mardi 19 novembre 2019 02:30:42

3e Festival International du « Samaa Soufi » à Sétif : La bonne parole, l’amour et la tolérance

Somptueusement ouvert samedi dans un décor féerique, haut de couleurs et de sons que balaient des lumières magiques qui confèrent à cette rencontre sa juste dimension culturelle, le troisième festival international du «Samaa Soufi» qui se poursuivra jusqu’au 14 de ce mois, n’a donc pas fait exception à la règle et ne manque pas d’attirer un nombreux public.

PUBLIE LE : 10-12-2013 | 0:00
D.R

Somptueusement ouvert samedi dans un décor féerique, haut de couleurs et de sons que balaient des lumières magiques qui confèrent à cette rencontre sa juste dimension  culturelle, le troisième festival international du «Samaa Soufi» qui se poursuivra jusqu’au 14 de ce mois, n’a donc pas fait exception à la règle et ne manque pas d’attirer un nombreux public. Une rencontre d’autant plus belle marquée cette année, après une première qui s’est tenue à Tlemcen, alors capitale de la culture islamique, par une participation internationale record de pas moins de 11 pays, la Chine, la Turquie, le Tunisie, l’Irak, la Serbie , la Syrie, la Libye, le Sénégal, la Jordanie, l’Iran et l’Egypte et l’Algérie présente avec les meilleures formations du pays, venues porter au grand jour les beaux secrets d’un patrimoine brillant et les vertus du soufisme dans un florilège de chants qui enchantera le public.
Dans cette maison de la culture Houari Boumediene qui s’est parée de ses plus beaux atours pour accueillir l’événement, la cérémonie d’ouverture marquée par la présence de Mohamed Bouderbali, wali de Sétif, le représentant de la ministre de la Culture ainsi que les autorités de la wilaya et de nombreux hommes de culture, a permis au commissaire du festival M Driss Boudiba , directeur de la culture au  niveau de la wilaya de Sétif de faire état de l’importance de cette troisième édition qui se veut être un pont de l’amitié et de la fraternités entre les peuples, soulignant par la même l’audience que connait dès lors le «samaa Soufi» qui relève d’une inspiration spirituelle profonde.
Cette édition, placée sous le haut patronage de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture et du wali de Sétif constitue également un moment fort qui vient consolider l’enracinement des vertus de ce merveilleux patrimoine que voici naissant depuis la nuit des temps de cette wilaya et ancrer sa dimension authentique au cœur de la société.
Face à cette affluence nombreuse, composée en grande partie, qui prenait place dans la salle, cette première relèvera en effet d’un succès sans précédent que mettra notamment en œuvre la formation Turque de Erkane Motlo, brillant sur tous les instruments depuis son enfance après sa sortie de l’université de Marmra de Turquie en 1992. Veritable virtuose en effet qui allait dans cette formation de haut niveau le geste à la  forte symbolique du riche patrimoine Ottomane qu’il chantait et dansait à faire rêver tous ceux là qui ne regrettaient sans doute pas d’avoir choisi de venir l’accompagner. Ce ténor qui atteindra le summum  du «Samaa Soufi» en 1999, lorsqu’il  enregistrera un de ses plus beaux albums intitulé El achg el Ilahi dont il interprétera certains morceaux sur fond d’une très belle mosaïque qu’entretenait une formation de 12 musiciens et chanteurs.
Coup sur coup, Erkane Motlo séduira son public jusqu’à faire «exploser» l’applaudimètre et placer la barre très haut lors de cette première journée à laquelle prendra part également la formation locale «Michouar el Houda» qui s’est distinguée au fil du temps et interprétait ce soir plusieurs « Ounchoudet Soufia» dont Alamouni fi kalal Allah.
Dimanche, au titre de la seconde  journée de ce festival dont l’objectif qu’il s’assigne tend à impulser d’avantage l’action culturelle dans cette wilaya et par de telles manifestations, ancrer les nobles vertus  des individus au sein de la société, l’enthousiasme n’en sera pas moins fort avec en ouverture la troupe serbe «Jolistane ou la cité des fleurs» qui réalisera à son tour un véritable tabac. Une formation composée de 4 femmes et 7 hommes venus de loin pour exprimer avec fierté la beauté d’un patrimoine dira Jolistane qui ajouter : «Nous sommes porteurs d’un bouquet de fleurs et d’un message d’amitié et de paix à nos frères Algériens» poussant l’intensité à son paroxysme lorsqu’il évoquera la qualification de notre équipe nationale au mondial sous les cris de «one two three viva l’Algérie», déployant lui et tous les autres membres de sa formation des écharpes aux couleurs nationales et l’emblème national algérien. Belle image de fraternité en effet qui ira se fondre dans une merveilleuse symbiose, lorsque Serbes et Algériens, des hommes et des femmes se retrouveront ensemble sur scene pour chanter «  La ilah ila Allah, Salam, Baraka Allah Fikoum, Hasbi Rabi et bien d’autres interprétations qui feront vibrer le public et permettront à cette troupe qui chante en cinq langue et qui fêtera cette année le dixième anniversaire de sa création.
Comme la cerise sur le gâteau émergera ensuite de son silence la formation chinoise de Abdulah Arkane ou l’homme libre, ce jeune qui était en premier lieu dans le domaine du flamenco et qui depuis la naissance de ses triplés au premier accouchement de son épouse en dépit de la limitation des naissances en Chine, se fondera dans le «Samaa Soufi» et connaîtra un succès sans faille, lorsqu’à un concours de chant auquel participeront 2 millions de jeunes Chinois, il remportera la première place et s’envolera dans une renommée extraordinaire.
A Sétif, en prenant part pour la première fois, à cette troisième édition du «Samaa Soufi» Abdulah Arkane sera sans doute le meilleur des meilleurs quand il interprétera en chinois Ya Zahret el Madih. Eness el Gariboun min echems sera une des autres interprétations qui lui vaudra l’ovation du public et de continuer accompagné de musiciens chevronnés, alliant merveilleusement bien le traditionnel au moderne, il interprétera cette chanson qui lui avait valu la première place : Où trouver mon bonheur.
Une exposition de la calligraphie arabe et des conférences sur le soufisme et la création artistique, marqueront également cette troisième édition fondé sur la bonne parole, l’amour et la tolérance.
    F. Zoghbi
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions