lundi 18 dcembre 2017 21:41:59

Algérie-yémen : Dynamisation des relations de coopération

La visite en Algérie du Premier ministre du Yémen, Mohamed Salem Bassindawa, a permis de passer en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer davantage dans les différents domaines, "au mieux des intérêts suprêmes des deux peuples frères".

PUBLIE LE : 26-12-2013 | 0:00
D.R

La visite en Algérie du Premier ministre du Yémen,  Mohamed Salem Bassindawa, a permis de passer en revue les relations bilatérales et les moyens de les renforcer davantage dans les différents domaines, "au mieux des intérêts suprêmes des deux peuples frères".           
M. Bassindawa s'est félicité de "l'intérêt accordée par l'Algérie au  rétablissement de la situation au Yémen, saluant la volonté sincère de l'Algérie de soutenir le Yémen face aux défis auxquels il est confronté et l'accompagner dans son processus d'édification instutionnele et la consécration de l'État de droit de maniére à répondre aux aspirations du peuple yéménite frère", lit-on dans le communiqué commun rendu public mardi au terme de la visite officielle effectuée en Algérie par le Premier ministre yémenite.          
Le Premier ministre du Yémen a salué par ailleurs "les réformes politiques  d'envergure engagées par l'Algérie sur la voie de la réconciliation nationale, la consécration de la démocratie, du pluralisme et de la justice sociale", réitérant ses remerciements à l'Algérie pour "sa solidarité avec le Yémen durant cette étape cruciale de son histoire contemporaine".          
Les deux parties ont souligné, à cette occasion, "les relations fraternelles liant les deux pays basées sur le respect mutuel, la solidarité et le  soutien de l'Algérie à l'unité et la stabilité du Yémen face à toutes formes de menace, son soutien à l'initiative des pays du Golfe et ses mécanismes d'execution, ainsi que sa participation de manière régulière aux réunions des Amis du Yémen à Ryadh, Londres et New York, pour apporter le soutien à ce pays et assurer la réussite du processus du dialogue national".           
Par ailleurs, la partie yéménite a salué "les efforts considérables de l'Algérie, notamment son soutien au Yémen face aux défis économiques et financiers", soulignant "l'excellence des relations bilatérales basées sur la concertation politique sur les questions d'intérêt commun".          
Les deux parties ont convenu en outre de "poursuivre l'action commune,  à travers la dynamisation des mécanismes, dont la tenue de la réunion du comité de suivi, l'évaluation des relations de coopération bilatérales dans les différents domaines depuis la 10e session de la commission mixte en juillet 2010, la définition de priorités, ainsi que la mise en place d'un plan pour le renforcement de leurs mécanismes".         
Par ailleurs, les ministres yéménites ont tenu des réunions avec leurs  homologues algériens consacrées à "l'évaluation et la promotion de la coopération  sectorielle bilatérale, l'examen des moyens susceptibles d'exploiter les opportunités existant entre les deux pays de manière à répondre à leurs aspirations au developpement et au progrès, et leur peremettre de relever les défis aux plans régional et international".         
Les deux parties ont souligné également, "leur convergence de vues vis-à-vis  de la plupart des  questions arabes, régionales et internationales conformément  à la légalité internationale", réitérant "leur attachement à la voie de concertation et de coordination sur les questions d'intérêt commun".          
Les deux pays se sont engagés à "continuer à œuvrer en faveur de l'action arabe commune pour faire face aux défis et répondre aux aspirations des peuples arabes au progrès et à la prospérité". Concernant la question palestinienne, les deux pays ont souligné "la  nécessité de trouver une solution urgente, globale et durable au conflit arabo-israélien, basée sur les résolutions de la légalité internationale et les références de la paix et de l'initiative arabe de paix devant permettre au peuple palestinien d'instaurer un État palestinien indépendant avec El-Qods pour capitale sur  les frontières de 1967, et le recouvrement de tous les territoires arabes occupés dont le Golan syrien, les fermes de Chebaa et Kafar Chouba dans le sud du Liban".
APS       
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions