jeudi 20 juin 2019 21:14:16

Syndicat nationale des magistrats : « Le service public dans le secteur de la justice s’est amélioré »

Le service public dans le secteur de la justice s'est amelioré à la faveur des mesures prises, notamment celles visant la réduction du nombre des documents exigées pour le retrait du certificat de nationalité et du casier judiciaire

PUBLIE LE : 08-12-2013 | 0:00
D.R

Le service public dans le secteur de la justice s'est amelioré à la faveur des mesures prises, notamment celles visant la réduction du nombre des documents exigées pour le retrait du certificat de nationalité et du casier judiciaire, a indiqué samedi à Alger le président du Syndicat national des magistrats, Djamel Aïdouni.  Intervenant au forum du quotidien DKnews, M. Aïdouni a précisé que le service public dans le secteur de la justice s'est amélioré grâce à certaines mesures dont la simplification des procédures de délivrance du certificat de nationalité et du casier judiciaire, lesquels sont délivrés en un «temps record» et partout à travers le territoire national, abstraction faite du lieu de naissance.  Lors de cette rencontre organisée sous le thème «accompagner les mesures de réforme pour améliorer la qualité du service public au sein de l'administration», M. Aïdouni a mis l'accent sur la nécessité de prendre une série de mesures en vue d'offrir un meilleur service public, dont la numérisation des dossiers judiciaires et des signatures de maniere à faciliter les opérations administratives outre la création de nouvelles structures judiciaires.  Il a, également, estimé que le principal facteur à même d'améliorer le service public dans le secteur de la justice consiste en «le contrôle périodique de la mise en œuvre des notes administratives concernant l'amélioration du service public».
A une question sur les amendements introduits récemment au code pénal, M. Aïdouni a indiqué que ce code a été amendé à plusieurs reprises depuis 1995 rappelant que les amendements doivent répondre aux attentes de la société, en allusion au durcissement de la peine infligée aux auteurs d'enlèvement d'enfants.  Les magistrats «sont tenus d’appliquer la peine capitale, car consacrée par la loi» précisant que sa mise à exécution «ne relève pas des prérogatives du magistrat, le pouvoir exécutif étant la seule partie habilitée à le faire», a-t-il ajouté.
S'exprimant sur le Haut conseil de magistrature, le président du syndicat national des magistrats a rappelé que six magistrats avaient comparu devant le conseil de discipline pour avoir commis des fautes purement professionnelles.
L'occasion était pour Aïdouni d'exprimer son «optimisme» quant au dialogue en cours entre le syndicat et le ministère de la Justice précisant que son syndicat était à pied d'œuvre pour la définition de la liste des revendications sociales des magistrats, notamment la révision des indemnités et primes inchangées depuis 2008.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions