lundi 19 novembre 2018 00:42:02

Les pactes d’actionnaires ont été signés hier : Création de deux sociétés minières

M. Yousfi, à propos de l’OPEP : « L’Iran a toujours respecté ses engagements »

PUBLIE LE : 03-12-2013 | 0:00
D.R

«Nous avons l’un des plus grands gisements de fer dans le monde, avec des réserves considérables, mais il y a des défis à relever», a affirmé, hier, Youcef Yousfi.

La Sonatrach et le groupe minier public Manadjim Aldjazaïr (MANAL) ont signé, hier à Alger, deux pactes d’actionnaires, entrant dans le cadre de la création de deux nouvelles sociétés minières. La cérémonie de signature s’est déroulée en présence des ministres des l’Énergie et des Mines, Youcef Yousfi, et du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounès.
La première entité est dénommée Société nationale du fer et de l’acier, par abréviation «FERAAL SPA». Elle est créée en partenariat entre SONATRACH/Holding AIE (55%), MANAL (25%) et SIDER (20%). Son capital social de départ est de 200.000.000 DA. Elle a pour objet social : l’étude, l’exploitation, le transport, la transformation et la commercialisation du minerai de fer et de ses dérivés issus des gisements de fer Gara Djebilet et de Mecheri Abdelaziz.
FERAAL/SPA vise à satisfaire les besoins de l’industrie sidérurgique  algérienne en matières premières et des produits semi-finis. Les surplus seront destinés à l’exportation. Ce projet devrait générer en phase réalisation 15.000 emplois et en phase d’exploitation 5.000 emplois directs et 25.000 emplois indirects. L’investissement serait de l’ordre de 15 milliards de dollars, infrastructures de base comprise.
La création de la deuxième société dénommée Société nationale de la baryte, par abréviation «BARYTAL», répond à un objectif d’approvisionnement en barytine des filiales de SONATRACH activant dans le domaine du forage pétrolier. Elle est créée en partenariat entre trois filiales du Groupe SONATRACH, à savoir : l’ENSP (20%), l’ENTP (20%) et l’ENAFOR (20%), et une filiale du Groupe MANAL, l’ENOF (40%). Son capital social de départ est de 200.000.000 DA.
«BARYTAL» a pour objet l’étude, le développement, l’exploitation et la commercialisation de la barytine du gisement de Draïssa, situé dans la wilaya de Béchar et/ou des autres substances minérales entrant dans la composition des fluides de forage provenant des différents gisements. Le projet devrait générer 200 emplois durant la phase exploitation avec un niveau d’investissement estimé à 3 milliards de dinars.
En marge de la signature des deux contrats, M. Yousfi a déclaré que «c’est un projet d’une très grande importance pour l’économie et l’industrie nationale, ainsi que pour le développement de la région». Et de poursuivre : «Nous avons l’un des plus grands gisements de fer dans le monde, avec des réserves considérables, mais il ya des défis à relever.»
Le premier défi, selon le ministre, est «la qualité du minerai dans lequel il y a deux matières qui sont le phosphore et l’arsenic, qu’il faut éliminer ; à partir du moment où l’on transforme ses minerai en acier, c’est probablement plus facile à éliminer ».
Aussi, «le deuxième défi est de trouver assez d’eau pour le traitement du minerai dans la région de Ghara Djebilet, et de trouver des sources d’énergie de manière également nécessaire, sans oublier le défi de le transporter sur des centaines de kilomètres, du minerai de la mine jusqu’au centre de traitement», a-t-il expliqué.
Toutefois, le ministre reste confiant. Il a estimé que «les sociétés qui ont été choisies ont de l’expérience, de la volonté et de la capacité financière et humaine afin d’entreprendre ce projet, et nous sommes confiants pour la réussite de ces projets». Et d’ajouter : «Cela va donner dix millions de tonnes d’acier. Actuellement, nous importons pour cinq milliards de dollars de produits sidérurgiques. Donc nous allons satisfaire nos besoins en acier sur une vingtaine d’années. Nous allons peut-être dans le future accroître ces capacités de dix millions de tonnes, ce qui va apporter des milliers d’emplois et également donner un catalyseur au développement de toute une région de l’Algérie.»                   
De son côté, le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, M. Benyounès, a déclaré qu’«il y a de très grands projets dans le domaine de la sidérurgie.» Et d’ajouter : «Ce sont des projets qui vont nous permettre d’assoir une véritable base industrielle, car aucun pays ne peut se développer s’il n’a pas une véritable et solide base industrielle.»  
Wassila Benhamed

M. Yousfi, à propos de l’OPEP :
« L’Iran a toujours respecté ses engagements »
«En ce qui concerne la production, actuellement, le marché international est bien approvisionné. Pour le moment, il est probable que l’OPEP maintienne ses décisions en matière de production. L’Iran est un pays membre de l’OPEP, il a toujours respecté ses engagements. Et s’il y a des décisions au niveau de l’OPEP de maintenir le plafond de production, je suis persuadé que l’Iran les respectera.»                                            
W. B.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions