lundi 19 novembre 2018 09:13:15

7e édition du festival de la musique andalouse Sanaâ : Des soirées conviviales et savoureuses

Deux associations se produisent depuis le 5 décembre à la salle Ibn Zeydoun d’Alger, et ce, jusqu’à la clôture lors de la remise des prix avec une soirée animée par Nacereddine Chaouli et Behdja Rahal.

PUBLIE LE : 10-12-2013 | 0:00
Ph. Nacéra

C’est en présence de plusieurs personnalités politiques et artistiques, qu’a débuté le concert, dimanche soir, devant un parterre de mélomanes dans une salle archicomble bien avant le début de la soirée. Le public présent a apprécié dans une ambiance à la fois silencieuse et savoureuse l’association algéroise qui a réussi des performances de qualité avec des envolées lyriques des douces voix féminines, et de la musique agréable des nombreux musiciens de l’association des Beaux-arts d’Alger. La nouba m’djenba a marqué le début de la soirée avec des youyous qui retentissaient de partout, l’association lauréate de l’édition 2010 du même festival a réussi par la suite un inqilab avec lequel le public a allégrement applaudit, elle enchaîne avec un m’ssader, un btayhi et pour finir deux insiraf. La fin de la première partie de la soirée a été grandiose sous des applaudissements et encouragements assourdissants venant des quatre coins de la salle, au moment où le chef d’orchestre Abdelhadi Boukoura recevait un bouquet de fleurs de la part de Karima Bouchtout, commissaire du festival.
La deuxième partie de la soirée qui a mis la ville de Tizi-Ouzou à l’honneur, a été animée par l’association musicale El Amraouia, et son chef d’orchestre Amar Driss. Le public connaisseur a savouré durant plus d’une heure la saveur des tons et des sonorités d’une musique traditionnelle ancestrale produite avec beaucoup de réussite par une association créée seulement en 2007. El Amraouia de Tizi-Ouzou a entamé son show par la nouba ghrib-m’chalia, elle interprète par la suite deux btayhi, une relaxation au milieu avec un savoureux istikhbar, et pour finir en beauté avec deux insiraf sous les applaudissements et l’interprétation en chœur de certaines qasidats par l’affluence nombreuse qui est resté réceptive  jusqu’à la fin de la soirée.
Ce qui a attiré l’attention du public c’est l’arrière plan de la scène, un choix artistique fait par les organisateurs qui ont réussi à plonger les spectateurs dans une atmosphère pittoresque de l’Algérie d’antan, avec le décor d’un palais d’été de l’un des dey d’Alger, centré d’une cour intérieure et une fontaine, ainsi que des arbres aux beaux feuillages vert. Un décor qui a donné un souffle lointain à cette musique traditionnelle qui a su se maintenir à travers les siècles.
Sous le patronage de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, huit associations musicales issues de plusieurs villes sont en lice pour l’obtention du grand prix du festival qui sera décerné ce soir à partir de 18h30 avec une soirée musicale andalouse. Le festival a eu des échos élogieux auprès des mélomanes passionnés de ce genre musical, notamment les  citadins. Rappelons que cette 7e édition a rendu hommage à l’un des pionniers de la musique andalouse en Algérie, le regretté Sadek El Bejaoui, qui a tant donné à cette musique classique qui est inscrite dans l’identité culturelle algérienne.
    Kader Bentounes

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions