jeudi 19 septembre 2019 22:01:50

Soudan du Sud : Risque d’extension des combats

Obama : «Les Etats-Unis prendront de nouvelles mesures si nécessaire»

PUBLIE LE : 23-12-2013 | 23:00
D.R

Au moment où des promesses de dialogue et de réconciliation ont été formulées et que la mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) annonce son redéploiement et l’envoi de renforts militaires à Bor et Bentiu, tout porte à croire que la situation se complique davantage puisque l'armée régulière prépare une offensive contre les rebelles menés par l'ancien vice-président.

Ainsi, les combats menacent désormais de s'étendre au reste du Soudan du Sud, déjà en proie à de vives tensions ethniques. L'armée sud-soudanaise se préparait hier lundi à une offensive majeure contre les forces rebelles de l'ex-vice-président Riek Machar, a affirmé  un responsable militaire.          
Des renforts de l'armée se dirigeaient vers Bor, la capitale de l'Etat du Jonglei, chroniquement instable, prise la semaine dernière par les hommes de Machar. «Nos soldats vont reprendre la ville de Bor aux forces de la rébellion»,  a affirmé le porte-parole de l'armée sud-soudanaise, Philip Aguer. «Les forces de Machar contrôlent toujours la ville, mais nous nous préparons  à la reprendre», a-t-il précisé.  
La Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) a annoncé dimanche qu'elle va envoyer des renforts militaires à Bor et Bentiu,  au moment où l'ONU a commencé à évacuer son «personnel non essentiel» de Juba, la capitale du Soudan du Sud. Dans un communiqué, la Minuss indique que ce redéploiement est «une  mesure de précaution» pour éviter d'épuiser ses ressources à Juba, où près de 20.000 civils se sont placés sous la protection de l'ONU. Le personnel civil de la base de Bor (à 200 km au nord de Juba) a déjà été transféré vers Juba et la Minuss va «renforcer sa présence militaire» à Bor et Pariang (un millier de kilomètres au nord de Juba) «pour continuer à remplir son mandat de protection des civils sud-soudanais», a indiqué le communiqué de l'ONU.
De même, des préparatifs sont en cours pour évacuer le personnel non  essentiel de la base de l'ONU à Bentiu (à un millier de kilomètres au nord de Juba) et y envoyer des renforts militaires.
«Nous n'abandonnons pas le Soudan du Sud», a déclaré la représentante spéciale de l'ONU dans le pays Hilde Johnson, citée dans le communiqué. «Nous disons clairement à tous ceux qui nous menacent ou nous attaquent que nous ne nous laisserons pas intimider.» Une base de l'ONU avait été attaquée jeudi à Akobo dans l'Etat de Jonglei par des jeunes de l'ethnie Nuer qui ont tué une dizaine de civils de l'ethnie rivale Dinka et deux Casques bleus indiens. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé dimanche la fin immédiate des violences au Soudan du Sud, qui mettent en danger, selon lui, l'avenir de ce jeune pays.
          
Obama : «Les Etats-Unis prendront de nouvelles mesures si nécessaire»
Le président américain Barack Obama a déclaré dimanche que les Etats-Unis prendront de nouvelles mesures «si nécessaire», après l'attaque contre leurs soldats. «Je suis la situation au Soudan du Sud pour assurer la sécurité des citoyens, du personnel et des biens américains, dont notre ambassade», a  indiqué M. Obama dans une lettre au Congrès, ajoutant qu'il comptait sur le soutien de ce dernier en la matière.
Le Soudan du Sud est déchiré par un conflit interne et quatre soldats américains avaient été blessés samedi par des tirs d'origine non identifiée visant leurs appareils près de l'aéroport de Bor. Ils faisaient partie d'un groupe «d'environ 46» militaires qui arrivaient à bord d'appareils hybrides CV-22 Osprey (croisement entre un avion de transport et un hélicoptère) pour participer à l'évacuation d'Américains du Soudan du Sud, alors que le pays risque de glisser vers la guerre civile, a précisé le président.
La mission de samedi a été annulée pour raison de sécurité et les appareils sont repartis vers l'Ouganda.
Dimanche, le département d'Etat a annoncé que des Américains et d'autres étrangers avaient été évacués de Bor vers la capitale Juba à bord d'hélicoptères de l'ONU et d'hélicoptères civils américains.
Environ 380 fonctionnaires et simples ressortissants américains et quelque 300 ressortissants d'autres pays avaient été évacués vers Nairobi et d'autres pays en dehors du Soudan du Sud, a ajouté le département d'Etat, qui recommande  aux Américains de quitter le pays immédiatement et à ceux qui restent de garder le contact avec l'ambassade.

CICR : «Les violences contre les civils doivent cesser»
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a indiqué dimanche que les violences contre les civils doivent cesser.  Le CICR se dit préoccupé par les actes de violence contre des civils qui se seraient produits ces derniers jours au Soudan du Sud. Il appelle toutes les parties au conflit à respecter les règles du droit international humanitaire et demande instamment à tous ceux qui sont impliqués dans les violences à respecter les principes humanitaires fondamentaux.  «Nous sommes extrêmement préoccupés par les rapports qui font état à la fois d'assassinats ciblés de civils et de mauvais traitements», a déclaré  Melker Mabeck, chef de la délégation du CICR à Juba. Il faut que les civils soient protégés contre les attaques. La vie humaine  et la dignité de toute personne doivent être respectées, a-t-il indiqué.          
 Le CICR a aussi appelé les parties en conflit au Soudan du Sud de tout mettre en œuvre pour protéger et épargner les civils. Ceux qui participent aux combats doivent s'acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire et prendre toutes les précautions possibles pour éviter que des civils soient blessés ou tués. Les attaques dirigées contre des civils et des infrastructures civiles sont interdites. Les attaques aveugles et disproportionnées sont également interdites. En dépit de la flambée de violence qui sévit depuis quelques jours, le CICR et la Croix-Rouge du Soudan du Sud poursuivent leurs activités, faisant  tout leur possible pour soigner les blessés, quel que soit leur camp. Deux équipes chirurgicales complètes du CICR ont été déployées, l'une  à Juba et l'autre à Bentiu. Une troisième équipe complète est actuellement mise en place et sera déployée au Soudan du Sud dans les prochains jours, et plusieurs tonnes de secours et d'équipements médicaux seront acheminées.    

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions