mercredi 08 avril 2020 17:24:02

Chiffres de la fiscalité pétrolière : Consolidés par plusieurs institutions de l'Etat

70% du contrôle de la DGE consacrés à la fiscalité ordinaire

PUBLIE LE : 16-12-2013 | 0:00
D.R

Le secteur pétrolier ne présente pas de risque de  fraude fiscale puisque les chiffres sur la fiscalité et la production pétrolières sont consolidés par plusieurs institutions de l'Etat, a indiqué, hier, à l'APS, une source de la Direction générale des impôts (DGI). La fiscalité du "secteur pétrolier est bien contrôlée. Les chiffres de production déclarés par Sonatrach et ses partenaires étrangers sont consolidés  par plusieurs institutions intervenant, chacune selon ses attributions, dans le contrôle fiscal" de ces compagnies, a précisé la même source. Selon cette source, l'Agence Alnaft a à sa charge le contrôle de la redevance pétrolière. La banque centrale est chargée quant à elle de vérifier  les flux financiers des exportations des hydrocarbures. L'administration douanière a pour mission de contrôler les quantités  produites et exportées, alors que l'administration fiscale intervient pour contrôler les revenus à travers la vérification de la véracité du chiffre d'affaires déclaré, a-t-on expliqué. "C'est une coordination intersectorielle et une mutualisation des informations  qui font que rien n'échappe au fisc", a assuré la même source. En matière de contrôle fiscal des grandes entreprises, la DGI agit suivant une grille des risques qui l'aide à cibler correctement les contribuables sur lesquels pèsent des présomptions de fraude.
"La DGI a ses priorités (en matière de contrôle fiscal) car elle agit suivant les risques. Actuellement le risque de fraude est-il vraiment situé au niveau de Sonatrach et de ses associés?", s'est interrogé la même source, ajoutant qu’ ‘’il ne faut pas aller au hasard, le risque est ailleurs". Evoquant les critiques de la Cour des comptes concernant les insuffisances constatées au sein des services intervenant en matière de fiscalité pétrolière,  la même source a reconnu que la DGI ne "dispose pas de beaucoup de contrôleurs".  
Cependant, "s'il y a  nécessité, nous les mobiliserons", a-t-elle affirmé.

70% du contrôle de la DGE consacrés à la fiscalité ordinaire            
Suivant cette grille des risques, la direction des grandes entreprises (DGE) consacre l'essentiel de son contrôle aux déclarations de la fiscalité ordinaire des compagnies pétrolières, selon elle. En effet 70% du contrôle de la DGE est orienté vers les déclarations de la fiscalité ordinaire des compagnies intervenant dans l'activité pétrolière. Le contrôle des déclarations de la production et du revenu imposable (fiscalité  pétrolière), étant assuré par plusieurs institutions en vertu de la loi sur les hydrocarbures et ses textes d'application, a-t-elle encore précisé. En outre, tout le secteur pétrolier est soumis à des contrôles fiscaux ponctuels et allégés suite à des instructions du directeur général des impôts,  Abderrahmane Raouya, aux services de la DGE. En cas de doute, la DGE approfondie son inspection en recourant à une vérification complète de la comptabilité générale de la compagnie pétrolière sur une période de quatre exercices. La DGE dispose à cet effet d'une sous-direction chargée de la fiscalité  des hydrocarbures à laquelle sont affectés 26 agents de contrôle et non pas trois comme indiqué dans le rapport de la Cour des comptes, a tenu à relever la même source.
La sous-direction est scindée en deux services et ce, pour les besoins d'un suivi rigoureux des dossiers fiscaux. Le premier service est chargé de la gestion courante de la fiscalité, y compris le contrôle des déclarations simples. L'autre service, composé de dix vérificateurs, effectue, quant à lui, des vérifications plus complexes allant  jusqu'à la vérification de la comptabilité générale des compagnies pétrolières.

  • Publié dans :
  • DGI
DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions