mardi 25 septembre 2018 21:02:09

Marchés informels : Éradication de près de 70% de sites

Plus de 800 marchés informels sur les 1.370 recensés à l’échelle nationale ont été éradiqués depuis le début de l’opération de résorption de ces marchés, lancée en août 2012, a-t-on appris auprès du ministère du Commerce.

PUBLIE LE : 05-12-2013 | 0:00
D.R

Plus de 800 marchés informels sur les 1.370 recensés  à l’échelle nationale ont été éradiqués depuis le début de l’opération de résorption  de ces marchés, lancée en août 2012, a-t-on appris auprès du ministère du Commerce.
«À fin octobre 2013, 833 marchés informels ont été éradiqués sur les  1.368 existants et 17.577 sur les 40.000 intervenants dans ces marchés ont été redéployés dans de nouveaux marchés de proximité», a précisé à l’APS, Abdelaziz Ait Abderrahmane, directeur général de la Régulation et de l’organisation des activités au ministère du Commerce. Fin août 2012, le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales  en collaboration avec celui du Commerce avaient entamé une large opération d’éradication des marchés informels qui causaient des pertes financières à l’Etat estimées  en 2011 à plus de 10 milliards d’euros par an, selon des données du ministère  du Commerce. En 2011, le ministre du commerce, Mustapha Benbada, affirmait que les  transactions sans factures ont été estimées à 155 milliards de dinars en trois  ans, soit un peu plus d’un milliard d’euros. Une enveloppe de 14 milliards de DA, dont 10 milliards par le ministère  du Commerce et 4 milliards de DA par celui de l’Intérieur, a été mobilisée  pour la résorption de ce phénomène de commerce informel, à travers la mise  en place d’espaces commerciaux réglementés au niveau des collectivités locales. Un programme national d’assainissement des activités commerciales informelles  a été mis en œuvre, ces trois dernières années, pour endiguer ce phénomène  à travers l’intégration des commerçants informels dans les circuits officiels. De nombreuses mesures destinées à la résorption du commerce informel ont été ainsi prises par le ministère du Commerce ou en concertation avec celui de l’Intérieur et des collectivités locales. La résorption de l’informel en Algérie s’est traduit également par la  réhabilitation des infrastructures existantes. Une opération pour laquelle le  ministère du Commerce a dégagé un financement d’un montant de 5,9 milliards  DA.
«Les grands marchés informels ont bien disparu. L’objectif d’éliminer  l’informel ne sera atteint qu’une fois toutes les structures prévues par le programme sont réalisées», a affirmé M. Ait Abderrahmane. Ainsi, le nombre d’infrastructures de détail existantes, selon ce responsable  est estimé à 1.624 marchés, alors que 714 marchés sont en cours de réalisation  et 245 autres sont en projets. «Batimetal a bien avancé dans la réalisation des 327 marchés. Elle devrait  réaliser 90% du programme fin décembre prochain», dit-il. Pour sa par, l’Union générale des commerçants et artisans algériens  (UGCAA) a appelé à favoriser le développement des marchés de proximité et localiser les sites des nouveaux marchés au plus près des consommateurs. «Près de 50% de marchés informels existent toujours, selon les statistiques communiquées par nos bureaux régionaux. Certaines wilayas n’ont pas été concernées par cette opération (éradication de marchés informels), à l’instar de la wilaya de Skikda où aucun marché n’a été éradiqué», a souligné le secrétaire général de l’UGCAA, Salah Souilah.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions