vendredi 16 novembre 2018 22:07:03

M. Sellal dans la Wilaya d’Oum El Bouaghi : « Former des élites et développer l’agriculture »

Le Premier ministre a poursuivi son cycle de visites en se rendant, hier, dans la 30e wilaya inscrite dans son agenda, celle d’Oum El Bouaghi. Plusieurs projets ont été inspectés.

PUBLIE LE : 14-11-2013 | 0:00
D.R

De notre envoyé spécial à Oum El Bouaghi : Fouad Irnatene

Le Premier ministre a poursuivi son cycle de visites en se rendant, hier, dans la 30e wilaya inscrite dans son agenda,  celle d’Oum El Bouaghi. Plusieurs projets ont été inspectés. L’agriculture, l’enseignement supérieur ainsi que les ressources en eau, ont constitué les plus importantes étapes de cette visite.

En se rendant à l’exploitation avicole « Salem » à Ain El Beida, M. Sellal a donné une série d’instructions qui « doivent être appliquées à la lettre » et sans souffrir aucun délai. Objectif : « éviter tout retard ». Des insuffisances ont été constatées par le chef de l’exécutif. Exemple édifiant : le périmètre d’irrigation est de seulement 1.200 hectares, ont expliqué les responsables locaux. Mais M. Sellal place la barre haut et ne veut rien entendre : « En 2014, pas de moins de 5.000 hectares, au moins.» Pour y parvenir, point de recette magique : « Il suffit d’être pragmatique.» Dans ce contexte il leur dira sans ambages : « Le développement du secteur passe, inéluctablement, par l’intégration de filières agricoles à l’université. »
Insistant sur l’agriculture qualifiée d’« avenir de la région », l’hôte de cette ville des Aurès met en relief le foncier agricole, dont « les dossiers de concessions doivent être achevées d’ici le 31 décembre prochain.» Le ton est donné. Aucune excuse ne sera acceptée. Connu pour son franc parler, M. Sellal a fait savoir aux différents responsables que « l’Algérie se construit par le travail et les efforts de tout un chacun.» S’il tient au développement du secteur agricole, le Premier ministre fait de l’enseignement supérieur une autre priorité. Son cheval de bataille.
Reçu par les doyens des différentes facultés de l’université Larbi Ben M’Hidi de Ain El Beida, M. Sellal a, de prime abord, a jugé «excessif» le montant de 200 millions de dinars réservé aux réévaluations des différentes infrastructures du nouveau pôle universitaire dont bénéficiera Oum El Bouaghi. « C’est trop », lance-t-il à l’adresse des responsables. Et d’ajouter : « Je ne veux pas de bricolage, il faut achever l’essentiel.»

« Il faut élever le niveau de l’université algérienne »

Après s’être enquis de la situation générale de l’enseignement supérieur dans cette ville, le chef de l’exécutif insiste auprès des doyens sur la « généralisation du jumelage » entre les universités algériennes et étrangères. Les échanges entre étudiants et enseignants « ne devraient jamais cesser, il faut qu’ils s’effectuent d’une façon continue et s’étendent de plus en plus.» S’approchant des étudiants qui ont été nombreux à lui souhaiter la bienvenue, M. Sellal a demandé « davantage d’efforts pour élever le niveau de l’université algérienne.» Et ce n’est pas tout, puisqu’il a instruit les doyens à mieux développer la langue anglaise, les appelants à signer, dès à présent, des « conventions ». A ce titre, il assure que l’« argent ne posera jamais problème, l’Etat est là pour vous assister. » L’acquisition de l’expérience des autres « est une urgence.»   Pour la langue de Shakespeare, l’hôte des Aurès demande aux responsables de l’université de « saisir la volonté des autorités britanniques qui aspirent à lancer des programmes pionniers en matière de formation.» Dans ce contexte, il y a lieu de rappeler que lors de ses récentes sorties médiatiques, l’ambassadeur britannique a relevé la réouverture, en 2014, du « British Council ». Très attentif, rien ne semble échapper à M. Sellal. L’équipement de laboratoires en matériel de technologie pointue est, à ses yeux, « une nécessité ».
A l’écoute des doléances des étudiants en fin de cycle, notamment ceux des filières techniques et scientifiques, le Premier ministre dira : « Vous êtes une élite, à l’avenir il faut être des leaders dans votre domaine. » Et de poursuivre : « Il faut penser à la création des entreprises dans le cadre de l’Ansej et se débarrasser de l’esprit du salarié. Les pays développés basent désormais leur développement sur la promotion des PME », a-t-il dit.
Durant sa visite à l’université Larbi Ben M’hidi, le Premier ministre a mis l’accent sur la « créativité ». Un facteur qui sépare, selon lui, le bon grain de l’ivraie. Cet esprit créatif « sera bénéfique à notre marché du travail », appelé de plus en plus à une concurrence ardue. Aussi, M. Sellal préconise à cette frange de « cultiver l’esprit de l’espoir » en lui promettant l’assistance du gouvernement.
Par ailleurs il y a lieu de souligner que la ville d’Oum El Bouaghi bénéficiera de 8.000 nouvelles places pédagogiques, réparties sur les instituts de sport, de technologie, de sciences commerciales et de sciences humaines.
Quant à l’université d’Ain El Beida, créée en 1983, celle-ci est immense, et s’étale sur 4 campus spécialisés en informatique, génie mécanique, chimie et robotique ainsi qu’électronique. L’effectif global des étudiants est de 22.299, dont 21.229 sont inscrits en système LMD, que le Pr. Addad Mohamed Chérif, doyen de la faculté de l’architecture et des sciences de la terre, qualifie de «réussite».
De ce nombre, 1.070 étudiants sont en post-graduation et 605 en doctorat. S’agissant de l’encadrement pédagogique, il y a lieu de relever que ladite université dispose de 794 enseignants, dont 177 sont de rang magistral. Comme dans celle de Khenchela, l’université de Ain El Beida est marquée par la dominance de la gent féminine. Ce qui augure du fait que les mentalités ont beaucoup évolué dans ces régions qualifiées autrefois de conservatrices et qui permettent désormais aux filles d’accéder aux plus hauts stades de l’enseignement et des études supérieures.

Opération d’urgence pour une meilleure alimentation en eau potable

A Ain El Fekroun M. Sellal s’est rendu au barrage d’Ourkiss qui alimente en eau potable une population de 530.000 habitants issus de Ain M’lila, Ain Kercha, Ain Fekroun, Ain El Beida et Oum El Bouaghi.
D’ici mars prochain, l’hôte des Aurès espère voir cet ouvrage « rempli à 100% ». A cet effet, il annonce une « opération d’urgence » qui consiste en la mise en place d’une « station monobloc en attendant la mise en marche de la station de traitement ». L’évaluation financière de cette opération « doit être faite ce soir », ordonne M. Sellal. Selon lui, le secteur des ressources en eau ne doit pas constituer le maillon faible de cette zone agricole. Quant au projet du transfert d’eau du barrage de Béni Haroun à celui de Ourkiss, le Premier ministre, ne voulant guère d’un extra-time, exhorte sa mise en achèvement en 2014 pour irriguer une surface de 17.000 hectares. Dans ce contexte, il rappelle les garanties du Président de la République pour régler définitivement le problème d’alimentation en eau potable. Interrogé en marge de cette visite, le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, reconnaît le « déficit hydrique » dont souffre l’ensemble de la région. Toutefois, avec la finalisation du transfert d’eau en question, le problème sera résolu. A signaler que lors de cette visite, le Premier ministre a noté une « nette amélioration » en termes de logements réalisés, soulignant que la wilaya a fait de progrès considérables.
 F. I.

--------------------------------

Un complexe régional de viandes rouges  et une unité de production de filtres à Ain M’lila
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, poursuivant sa visite d’inspection dans la wilaya d’Oum El Bouaghi, s’est rendu à Ain M’lila où il a visité le chantier d’un complexe régional des viandes rouges, doté d’un abattoir intégré, et une unité privée de fabrication de filtres pour engins et véhicules.
Le complexe des viandes rouges, de statut public, initié par l’Algérienne des viandes (Alviar), une filiale de la Société de gestion des participations des productions animales (SGP-Proda) a été lancé en travaux en janvier 2012 pour un coût de 1,97 millions de dinars et 5,09 millions d’euros. Constitué d’un abattoir, de chambres froides, d’un système d’épuration et de stations d’entretien, ce complexe sera livré, selon les responsables en charge du projet, au cours du premier trimestre 2014. M. Sellal a, au cours de son inspection, insisté sur la nécessité d’installer rapidement les équipements de l’abattoir afin qu’il soit opérationnel "avant le prochain mois de Ramadhan". Le Premier ministre a ensuite visité une unité de fabrication de filtres et d’accessoires pour matériel roulant et équipements industriels, implantée dans la zone d’activités de la ville. Cette unité de statut privé, créée au début de l’année 2003, fabrique annuellement 800.000 filtres à air de différents modèles, 290.000 filtres à gas-oil et 864.000 filtres à huile. Elle emploie, selon son gérant, 120 personnes, dont 107 permanents.

--------------------------------

Un pôle urbain de 4.834 logements à Oum El Bouaghi
Un pôle urbain totalisant 4.834 logements, tous segments confondus, en réalisation à Oum El Bouaghi, a été inspecté hier après-midi par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Le Premier ministre, affichant sa satisfaction devant l’homogénéité de ce pôle et la qualité de la réalisation, à rappelé la nécessité de doter ce type d’espaces urbains de toutes les commodités pour les citoyens appelés à y vivre, à l’exemple des espaces verts, des structures commerciales et tous les équipements publics nécessaires. Lancé en travaux en août 2007, sur 149 hectares, pour un délai initial de 48 mois, ce pôle urbain comprenant près de 7.000 logements, tous segments confondus, sera achevé, selon les responsables locaux du secteur de l’habitat et de l’urbanisme, au premier trimestre de l’année prochaine. Le Premier ministre a néanmoins estimé, lors de la présentation sur plan de ce pôle par une architecte en charge du suivi du projet, qu’il n’était "pas normal" qu’il y soit prévu "plusieurs centre-ville". "Un pôle de ce genre ne doit disposer que d’un seul centre-ville, appelé à constituer un point de rencontre convivial pour les citoyens qui doivent y trouver tous les services qui caractérisent le cœur d’une cité pleine de vie", a souligné en substance M. Sellal. Mettant à contribution plusieurs entreprises de réalisation, ce projet a nécessité, selon la fiche technique du projet, la mise en place d’une première enveloppe de près de 642 millions de dinars.

--------------------------------

Répondre aux aspirations sociales
Concilier les exigences croissantes de l’économie de marché avec les aspirations sociales du citoyen, c’est là le pari, certes difficile mais incontournable auquel est confronté le Premier ministre.
Poursuivant son programme de visites dans les wilayas, M. Sellal travaille avec sa patience et son abnégation coutumières à mettre en place une véritable économie sociale, un concept qui puisse concilier à la fois la rigueur de l’économie de marché et les tempérances des exigences sociales.
C’est là, indéniablement, un délicat exercice d’équilibre eu égard à l’immensité du pays, à la diversité des modes de vie avec une population à majorité jeune. C’est dire donc la hauteur des défis auxquels est confrontée l’équipe gouvernementale, à sa tête le Premier ministre, pleinement conscient cependant que cette démarche ne saurait trouver sa pleine application si le terrain n’était au préalable défriché des ronces de la bureaucratie, hydre aux mille têtes, partout présente, minant indiciblement les efforts de l’Etat et creusant le fossé avec le citoyen par la perte de confiance qu’elle génère.
Les conséquences néfastes sont connues outre les pertes de temps inquantifiables : projets bloqués, initiatives gelées, investissements trainant dans les tiroirs par la grâce d’une administration procédurière...
 Le Premier ministre l’aura compris, fort d’une longue mais non moins fructueuse expérience au sein des divers corps de l’Etat, pour avoir fait de la lutte contre le phénomène bureaucratique l’un des points nodaux de ses visites dans les wilayas, rappelant sans cesse au cours de ses rencontres très attendues avec la société civile et avec les autorités locales que l’élimination de ce chancre est le pivot essentiel de l’action du gouvernement pour laquelle ce dernier est pleinement mobilisé en vue d’atteindre les objectifs fixés dans le programme présidentiel.  Cette nécessité impérieuse d’éradiquer ce fléau qui freine les efforts de développement a d’ailleurs trouvé sa pleine concrétisation dans la décision éminemment pertinente de créer un ministère chargé de la Réforme du service public rattaché au Premier ministère.
D’ores et déjà les premières mesures d’allègement et de facilitation de certains documents administratifs ont été favorablement accueillies par le citoyen qui reprend confiance dans les institutions de son pays et dont c’est là la raison d’être.
K. Oulmane

------------------------

Rencontre avec la société civile
« L’Algérie n’accepte aucune manœuvre qui peut menacer sa stabilité sécuritaire »

L’avenir de la wilaya d’Oum El-Bouaghi réside dans l’industrie et l’agriculture, que le Premier ministre voit comme «la seule solution pour lui garantir un développement durable». Comme Khenchella, Oum El-Bouaghi a bénéficié d’une enveloppe complémentaire de 35 milliards de dinars.

Lors de sa rencontre avec la société civile, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a fait savoir que l’«Algérie n’accepte aucune manœuvre qui peut menacer sa stabilité sécuritaire». Après avoir fait un tour d’horizon sur les acquis réalisés jusque-là, M. Sellal dit que «l’Algérie se porte bien, et avec la volonté de ses enfants, elle se portera encore mieux». Selon lui, tous les indicateurs sont au vert, à l’image du «bon climat politique». Le chef de l’Exécutif relève que certains pays «ont du mal à accepter la bonne santé de l’Algérie». La meilleure réponse est celle de «la résistance». Dans divers secteurs, M. Sellal se dit «convaincu que l’avenir est prometteur».
Cet avenir réside dans l’industrie et l’agriculture, que l’hôte de la wilaya d’Oum El-Bouaghi qualifie de «la seule solution» pour garantir un développement durable. À cet effet, il fait part des instructions données pour «faciliter l’investissement». Et invitent les entrepreneurs à s’investir dans l’industrie au profit de «la construction de notre pays». Et d’ajouter : «Rien ne bloque le gouvernement pour y arriver.»
Abondant dans ce sens, il assure que la politique de ce gouvernement «n’a jamais exclu aucun des enfants de la nation. Au contraire, elle est unificatrice et rassembleuse». Après avoir écouté l’exposé du wali d’Oum El-Bouaghi dans lequel il a passé au peigne fin la situation des différents secteurs, M. Sellal, sous les applaudissements d’une salle comble, a fait part de «la volonté et la détermination de l’État à aider cette région qui a réalisé un saut impressionnant».
M. Sellal croit dur comme fer qu’Oum El-Bouaghi sera «une plus-value pour le pays entier». Les efforts à consentir vont dans le sens de «développer le secteur de l’agriculture qui doit être conçu comme une réalité». Si la région est d’habitude frappée par la sécheresse, M. Sellal demeure optimiste et relève que «les choses vont s’améliorer». Au sein du gouvernement, «des décisions seront prises pour aider au maximum cette ville».
D’autre part, le chef de l’Exécutif estime qu’il est grand temps d’«investir dans les étudiants qui sont l’élite de demain». Par ailleurs, et comme dans nombre de ses visites, M. Sellal a mis en relief la nécessité d’accorder une grande importance à l’«aspect architectural de nos villes, lesquelles doivent être à la hauteur des attentes des citoyens et de l’argent qui leur a été consacré».  
 Fouad Irnatene

---------------------------

Création de start-up
Appel aux  responsables à encadrer les universitaires
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a appelé, hier à Oum El-Bouaghi, les responsables universitaires à «accompagner» et à «orienter» les universitaires durant leur cursus pour qu’ils puissent «créer leur propre start-up». «Il faut orienter et accompagner les universitaires durant leur cursus. Et une fois le diplôme obtenu, nous les accompagneront, à notre tour, à travers les différentes formules (de financement), notamment l’ANSEJ (Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes), pour leur permettre de créer leur propre  start-up», a déclaré M. Sellal à l’adresse des responsables universitaires, à l’occasion de la mise en service de la faculté de technologie et des sciences de l’ingénieur d’Aïn Beïda. Il a ajouté qu’il faut que ces universitaires, une fois le diplôme obtenu, ne se sentent pas perdus, soulignant la nécessité de leur «inculquer un savoir et un savoir-faire performant». «Il faut changer les mentalités des universitaires en leur ôtant l’idée de fonctionnariat ancrée dans leur cerveau», a-t-il soutenu. M. Sellal a insisté, à ce propos, sur la nécessité d’«élever le niveau de formation des étudiants pour qu’ils soient en phase avec le besoin du marché du travail en créant des passerelles entre l’université et l’entreprise».

---------------------------

Pour rehausser le niveau  universitaire
« Rentabiliser les jumelages avec des universités étrangères »
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a appelé les responsables locaux du secteur de l’enseignement supérieur, hier au pôle technologique d’Ain Beïda (Oum El-Bouaghi), dont il venait de procéder à sa mise en service, à multiplier les échanges et les jumelages avec les universités étrangères.
«Des jumelages et des relations qu’il s’agit de rentabiliser au maximum pour en tirer le meilleur profit et ne pas se limiter simplement à l’organisation de journées d’étude ou autres rencontres de formation», a déclaré M. Sellal.
Il a également appelé les mêmes responsables à «aider les étudiants à réussir leur insertion dans la vie active en concluant, notamment, des conventions avec des unités économiques et industrielles».
«Nos étudiants doivent aller à la conquête du savoir, des sciences et de la technologie, et se perfectionner dans les technologies modernes dont notre pays a besoin», a encore souligné le Premier ministre.

---------------------------

13 box attribués au marché d’Oum El-Bouaghi  et inauguration du Centre de loisirs scientifiques
Treize jeunes commerçants qui activaient jusque-là dans l’informel ont reçu, à titre symbolique, des mains du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en visite de travail à Oum El-Bouaghi, des décisions d’attribution des box du nouveau marché couvert de la ville. La livraison de cette infrastructure composée de 40 box (carrés), réalisée en six mois par l’entreprise publique Batimétal, pour un montant de près de 30 millions de dinars, découle des efforts entrepris par les pouvoirs publics, à l’échelle nationale, pour venir à bout du phénomène du commerce informel. Dans la wilaya d’Oum El-Bouaghi, 26 sites commerciaux inorganisés et 1.674 vendeurs activant dans l’informel ont été recensés, entraînant l’inscription d’un programme portant sur la réalisation de 22 marchés de proximité, dont quatre sont déjà réceptionnés et livrés. Vingt-deux (22) sites informels ont été résorbés et 17 autres ont fait l’objet d’une action d’aménagement, tandis que 1.088 commerçants qui activaient de manière illicite exercent aujourd’hui leur métier en toute légalité.
M. Sellal a également procédé, au chef-lieu de wilaya, à l’inauguration symbolique d’un centre de loisirs scientifiques, déjà opérationnel, où il s’est longuement entretenu, en toute décontraction, avec les jeunes adhérents à qui a promis toute l’aide de l’État en matière d’équipement sportifs et culturels. Réalisée pour un montant de plus de 146 millions de dinars, cette infrastructure est, notamment, composée d’une salle d’informatique et d’internet, d’un espace pour l’audiovisuel, d’une salle de conférences, d’une autre pour l’astronomie, d’une bibliothèque, en plus d’un atelier d’électrique baptisé ‘‘le coin du petit débrouillard’’ et d’une cafétéria.

---------------------------

Tournée de M. Sellal dans les régions
Appel à la conscience citoyenne des Algériens
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a achevé, hier, dans l’est du pays une nouvelle étape de ses nombreux déplacements dans les régions en affinant une vision doctrinale qu’il semble vouloir, à sa manière, imposer en vue de rendre plus visible le programme présidentiel de développement : l’Etat est là, plus présent que jamais dans ses fonctions naturelles d’aide, de régulation et de contrôle mais la société doit, à son tour, s’organiser davantage pour pouvoir régler ses problèmes. C’est sans doute une des significations phare à donner, considère-t-on, aux multiples interventions de M. Sellal au cours de ses visites d’inspection dans le pays profond, à travers des messages brefs et clairs faits de mots simples et d’adages populaires et dont la finalité est, manifestement, de tenter un travail de pédagogie mobilisatrice. Pour le chef de l’exécutif, il s’agissait à chaque fois de dire qu’il n’y a de salut que dans l’accélération —dans l’ordre et la concertation citoyenne — de l’application d’un programme voulu par le Président Abdelaziz Bouteflika et destiné simplement à améliorer le quotidien des Algériens par la satisfaction de ces besoins essentiels que sont la santé, la route, l’eau, le logement ou l’école, le tout étant en retour créateur d’emploi, de richesses et d’avenir. Aux personnes qui lui exposaient leurs difficultés individuelles ou collectives dans l’espoir d’une solution qui viendrait d’en haut, M. Sellal n’a pas manqué en effet de les rappeler à leurs responsabilités de citoyens en les invitant à se regrouper au sein de n’importe quel cadre associatif légal pour défendre au mieux leurs intérêts, au lieu de miser sur une hypothétique assistance publique.
C’est ce à quoi il a exhorté, à titre d’exemple, les mécontents d’un quartier précaire de Khenchela, des étudiants de la même ville impatients de progresser dans leur cursus universitaire, et même des apiculteurs, exhortés à se regrouper en coopérative ou en association pour mieux négocier leur produit. Dans la même logique de sensibilisation au respect des normes et règles régissant toute société normalement constituée, il est arrivé au Premier ministre de rappeler des évidences comme à ces étudiants qui lui demandaient de l’aide pour accéder au Magister et auxquels il a tenu à préciser la nécessité, pour cela, « d’obtenir la moyenne de note nécessaire ». L’université en tant que vecteur incontournable de développement autonome, il en était beaucoup question au cours des escales de M. Sellal qui a parlé tour à tour d’extension de l’université, d’amélioration des conditions pédagogiques, de soutien à apporter aux diplômés du supérieur dans la vie active ou encore de priorité à donner à l’enseignement des sciences et de technologies pour « donner à l’économie algérienne sa véritable place dans l’économie mondiale ».
S’il a tenu à rappeler certaines nécessités des temps modernes pour permettre au pays de se développer et de s’intégrer intelligemment au monde d’aujourd’hui, le premier responsable du gouvernement, partout où il est passé, n’a pas été avare de promesses à préserver la paix et la stabilité retrouvées, à améliorer les services publics de proximité, à préserver les terres agricoles contre l’avancée du béton, à lever les entraves à l’investissement... Plus concrètement, ces engagements sont accompagnés de programmes complémentaires de développement par wilaya dotés d’enveloppes substantielles destinées au financement de projets hautement sensibles comme l’habitat, les travaux publics ou l’hydraulique. Côté directives, le Premier ministre n’a pas hésité à aller dans le détail comme lorsque, à Sétif, il a ordonné la construction de nouveaux stades de football dans le respect des normes internationales c’est-à dire, a-t-il insisté, « en forme de coquille ».
Le « style Sellal » c’est aussi son franc parler lorsqu’il dénonce des « agglomérations bétonnées » en lieu et place de villes nouvelles « aptes à créer de la vie et de l’espoir et non pas à susciter amertume et dégoût ».
« Nous sommes ici pour écouter les doléances des citoyens et tenter de répondre à leurs préoccupations », a répété le Premier ministre au cours de ses tournées en province, avec cette précision, ajoutée la veille à Khenchela, qu’il n’était pas là pour « faire campagne », dans la perspective des échéances politiques qui attendent le pays.

Un programme complémentaire de 35 milliards de dinars pour la wilaya
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a annoncé, au terme d’une visite de travail à Oum El Bouaghi, un programme complémentaire de développement pour cette wilaya estimé à 35 milliards de DA ciblant essentiellement les secteurs de l’habitat, des travaux publics et des ressources en eau. Une enveloppe de 11,8 milliards de dinars puisée de ce programme complémentaire sera consacrée au secteur de l’habitat et de l’urbanisme pour la réalisation de trois mille logements publics locatifs (LPL) et le financement de deux mille aides à l’habitat rural.
Le secteur des ressources en eau a bénéficié d’une dotation financière estimée à 6,270 milliards de dinars devant être orientée vers la suppression des "points noirs" affectant les réseaux d’eau potable (AEP) et d’assainissement à travers la wilaya, la réalisation de quatre forages profonds et la rénovation du réseau d’AEP des villes d’Ain Beida et d’Ain Fakroun. Près de 4 milliards de dinars seront consacrés, dans le cadre de ce programme, au secteur des travaux publics afin de renforcer et de réhabiliter le réseau de chemins communaux et de wilaya, tandis que le secteur de la santé a bénéficié d’un budget de 1,260 milliard de DA destiné, entre autres, à la réalisation d’un hôpital 60 lits à Ain Kercha. Quant au secteur de développement industriel et de la promotion de l’investissement, il pourra développer une zone industrielle et deux zones d’activité grâce à une dotation complémentaire de 800 millions de DA. La réalisation d’une piscine à Ain M’lila, ainsi que la construction d’un SAMU social, de quatre bureaux de poste et d’un centre psychopédagogique pour autistes figurent également parmi les importantes opérations devant être réalisées dans le cadre de ce programme complémentaire.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions