oran et les  wilayas limitrophes sont aujourd’hui sécurisés, c’est  grâce au programme de dessalement de l’eau de mer, lequel programme vient en substitution  des eaux superficielles qui étaient rares». Le responsable qui était l’invité de la rédaction de la Chaîne III de la radio nationale, a ensuite déclaré : «Avec le programme de dessalement de l’eau de mer, nous sécurisons toutes les wilayas de l’Ouest algérien, en partant de Mostaganem jusqu’à Tlemcen». Interrogé sur le coût de ces réalisations — entre dessalement et transfert —, M. Terra estimera les investissements consentis pour assurer un approvisionnement régulier en eau potable de ces wilayas à pas moins de 100 milliards de dinars.
Il faut dire, dans ce contexte, que cette région du pays a toujours bénéficié d’infrastructures hydrauliques. Le problème qui se posait était, en fait, «la rareté de la ressource». Or, «maintenant que la ressource existe, l’impact est plus rapide et le résultat est que Mostaganem, Oran, Ain Témouchent sont desservies en eau, H24», a relevé M. Terra. Poursuivant ses propos, il soulignera que «la non-alimentation de certains quartiers en H24 est imputée en fait à un disfonctionnement dans la gestion de service public et de réseaux».  
Il y a lieu de signaler que la station de dessalement d’eau de mer de la Macta, la plus grande en  Afrique, sera mise en service d’ici à trois mois. Avec une capacité de production de 500.000 mètres cubes/jour, la  station de la Macta, qui s’étend sur 17,4 hectares, permettra à la wilaya d’Oran d’assurer son autosuffisance en matière d’eau potable, a souligné le ministre.        
  La station permettra également à la wilaya d’Oran d’approvisionner en eau des wilayas limitrophes à l’instar de Relizane, Mostaganem et Tiaret.

La wilaya de Mascara, bientôt raccordée au système de transfert d’eau « MAO »
Autre fait à retenir, la wilaya de Mascara sera bientôt raccordée au système du transfert d’eau Mostaganem-Arzew-Oran (MAO), signale le directeur de l’AEP au ministère des Ressources en eau.
«Pour une meilleure utilisation de la ressource précieuse, une rationalisation de l’utilisation des eaux, Mascara qui est alimentée actuellement à partir des eaux souterraines et à partir du triplex (cascade de barrages d’Ouizert, Bouhanifia et Fergouget plus le barrage de Chorfa) et pour préserver ces barrages à l’irrigation, on a préféré connecter Mascara au Système MAO qui est dédié à l’alimentation en eau potable», a mis en relief ce responsable. Il apprendra aux auditeurs, également, qu’avec l’extension du système MAO, la wilaya de Tiaret y sera raccordée également, à  moyen terme : soit, d’ici à deux ans.  
Réalisé pour couvrir la demande en eau de la wilaya d’Oran à très long terme, le système du transfert d’eau Mostaganem-Arzew-Oran (MAO) produit actuellement pas moins de 540.000 m3/jour, et ce, aux fins de satisfaire la demande en eau de Mostaganem et d’Oran, via la zone industrielle d’Arzew. Ce système dont la première tranche mise en service depuis l’année 2009, est constitué de deux barrages, un barrage sur le Oued de Chélif, d’une capacité de 50 millions de m3 et d’un barrage réservoir, lesquels barrages constituent le système de stockage pour régulariser les eaux durant les périodes d’été et hivernal et pour transférer l’eau jusqu’à Oran sur une distance de près de 90 km.

Trois millions d’habitants approvisionnés en eau grâce au système de transfert MAO
Grâce à ce système, les wilayas de Mostaganem, Oran, Sidi Bel Abbes, Ain Témouchent et Tlemcen seront interconnectées. Il convient de signaler dans ce contexte que le transfert d’eau Mostaganem-Arzew-Oran (MAO) a permis d’approvisionner en eau potable près de trois millions d’habitants dans la région ouest du pays, a affirmé M. Terra. Interrogé à propos de la salinité de l’eau à Oran, notamment, M. Terra a répondu «On a mis fin  à ce phénomène dans tout l’ouest du pays».  
Par ailleurs et concernant la faible pluviométrie constatée en automne 2013  et son incidence sur le taux de remplissage des barrages en exploitation, le directeur de l’AEP au ministère des ressources en eau évoquera «un léger déficit». Il a ensuite rassuré : «Les prochaines pluies hivernales devraient rétablir la situation».
Soraya Guemmouri


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions