mercredi 13 novembre 2019 02:04:03

Presidentielle d’avril 2014, Ahd 54 : Ali Fawzi Rebaine se présentera

Le président du parti « Ahd 54 » a annoncé officiellement sa candidature à la présidentielle de 2014, ce qui porte le nombre des postulants à une dizaine.

PUBLIE LE : 30-12-2013 | 0:00
D.R

Le président du parti « Ahd 54 » a annoncé officiellement sa candidature à la présidentielle de 2014, ce qui porte le nombre des postulants à une dizaine.  Ali Fawzi Rebaine, qui s’exprimait, hier, lors d’un point de presse qu’il a animé au siège de son parti, sis à la rue Larbi Ben M’hidi (Alger), a expliqué que la décision a été prise à l’unanimité par le conseil national de son parti qui s’est retrouvé en conclave avant-hier. « Il faut savoir que notre participation à ce rendez-vous électoral n’est pas une nouveauté tant nous avons été souvent présents lors des dernières présidentielles, notamment celles de 2004 et de 2009 alors que pour celle de 1999, nous n’avons malheureusement pas réussi à réunir le nombre de signatures requis », a-t-il indiqué en signalant qu’il émet malgré tout certaines réserves sur cette élection.
« Nous espérons qu’elles seront propres et honnêtes », a-t-il souhaité non sans appeler toutes les institutions à assumer pleinement leur responsabilité pour assurer « l’équité » entre tous les candidats, notamment le conseil constitutionnel qui doit garantir une plus grande transparence. « Pour ma part, j’ai un contrat moral envers le peuple, c’est ce qui m’encourage à participer à ces élections. L’important, c’est que ce peuple adhère à notre démarche », a assuré le président de « Ahd 54 » qui ne sera pas tendre avec certaines parties qui estiment que les candidats à la présidentielle serviront de « décor ». « Où se trouvaient-elles ces personnes lorsque nous militions pour les droits de l’homme ? Elles n’étaient sans doute pas encore entrées dans la politique. Je n’ai rien à prouver aujourd’hui, car mon passé parle pour moi depuis 30 ans déjà », s’est-il emporté. Appelant les pouvoirs publics à prendre en compte les observations émises par la commission nationale de surveillance de l’élection lors des dernières législatives, Ali Fawzi Rebaine ne considère pas « nécessaire » la venue d’observateurs étrangers pour surveiller le scrutin et pense que si on renforce les prérogatives de la commission nationale et on lui accorde plus de moyens, cela peut être suffisant. « Nous n’avons rien à cacher », s’est-il contenté de dire avant d’exposer les axes principaux du programme de sa formation. Une formation qui existe, a-t-il précisé, depuis plus de dix ans.
« L’indépendance de la justice et le respect des droits de l’homme constituent le socle majeur sur lequel repose notre programme. Nous accordons une importance de choix à l’édification d’une société civile forte et indépendante, aux institutions élues par le peuple, à la lutte contre le chômage ainsi qu’à l’éducation, la santé, l’agriculture et l’habitat », a relevé grosso modo le candidat à la présidentielle de 2014 qui ne semble pas donner trop d’importance au régime de gouvernance, qu’il soit présidentiel ou parlementaire. « L’essentiel, c’est d’assurer l’équilibre entre les pouvoirs et surtout de savoir qui désigne réellement le Président de la République », a-t-il enfin souligné.
SAM 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions