vendredi 21 septembre 2018 13:54:48

Agriculture, hydraulique et tourisme : Un triptyque gagnant

L’université, un pôle d’attraction

PUBLIE LE : 07-01-2014 | 0:00
D.R

La wilaya de Mascara a misé sur le développement des secteurs de l’agriculture, de l’hydraulique et du tourisme, véritables atouts de la région. Les populations et les fellahs de onze communes fondent de grands espoirs sur le projet de raccordement de leurs localités au réseau d’alimentation en eau potable à partir du couloir Mostaganem-Arzew-Oran (MAO) et à partir de la méga-station de dessalement d’eau de mer d’El-Mactaâ, à l’est d’Oran. Ce sont quelque 300.000 âmes qui bénéficieront de ce projet qui assurera, une fois opérationnel, une dotation quotidienne de 122.000 m3 d’eau.          
Ce projet permettra également de destiner d’importantes quantités d’eau, stockées dans les quatre barrages que compte la wilaya, vers le secteur agricole, fort de 100.000 fellahs. La plaine de Ghriss, s’étendant sur une superficie de 162.000 ha et couvrant 13 communes, sera la première bénéficiaire de ces eaux puisque l’étude de création de son  périmètre irrigué vient d’être achevée. Ce périmètre sera irrigué par une grande partie des eaux des barrages d’Ouizert et Bouhnifia. Il en est de même pour les plaines de la Habra et  Sig, au nord de la wilaya. Ces plaines totalisent une superficie de 158.000  ha. L’autre grand projet dont bénéficie le secteur est celui du désenvasement du barrage de Bouhnifia.
Les travaux se font à un rythme soutenu. L’objectif  étant l’extraction de 6 millions de m3 de boue afin de porter la capacité de stockage de cet ouvrage hydrique à 40 millions de m3. Pour ce faire, l’État a consenti un investissement de 1,73 milliard de dinars. Enfin, dans la région d’Aïn Farah, à l’extrême sud-est de la wilaya, aux frontières avec la wilaya de Relizane, un nouveau barrage d’une capacité  de 7 millions de m3 est en cours de réalisation. Ses eaux seront destinées à l’AEP et au développement du irrigué d’Oued El-Abtal, s’étendant sur plus de  400 ha.

L’industrie, un autre atout  
En plus de sa vocation agricole affirmée, les responsables locaux misent sur le développement de l’industrie, en encourageant l’investissement. Le guichet unique décentralisé de l’Agence nationale de développement  de l’investissement (ANDI) a avalisé, en 2013, quelque 113 projets d’investissement  totalisant un montant de 15,4 milliards de dinars. Diverses activités sont touchées  et doivent générer quelque 1.831 postes d’emploi permanents. Les secteurs du bâtiment et des travaux publics figurent en tête avec 38 nouveaux projets, suivis de celui du transport (33), l’agro-alimentaire (28),  l’industrie et les mines (5), les services et la santé avec respectivement 5 et 2 projets.           
Depuis son entrée en service en 2011, le guichet unique a avalisé 275  projets pour un capital de 26,5 milliards de dinars.
                         
Tourisme, des perspectives prometteuses
 Le tourisme est un autre créneau que les autorités locales veulent promouvoir eu égard à la dimension historique et civilisationnelle de la région. C’est dans cette wilaya qu’ont été découvertes les premières traces de l’homme préhistorique, plus précisément à Tighenif.
Cette région a également enfanté, parmi ses illustres enfants, la figure emblématique de la résistance populaire contre l’occupant français et le fondateur de l’État moderne algérien, l’émir Abdelkader. La région recèle de grandes potentialités naturelles, comme les sources  minérales de Bouhnifia, la rendant une destination touristique importante.  Cette dimension sera renforcée davantage avec la concrétisation de projets d’investissement  dans le secteur du tourisme.             
Actuellement, neuf établissements hôteliers sont en cours de réalisation par des investisseurs privés. Cinq hôtels sont localisés à Bouhnifia, deux autres à Tighennif, un seul à Sig et un autre au chef-lieu de wilaya. Ces infrastructures offriront un parc supplémentaire de  289 chambres, soit un total de 590 lits. Par ailleurs, le ministère du Tourisme compte développer un autre produit touristique mettant en exergue le patrimoine historique de Mascara.
Ce produit, intitulé "Sur les traces de l’Émir", permettra aux touristes de se rendre dans les lieux ayant marqué la vie de l’émir Abdelkader. L’itinéraire retenu comporte les monts de Béni Chougrane, dans la commune d’El-Kart, la zaouïa de Sidi Mahieddine, dans la commune d’El- Guetna,  lieu de naissance de l’émir, la mosquée de Sidi Hassan, où a eu lieu la seconde  allégeances des tribus à l’émir (seconde moubayaâ), le siège du commandement, le tribunal de Mascara, la Zmala de l’émir à Sidi Kada, pour enfin aboutir à l’arbre de Dardara, dans la commune de Ghriss, arbre sous lequel a été faite la première allégeance à l’émir.
                   
Améliorer les conditions de vie du citoyen              
Actuellement, les autorités locales s’attellent à améliorer les conditions de vie des citoyens et à répondre à leurs besoins. Ainsi, les secteurs de l’habitat et des travaux publics connaissent un grand essor aussi bien sur le plan de la réalisation de logements et de la création de nouveaux pôles urbains.            
Ainsi, huit pôles comptant 27.569 logements tous types de programmes ont été réalisés à Mascara, Mohammadia, Sig, El- Matmour et Oued El-Abtal, en plus de toutes les infrastructures d’accompagnement.             
Les services de la wilaya ont débloqué des montants importants pour des opérations de réfection des réseaux d’AEP, d’assainissement, d’électricité et du gaz, en plus des travaux de revêtement des routes et d’amélioration du  cadre de vie des citoyens. Les travaux de réalisation d’un hôpital spécialisé en traumatologie ont été lancés à Bouhnifia.
Il a été également procédé dernièrement à, l’achèvement des travaux d’un hôpital à Oued El-Abtal, d’un centre infantile et maternel à Mascara d’une capacité de 60 lits, d’un nouveau service des urgences médico-chirurgicales à Sig. Tous ces projets visent une meilleure prise en charge des besoins citoyens en répondant à leurs doléances et en leur offrant des cadres de vie attrayants  par le biais, entre autres, de la réalisation de dizaines de marchés quotidiens et hebdomadaires et autres structures.
APS

------------------------

L’université, un pôle d’attraction
Le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait un bond gigantesque en ce sens qu’en 1987, à titre indicatif, lorsque le centre universitaire a ouvert, il comptait à peine 93 étudiants. Aujourd’hui, ce  nombre dépasse le seuil des 20.000 étudiants dans les différentes facultés, encadrés par plus de 860 professeurs dans les différents grades de spécialisations entre maîtres de conférences, assistants e professeurs de rang doctoral.
Sur le plan des réalisations, l'Université de Mascara a bénéficié d'importants projets entrant dans le cadre du développement local et qui sont la réalisation de 8000 places pédagogiques, la réception de 32 salles d'étude d'une capacité de 1.000 places pédagogiques, projet de construction d'une bibliothèque centrale d'une capacité de 1.000 places pédagogiques, projet d'étude pour la réalisation d'une salle de conférence de 600 places pédagogiques et l'étude de réalisation d'un institut de recherche (Agro-Polys). Afin de faire face au nombre important d’étudiants qui ne cesse d'augmenter d'une année à une autre, l'université de Mascara prévoit la réception de plusieurs projets d'accueil, dont le taux de réalisation se trouve à une phase très avancée.
A. GHOMCHI
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions