vendredi 10 juillet 2020 18:00:24

Le Metro d’Alger dans les cinq prochaines années : De Dar El Beida à la place des Martyrs

Un avis de présélection national et international de bureaux d’études spécialisés dans les études d’exécution de génie civil de tunnels, des stations et ouvrages en ligne du métro urbain, de l’entreprise des travaux publics Cosider...

PUBLIE LE : 12-01-2014 | 0:00
D.R

Un avis de présélection national et international de bureaux d’études spécialisés dans les études d’exécution de génie civil de tunnels, des stations et ouvrages en ligne du métro urbain, de l’entreprise des travaux publics Cosider, a été lancé pour le projet de l’extension des trois lignes du métro d’Alger, en l’occurrence,  Ain Naâdja-Baraki et El Harrach-Aéroport, s’adressent aux bureaux d’études et groupements de bureaux d’études ayant une expérience avérée en génie civil, stations et ouvrages en ligne de métro en site urbain durant les dix dernières années.
Il s’agit de la première extension qui relie la  Grande-Poste-place des Martyrs  et qui s’étend sur 1,69 km, Elle dessert la circonscription de la capitale, qui est très dense en habitation et difficile à l’accès par le transport en commun.  La seconde extension  est celle reliant Haï El Badr à El Harrach sur une distance de 4 km. Celle-ci sera dotée d’un viaduc d’une longueur de 250 mètres. Tandis que la troisième extension est celle du prolongement de la voie  Haï El Badr vers Ain Naâdja sur une longueur de 3,7 km. Ce tronçon sera équipé de deux stations et d’un viaduc de 132 mètres de longueur. Cette troisième extension permet aussi une connexion avec le train au niveau de la gare Gué de Constantine et la future gare intermodale de cette commune. L’entreprise nationale du métro d’Alger lance d’autres projets d’études pour la réalisation de nouvelles extensions de la première ligne du Métro d’Alger, permettront à la capitale de disposer d’un réseau de transport urbain offrant une amélioration substantielle de la circulation.  Parmi les projets de ces nouvelle extensions, celui  devant relier El Harrach centre-Bab Ezzouar-Aéroport d’Alger s’étend sur une longueur de 9 km et 10 stations, elle permet la liaison entre le centre-ville d’El Harrach, le quartier de Hacen Badi, le pôle universitaire d’El Harrach, le centre d’affaires de Bab Ezzouar et l’Aéroport d’Alger ainsi qu’une connexion avec le tramway au carrefour de  l’université Houari-Boumediène, sera réalisée par la Corée du Sud.
La seconde permettra de joindre Ain Naâdja-Baraki s’étend sur une longueur de 6 km avec 6 stations, elle permettra l’accessibilité au centre de Baraki qui devient saturé. Cette extension rendra possible la connexion avec le train au niveau de la gare de Gué de Constantine et la future gare intermodale de cette commune.
Elle  sera l’œuvre d’un consortium algéro-espagnol alors que la troisième extension, confiée à une compagnie portugaise, couvrira un tronçon de 8 km reliant la place des Martyrs à Chevalley. Elle desservira la circonscription de Bab El Oued, qui est très dense en habitation et difficile à l’accès par le transport en commun, le quartier d’El Biar et Chevalley. Elle permet une connexion avec le téléphérique du côté de Oued Koriche et la gare urbaine de Chevalley. Les trois projets ont été attribués en juin 2012.
D’autres extensions sont programmées en vue d’atteindre un réseau de 40 km allant de Dar El Beïda à Draria à l’horizon 2020,  s’étendra de l’aéroport à la place des Martyrs en passant par El Harrach, selon les projections de l’Entreprise métro d’Alger (EMA) qui avait été créée en novembre 1984.
La réalisation des extensions de la première ligne du Métro d’Alger constituera à l’horizon 2017, un réseau de 18 km et 19 stations. Le réseau Métro d’Alger atteindra à l’horizon  2020, 40 km et 37 stations et desservira les communes les plus denses en population.
La Société nationale du métro d’Alger a d’autres perspectives pour l’agglomération de la capitale  et qui rentrent dans le cadre du plan d’investissement pour le développement des transports en commun, les perspectives pour l’agglomération d’Alger à l’horizon 2025 sont l’exploitation d’un réseau de métro d’un linéaire de 54 km et 50 stations, ainsi que l’exploitation d’un réseau de tramway d’un linéaire de 26,8 km et 44 stations.
Kafia Ait Allouche
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions