vendredi 25 septembre 2020 19:30:35

Participation de la région du Tassili n’Ajjer à la révolution de Novembre : Des témoignages compilés dans un ouvrage

Pour marquer la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance, commémoré en 2012, le parc culturel du Tassili n’Ajjer a édité un ouvragé sous l’intitulé Témoignages sur la lutte armée dans la région du Tassili n’Ajjer et le rôle des écrivains dans l’enregistrement des événements historiques.

PUBLIE LE : 25-12-2013 | 23:00
D.R

Pour marquer la célébration du cinquantenaire de l’Indépendance, commémoré en 2012, le parc culturel du Tassili n’Ajjer a édité un ouvragé sous l’intitulé Témoignages sur la lutte armée dans la région du Tassili n’Ajjer et le rôle des écrivains dans l’enregistrement des événements historiques.

Dans une région où la tradition orale prime, la priorité doit être accordée à la collecte de témoignages vivants de ceux qui ont participé à la glorieuse Révolution de Novembre. Considéré comme un impératif, les responsables du parc culturel du Tassili n’Ajjer, ont décidé de publier un  livre regroupant des récits de moudjahidines de la région.
  Le livré, édité en langue arabe, a été présenté, hier, au centre de presse d’El Moudjahid,  en présence de deux professeurs d’histoire à l’université d’Alger,  en l’occurrence Daho Djerbal et Lahcène Zghidi et  M. Boukassem Youcef chercheur en patrimoine local.
  Le livre de 160 pages comporte trois chapitres.
Le premier est une compilation de témoignages sur les stratégies de la Révolution de Novembre dans la région du Tassili n’Ajjer ; le deuxième revisite les batailles et les hauts faits historiques dans la période de la résistance et la Révolution et le troisième est consacré à la collecte de la matière historique (recherche historique, le récit et la poésie).  En annexe, un album photos.
Daho Djerbal, qui a réalisé des travaux de recherches basés sur des témoignages, a expliqué que la collecte de récits de personnes qui ont vécu la Révolution ou ont été des témoins d’événements doit obéir à des critères scientifiques.
 A propos de la préservation du patrimoine immatériel doit être organisé dans un cadre institutionnel. Et une certaine méthodologie, car le témoignage peut devenir un document qui peut être archivé.  Il dira aussi, que le témoignage écrit ou oral, doit être vérifié.
Il ira plus loin, en ajoutant que la traduction doit être aussi authentifiée pour éviter toute falsification volontaire ou involontaire.
 Le professeur Lahcene Zghidi voit dans ce travail, qui a démarré en 2007, un travail d’avenir qui a besoin d’être encadré, car dans cette région, il n’y a pas d’écrits, et tout est basé sur la mémoire collective.  
 L’universitaire rappellera que les universités algériennes accordent un intérêt particulier à la participation de la région Sud à la Révolution de Novembre.
Nora Chergui
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions