mercredi 18 septembre 2019 22:59:21

Enseignants affiliés au Snapest : De nouveau le spectre de la grève

Les enseignants du primaire et du moyen appelés à s’inscrire à la formation spécialisée

PUBLIE LE : 28-12-2013 | 23:00
D.R

Les enseignants affiliés au Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et  technique (Snapest) menacent de revenir à la charge au début du deuxième trimestre de l’année scolaire en cours. Ils dénoncent les décisions du ministère de l’Éducation nationale ayant trait à l’organisation des concours des examens exigés au profit du personnel de l’éducation.  
Selon le coordinateur du Snapest, Méziane Meriane, l’objet de la protestation traduit le caractère arbitraire de la décision prise par le ministère de tutelle, qui empêche les enseignants de la catégorie 13 d’accéder au poste de professeur de l’enseignement secondaire, à savoir le grade de professeur principal ou professeur formateur.
Pour rappel, près de 700 enseignants du cycle secondaire ont procédé, le 9 décembre dernier, au boycott des concours d’examen de graduation.
Le Snapest exige des pouvoirs publics, l’intégration de tous les professeurs d’enseignement technique à la catégorie de professeurs du secondaire et professeurs formateurs. Pour M. Meriane, l’article 70-49 de l’éducation nationale énonce l’intégration de l’ensemble des professeurs techniques à la catégorie de professeur du secondaire ou bien professeur formateur. L’opération devait se faire dans les années 1990.
Il y a lieu de rappeler que le concours professionnel de promotion de la catégorie 10 à la catégorie 13 pour les adjoints de l’éducation a été aussi boycotté par ces derniers. Ils étaient environ 50. 000 inscrits pour un nombre limité de postes qui ne dépasse pas les 2.500 à l’échelle nationale. Pour réclamer leur droit à une graduation systématique, les protestataires n’ont pas cessé depuis, de manifester leur mécontentement à travers des actions de protestation.
Selon Mourad Fertaki, coordinateur des adjoints au Syndicat national des travailleurs de l’éducation (Snte), ces actions de protestation sont décidées suite aux promesses non tenues de la tutelle depuis 2008. Pour le boycott des examens professionnels, M. Fertaki s’interroge sur le fait de faire passer un concours pour être promu fonctionnaire avec plus de 30 ans de service.  
Ces fonctionnaires de l’éducation nationale, dont certains se voient promus de facto après l’obtention de diplômes universitaires, réclament des promotions directes basées seulement sur l’ancienneté et la note administrative, comme cela se fait pour le corps pédagogique, précisent-ils.
Dans un document remis à la tutelle, ils expliquent les causes du boycott de cet examen et détaillent le contenu de leurs revendications, soit une nouvelle classification sur la grille des salaires à l’échelle 10 au lieu de la 7 pour tous les adjoints d’éducation, des promotions directes au poste d’adjoint principal après 10 ans de service classé à l’échelle 11 et la création du poste d’«adjoint formateur» pour tous ceux qui comptabilisent 20 ans d’ancienneté dans le secteur.
S. S.

Les enseignants du primaire et du moyen appelés  à s’inscrire à la formation spécialisée
Le ministère de l’Éducation nationale a enjoint,  hier, ses 51 directions de l’éducation à convoquer l’ensemble des maîtres d’école primaire et professeurs d’enseignement fondamental pour les inscrire à la formation spécialisée.          
Le ministère a souligné, dans un communiqué, le caractère «obligatoire» de cette inscription, rappelant que les enseignants concernés doivent adresser leurs dossiers accompagnés d’une liste nominale à la direction de la formation du ministère et aux centres de l’Université de formation continue (UFC) situés au niveau de leurs wilayas respectives conformément aux mesures prises par l’UFC dans le cadre de l’organisation de ce cycle de formation.          
Cet appel concerne les maîtres d’école primaire et professeurs d’enseignement fondamental n’ayant pas suivi cette formation, précise le communiqué.          
À cette occasion, le ministère de l’Éducation a rappelé la promulgation, le 17 novembre dernier, d’un arrêté interministériel définissant les modalités  de la formation spécialisée devant durer une année pour permettre une promotion au poste d’enseignant d’école primaire ou de professeur d’enseignement moyen.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions