mardi 13 novembre 2018 20:13:03

Tomber de rideau sur la 7e édition du festival national de la musique andalouse Sanaâ : Le premier prix à l’association El Amraouia de Tizi-Ouzou

L’association musicale El Amraouia de Tizi-Ouzou a été récipiendaire du grand prix du festival, le deuxième prix a été attribué à Ibn Badja de Mostaganem, quant au troisième prix, il est revenu à l’association les Beaux-Arts d’Alger.

PUBLIE LE : 12-12-2013 | 0:00
D.R

L’association musicale El Amraouia de Tizi-Ouzou a été récipiendaire du grand prix du festival, le deuxième prix a été attribué à Ibn Badja de Mostaganem, quant au troisième prix, il est revenu à l’association les Beaux-Arts d’Alger.

Nombreux ont été ceux qui n’ont pas eu la chance de pouvoir assister à la clôture de la 7e édition du festival, qui s’est tenue mardi soir à la salle Ibn Zaydoun d’Alger, les portes ayant été closes à une heure de la cérémonie, vu la nombreuse affluence. En présence de nombreuses personnalités politiques et artistiques, Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, a remercié Nacereddine Chaouli en chantant avec lui en chœur une chanson du patrimoine qui glorifie la capitale Alger. Chaouli, et comme à son accoutumée, est parvenu durant la première partie du spectacle à faire bouger le public avec ses envolées lyriques et la cohérence musicale de son orchestre.
Il débute son concert avec la qsida ya chfiee, interprète par la suite ya man tara, avant de finir par ya qalbi kheli hali. La deuxième partie de la cérémonie a reçu sur scène une artiste de renom dans l’univers andalou algérien, il s’agit de la talentueuse Beihdja Rahal, qui a captivé l’attention du public durant plus d’une heure par sa voix cristalline et son orchestre enchanteur, notamment le virtuose de qanûn que le public a longuement applaudi. L’artiste a tenu à rendre hommage au regretté Sadek El Bejaoui, l’un des virtuoses de la musique andalouse en Algérie. « J’insiste toujours pour dire aux jeunes que la musique andalouse est une musique traditionnelle et classique, elle fait partie de notre patrimoine national, il ne faut jamais être pressé de commencer une carrière professionnelle, la formation dans ce genre musical est très longue, et elle demande patience et rigueur. Après, l’avenir est assuré et radieux », a-t-elle soutenu sous les applaudissements. Beihdja Rahal a débuté son concert par une nouba en mode sika, sa voix de ténor a fait réagir le public à chaque changement de cadence. A la fin du spectacle, les regards se sont dirigés vers Salah Boukli-Hacène, président du jury du festival qui a choisi l’association musicale El Amraouia de Tizi- Ouzou lauréate du grand prix décerné par la ministre de la Culture Khalida Toumi. A ce titre, il a fait savoir que les critères de choix étaient la prestation individuelle et collective sur scène, la cohésion, l’équilibre et l’accord des instruments de musique ainsi que l’appréciation générale.
Kader Bentounes
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions