samedi 21 septembre 2019 09:53:36

Selon un rapport des Nations Unies : L’économie mondiale s’améliore mais demeure vulnérable

Le taux de croissance devrait croître de 3,0% en 2014 et 3,3% en 2015, selon les experts.

PUBLIE LE : 10-01-2014 | 23:00
D.R

Le taux de croissance devrait croître de 3,0% en 2014 et 3,3% en 2015, selon les experts.

Le dernier rapport de la commission économique des Nations unies sur la situation et perspectives de l’économie mondiale 2014, « la croissance économique mondiale devrait augmenter au cours des deux prochaines années avec des signes continus d'amélioration ». L’analyse lancée fin décembre indique que « l'économie mondiale devrait croître à un rythme de 3,0% en 2014 et 3,3 pour cent en 2015, comparativement à une croissance estimée à 2,1% pour 2013 ». Le même rapport souligne que l'inflation sera globalement maîtrisée à travers le monde, mais que l'emploi continuera de constituer la préoccupation majeure. Les projections des Nations unies prévoient, que la croissance des flux commerciaux internationaux atteindrait un niveau modeste de 4,7% en 2014, et « que les prix de la plupart des matières premières devraient stagner, bien que des chocs inattendus de l'offre pourraient inciter certains de ces prix à augmenter. » M. Shamshad Akhtar, sous-secrétaire général des Nations unies pour le développement économique, a déclaré à ce propos que les prévisions ont été faites dans « un contexte d’incertitudes et risques » susceptibles de « freiner la croissance ». Dans le même sillage, le rapport ressort que les « perspectives de croissance dans un large nombre de pays en développement et en transition diffèrent » en raison de facteurs multiples dont la « faiblesse de la demande extérieure, la volatilité des mouvements internationaux de capitaux et le resserrement de la politique monétaire. C’est le cas pour les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) dont les niveaux de croissance économique restent ainsi variables. Les perspectives de croissance pour l’Afrique « restent relativement solides ». « Après une croissance estimée à 4,0% en 2013, le PIB devrait atteindre 4,7% en 2014 », note le document qui met en avant « la dépendance de la croissance africaine aux investissements dans les infrastructures, des liens commerciaux et d'investissement avec les pays émergents, et des progrès dans la gouvernance et la gestion économique. » Le rapport qui sera publié ce mois-ci avec plus de détails, souligne la nécessité « d’une coopération politique internationale pour faire avancer les réformes du système financier international » d’autant plus, estime les auteurs du rapport, que « les progrès de la réforme de la réglementation financière ont été lents ». Des efforts supplémentaires s’avèrent également « nécessaires pour aborder les questions de l'évasion et de la fraude fiscales, notamment par le biais des paradis fiscaux », fait remarquer le document qui rappelle, par la même occasion, que la « coopération politique internationale doit assurer des ressources suffisantes pour les pays les moins développés. »     
D. Akila


 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions