jeudi 20 septembre 2018 00:37:59

John Kerry en Algérie : Report de la visite d'un « commun accord » annonce le porte-parole du MAE

La visite que devait effectuer en Algérie le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a été reportée d'un «commun accord», a annoncé vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, dans une déclaration à l'APS.

PUBLIE LE : 09-11-2013 | 0:00
D.R

La visite que devait effectuer en Algérie le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a été reportée d'un «commun accord», a annoncé vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, dans une déclaration à l'APS. «Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a reçu hier après-midi, une communication téléphonique du secrétaire d'Etat américain, John Kerry, qui l'a informé que le président Barack Obama lui a demandé de se rendre à Genève dans le cadre des négociations en cours sur le programme nucléaire iranien», a expliqué M. Belani.
«Le secrétaire d'Etat américain doit rentrer de Genève à Washington pour faire un rapport au président Obama et pour interagir avec le Congres sur les développements liés au dossier nucléaire iranien», a ajouté le porte-parole du MAE. Dans ce contexte, la partie américaine a indiqué que «toutes les étapes du périple du secrétaire d'Etat, prévues pour les prochains jours, ont été reportées».
Messieurs Lamamra et Kerry sont convenus du report de la 2e session du dialogue stratégique entre l'Algérie et les Etats-Unis à une nouvelle date au cours des prochaines semaines qui restera à déterminer par la voie diplomatique, a précisé le porte parole du MAE. M. Lamamra a saisi cette occasion pour exprimer les vœux de succès de l'Algérie pour les négociations en cours sur l'important dossier nucléaire iranien, a encore ajouté M. Belani.

Département d’Etat : « Le Dialogue stratégique avec l’Algérie est important »

Le Dialogue stratégique avec l’Algérie est «important» pour les Etats-Unis, ce qui explique que le secrétaire d’Etat, John Kerry, «est impatient de rencontrer les hauts responsables algériens» lors de sa visite à Alger pour renforcer les relations bilatérales, a déclaré une porte-parole du département d’Etat américain dans un entretien à l’APS. Dans cette optique, les Etats-Unis «coordonnent étroitement» avec l’Algérie sur un éventail de questions notamment politique, sécuritaire et de lutte contre le terrorisme ainsi que de l’économie et de la promotion de la société civile, a affirmé la porte-parole adjointe chargée du Moyen-Orient auprès du département d’Etat, Mme Dina Badawy. En évoquant la première visite que John Kerry va effectuer en Algérie au début de cette semaine, la porte-parole a souligné que le chef de la diplomatie américaine «est impatient» de rencontrer les hauts responsables algériens et de co-présider la deuxième réunion du Dialogue stratégique Algérie-USA avec son homologue, Ramtane Lamamra.
Dans ce sens, elle a soutenu que la visite de M. Kerry ainsi que le Dialogue stratégique «prouvent le plein essor du partenariat entre les Etats-Unis et l’Algérie». Questionnée sur les thèmes qui seront abordés lors de cette réunion, la porte-parole a tenu, tout d’abord, à préciser que le Dialogue stratégique algéro-américain avait été lancé en 2012 «sur une volonté commune de trouver des opportunités pour, non seulement, renforcer la coopération entre les deux pays mais, aussi, chercher de nouvelles pistes de collaboration dans les domaines politique, sécuritaire, économique, éducatif et culturel».
En conséquence, a-t-elle renchéri, la rencontre du Dialogue stratégique d’Alger va s’appuyer sur l’engagement pris lors de la réunion de Washington en 2012 afin d’examiner les actions en cours et d’identifier de nouvelles initiatives communes à même «de faire avancer nos priorités communes pour une région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient sûre, stable et prospère».
Elle a expliqué, de surcroît, que le Dialogue stratégique avec l’Algérie était «important» pour les Etats-Unis du fait qu’il «renforce les relations bilatérales» entre les deux pays à travers plusieurs domaines «incluant l’engagement politique et la coopération sécuritaire, économique et commerciale». Aussi, outre l’objectif d’élargir et d’approfondir leurs relations économiques et commerciales avec l’Algérie, les Etats-Unis «continueront à partager leur expertise technique et humaine dans le développement du secteur de l’énergie en Algérie, y compris les technologies d’énergies renouvelables», a encore avancé la porte-parole. Plus encore, selon elle, il s’agit également de renforcer la coopération et les échanges dans le domaine de l’éducation et d’encourager les étudiants algériens à étudier aux Etats-Unis.
Par ailleurs, elle a fait savoir que la deuxième réunion du Dialogue stratégique sera aussi l’occasion pour l’Algérie et les Etats-Unis d’examiner ensemble les développements en Syrie, y compris les efforts visant à éliminer le programme syrien d’armes chimiques et les besoins humanitaires pour les réfugiés syriens. Le Dialogue stratégique, dont la première réunion s’était tenue en octobre 2012 à Washington, a été instauré, rappelle-t-on, à la faveur de l’intensité des relations entre l’Algérie et les Etats-Unis depuis ces dernières années, si bien que les dirigeants des deux pays ont décidé de les structurer dans un cadre formalisé et de conférer un caractère régulier aux concertations bilatérales, et ce, pour une meilleure organisation et visibilité des rapports entre les deux pays. Interrogée, par ailleurs, sur le rôle de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme, la porte-parole a affirmé qu’outre sa qualité de pays membre du programme «Partenariat pour la lutte contre le terrorisme transsaharien (TSCTP)», «l’Algérie est un partenaire solide dans la lutte contre les menaces terroristes».
L’autre point relevé par la porte-parole à ce sujet est que l’Algérie, a-t-elle observé, «a joué un rôle-clé au sein du Forum mondial de lutte contre le terrorisme (GCTF, lancé en 2011 à New York) pour unir les pays aux vues similaires dans l’élaboration de stratégies efficaces contre les enlèvements contre rançon laquelle constitue une source de financement considérable pour les groupes extrémistes en Afrique du Nord». A la question relative au Sahara occidental occupé, Mme Badawy a indiqué que les Etats-Unis continuaient non seulement à appuyer les efforts visant à trouver une solution pacifique, durable et mutuellement acceptable mais aussi «à soutenir les négociations sous la conduite de l’Onu».
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions