mardi 22 octobre 2019 20:17:48

Le Président Mohamed Abdelaziz réagit au discours de Mohamed VI : Le discours du roi Mohamed VI dénote l’injustice marocaine contre les Sahraouis

Le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz a affirmé, jeudi à Alger, que le contenu du discours prononcé mercredi, par le souverain marocain, le roi Mohamed VI dénotait «l’obstination aveugle et l’injustice marocaine faite au peuple sahraoui».

PUBLIE LE : 08-11-2013 | 23:00
D.R

Le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz a affirmé, jeudi à Alger, que le contenu du discours prononcé mercredi, par le souverain  marocain, le roi Mohamed VI dénotait «l’obstination aveugle et l’injustice marocaine faite  au peuple sahraoui».

«Ce discours dénote l’obstination aveugle et l’injustice flagrante d’un dirigeant colonialiste tyrannique, un fait qui devrait interpeller la  communauté internationale sur la nécessité d’imposer des sanctions économiques au Maroc comme ce fut le cas pour le régime de l’Apartheid en Afrique du Sud afin de consacrer la démocratie», a indiqué le président Mohamed Abdelaziz  dans un entretien à la Chaîne I de la Radio nationale. «Nous condamnons le discours du souverain marocain et appelons la   communauté internationale à exercer des pressions sur le Maroc pour l’organisation d’un référendum libre au Sahara occidental conformément à la légalité internationale»,  a-t-il ajouté. Pour le président Abdelaziz, «le roi Mohamed VI tente de dissimuler ses  pratiques en matières des droits de l’Homme dans les territoires sahraouis occupés». Il a, toutefois souligné que «les violations marocaines contre les populations sahraouies sont inscrites dans les rapports des organisations internationales des droits de l’Homme et de certains pays européens». Rappelant que «le régime marocain œuvre à mobiliser le peuple marocain afin qu’il participe, aux côtés du gouvernement, aux agressions contre les Sahraouis»,  le président sahraoui a souligné que le peuple marocain «commence à prendre conscience de la véritable situation du peuple du Sahara Occidental occupé et  des violations des droits de l’homme dans ce territoire». Concernant l’interdiction d’accès des organisations internationales dans les territoires sahraouis occupés par le Maroc, le président Mohamed Abdelaziz  a affirmé que cette «interdiction n’est qu’une de plus des violations des droits  de l’Homme par le Maroc et son refus de la proposition de confier ce dossier  à la MINURSO».  S’agissant des négociations entre le Maroc et l’UE sur l’accord de pêche, le président sahraoui a appelé le parlement européen à «exclure les eaux  territoriales sahraouies de cet accord contraire aux lois internationales et  qui permet au Maroc de spolier les richesses du peuple sahraoui». Par ailleurs, le président sahraoui a avancé que «le Maroc a récolté 35 milliard dollars des revenus du cannabis, des fonds utilisés dans le soutien des organisations criminelles qui constituent un danger pour le  Sahara Occidental et pour toute la région» affichant «la disponibilité du Front Polisario à faire face à cette politique et au bandes criminelles».                

Le Maroc tente d’exporter ses crises internes vers les pays voisins
«Devant l’escalade des crises internes, le régime marocain tente de  les exporter vers les pays voisins», a souligné le président sahraoui selon  lequel dès que l’étau se resserre sur le Maroc sur le dossier des droits de l’homme au Sahara occidental, le régime tente d’occulter la vérité au peuple marocain en s’attaquant à ses voisins. Concernant les prétendus droits du Maroc sur des régions situées dans le voisinage, M. Mohamed Abdelaziz a répondu que «le Maroc a adopté, depuis son indépendance en 1956, une politique expansionniste au détriment de ses voisins», citant à cet égard la guerre déclarée à l’Algérie voisine en 1963 puis celle imposée au peuple sahraoui en 1975 et l’invasion de régions de la Mauritanie en 1978.  Le président sahraoui a de nouveau exprimé «son indignation face à ces  prétentions marocaines condamnables» appelant à ce qu’il soit mis un  terme à la politique d’expansion menée par le Maroc au préjudice de ses voisins. «Cet expansionnisme maintiendra le Maroc en état de guerre permanente avec son voisinage», a estimé M. Mohamed Abdelaziz selon qui l’édification de  l’Union maghrébine et la coopération dans cet espace ne sauraient se concrétiser dans le contexte de la dangereuse politique d’expansion et d’agression du Maroc contre les voisins». Pour conclure, le président sahraoui a soutenu que «la question sahraouie est aujourd’hui au centre d’intérêt de l’union africaine, de pays européens et américains et d’organisations internationales. Ces derniers ont effet pris conscience des complots du Maroc qui finance plusieurs lobbies pour ternir l’image du combat légitime du peuple sahraoui, a-t-il dit.

« Nous souhaitons que la visite de Kerry au Maroc favorise une avancée vers le règlement »
Le président sahraoui Mohamed Abdelaziz a formé, jeudi, le voeu que la visite du secrétaire d’Etat américain John Kerry au Maroc la semaine prochaine favorise une avancée dans le processus des négociations entre le Polisario et le Maroc pour le règlement de la question sahraouie.
«Nous espérons que M. Kerry puisse convaincre les responsables du régime marocain de libérer les dizaines de prisonniers sahraouis et réaliser une avancée dans le processus des négociations entre le Maroc et le Front Polisario pour le règlement de la question sahraouie conformément aux décisions internationales» a affirmé le président Mohamed Abdelaziz dans un entretien à la chaîne une de la Radio nationale.
«Le gouvernement sahraoui a adressé récemment une correspondance  à M. Kerry et lui a communiqué les données relatives aux développements de la question sahraouie et les injustices faites aux populations des territoires  occupés. Il lui est fait part dans cette lettre du refus du Maroc de se plier  aux décisions de la légalité internationale concernant le règlement de la question  sahraouie et le respect des droits de l’homme, a-t-il indiqué.
Le secrétaire d’Etat américain aux affaires étrangères John Kerry effectuera la semaine prochaine une visite dans la région du Maghreb où il aura des entretiens avec les responsables des pays visités sur des questions d’actualité internationale.

RFKennedy Center appelle John Kerry à exiger du Maroc de se conformer à la solution du référendum     
L’ONG américaine Robert F. Kennedy pour la justice et les droits de l’Homme (RFKennedy Center) a appelé le secrétaire d’Etat, John Kerry, à exhorter le Maroc à se soumettre à la solution du référendum pour permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination, déplorant que la MINURSO soit la seule mission de maintien de la paix des Nations unies qui n’inclut pas un mandat de surveillance et d’établissement de rapports sur les droits de l’homme.         
Cet appel a été lancé dans une lettre adressée jeudi par la présidente de cette ONG, Mme Kerry Kennedy, au chef de la diplomatie américaine à l’approche de sa visite au Maroc ainsi que de celle que doit effectuer le roi Mohammed VI à Washington dans les prochains jours.           

Droits des prisonniers sahraouis
Une mission internationale relève de nombreuses violations

Un rapport d’une mission internationale effectuée du 7 au 20 juillet au Maroc, dans le cadre de la «solidarité» avec les prisonniers sahraouis au Maroc, et qui vient d’être rendu public, relève de nombreux cas de violations des droits de l’Homme par les forces de sécurité marocaines et d’«intimidations» à l’encontre des membres de cette mission.         
 Composée d’une délégation de 14 membres d’Organisations non gouvernementales (ONG) française, allemande et australienne, la mission internationale qui a  notamment ciblé plusieurs prisons du Maroc, s’inscrit dans le cadre de la campagne «Ecrire pour les libérer», est-il expliqué.          
L’objectif de cette mission étant de remettre aux détenus politiques sahraouis le courrier qui leur est destiné, de rendre visite aux familles de ces derniers, aux associations marocaines et sahraouies de défense des droits de l’Homme, et enfin de se rendre à des sites économiques (ports de pêche) et  à des sites culturels dans les territoires sahraouis occupés. 

Mahrez Lamari, président du CNASPS
La Conférence de Rome de solidarité avec les Sahraouis intervient dans une conjoncture favorable

Le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS), Mahrez Lamari, a indiqué jeudi à Alger que la Conférence internationale de soutien à la cause sahraouie, qu’abritera Rome (Italie) du 15 au 17 novembre, intervient dans une conjoncture «particulière» et dans un contexte “favorable” à la cause sahraouie. «La 38e Conférence internationale de solidarité avec le peuple sahraoui  qu’abritera prochainement Rome, intervient dans une conjoncture particulière  et un contexte favorable aux Sahraouis marqué par des appels incessants recommandant l’élargissement du mandat de la Minurso à la surveillance des droits de l’Homme», a déclaré à l’APS, M. Lamari, en marge d’une rencontre qu’il a eue avec une délégation de l’Union de la jeunesse sahraouie (UJS), conduite par son secrétaire général, Moussa Salama Labid. Il a souligné, dans ce cadre, que «des organisations internationales et des acteurs de la société civiles insistent dans leurs appels sur la nécessité de protéger les droits des Sahraouis à travers la Minurso en la dotant d’un mandat pour la surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental».

Le Maroc pousse la région vers «l’explosion»
Cette conférence intervient, aussi, a-t-il souligné, après celle organisée à Abuja (Nigéria) et qui a vu ses travaux sanctionnés par des recommandations et des messages «lourds de sens en soutien à la cause sahraouie».   
 M. Mahrez Lamari, a indiqué par ailleurs que le Maroc pousse la région vers «l’explosion», en «s’entêtant» à reproduire le discours de la colonisation du Sahara occidental. Il a souligné qu’«en réaffirmant le maintien de sa colonisation du Sahara occidental, le roi du Maroc veut pousser la région et le voisinage vers l’explosion». La politique d’occupation du Sahara occidental «réaffirmée» dans le discours de roi Mohamed VI, «dénote l’entêtement et l’intransigeance du Royaume colonial marocain à ne pas se conformer à la légalité internationale et constitue une autre preuve de la volonté du Maroc à ne pas coopérer avec les instances internationales», a soutenu le président du CNASPS. Il a précisé, dans ce cadre, que «la colonisation marocaine du Sahara occidental pénalise tous les peuples de la région et du voisinage en causant un retard préjudiciable à leur développement». M. Lamari a qualifié, en outre, la campagne médiatique marocaine  contre l’Algérie «d’agressivité gratuite et de vociférations du makhzen» qui doit, a-t-il estimé, «raisonnablement se taire».           Rappelant «la position de principe» de l’Algérie dans son soutien aux causes justes et son attachement à la légalité internationale dans le règlement de tous les conflits, il a affirmé que «l’Algérie a administré au gouvernement  marocain, notamment au roi, une leçon de respect et de bonne conduite dans les relations internationales». Pour sa part, le secrétaire général de l’UJS et membre du Secrétariat national du Front Polisario, M. Salama Labid, a condamné, à cette occasion, les propos du roi du Maroc, à travers lesquels, a-t-il dit, «Mohamed VI a réaffirmé son refus de se conformer à la légalité internationale». «Le discours du roi du Maroc, prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la marche de la honte et de la colonisation, fêté chaque année au Maroc, est condamnable», a-t-il indiqué, réaffirmant, dans ce cadre, «la détermination et l’attachement du peuple sahraoui, à travers son représentant unique et légitime le Front Polisario, à exercer son droit à l’autodétermination, un droit garanti par la légalité internationale».

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions