mardi 07 juillet 2020 16:13:39

SILA, Vente-dédicace de Karim Younès, Omar Chaalal et Ali Bencherirate : Des ouvrages qui portent un regard sur l’Algérie et son histoire

L’auteur Karim Younès qui dédicaçait sa seconde publication semblait assailli par les nombreuses questions des lecteurs et lectrices qui formaient l’affluence la plus importante au stand des éditions Casbah. Son nouveau livre, qui jette un regard rétrospectif sur l’histoire de l’Algérie remonte vers les origines de la résistance berbère depuis l’Antiquité à nos jours, des cinquante années d’édification et de construction.

PUBLIE LE : 06-11-2013 | 0:00
D.R

L’auteur Karim Younès qui dédicaçait sa seconde publication semblait assailli par les nombreuses questions des lecteurs et lectrices qui formaient l’affluence la plus importante au stand des éditions Casbah. Son nouveau livre, qui jette un regard rétrospectif sur l’histoire de l’Algérie remonte vers les origines de la résistance berbère depuis l’Antiquité à nos jours, des cinquante années d’édification et de construction.

Le stand des Editions Casbah ne désemplissait pas lundi dernier, particulièrement après la vente-dédicace de l’écrivain Yasmina Khadra. En effet, une foule impressionnante de lecteurs avait envahi l’espace dans une interminable chaîne. Derrière la surface d’exposition des récentes productions livresques dans les deux langues, en français et en arabe, qui attiraient l’attention du public, se tenaient assis sur leurs chaises trois écrivains qui signaient leurs ouvrages. Il s’agit du nouveau livre de Karim Younès intitulé
« Aux portes de l’avenir, vingt siècles de résistance, 50 ans d’indépendance », du « Proscrit » de Omar Chaâlal et de « La pratique des droits de l’homme en Algérie : 1830 à 1962 ». L’auteur, Karim Younes, qui dédicaçait sa seconde publication semblait assailli par les nombreuses questions des lecteurs et lectrices qui formaient l’affluence la plus importante au stand des éditions Casbah. Son nouveau livre, qui jette un regard rétrospectif sur l’histoire de l’Algérie, fait le bilan cette fois, après la remontée vers les origines de la résistance berbère depuis l’Antiquité à nos jours, des cinquante années d’édification et de construction d’un Etat avec au passage quelques critiques émises sur cette question. Voici ce que nous dira en substance à ce propos l’auteur : « J’ai ressenti un besoin de m’exprimer sur certains sujets et également le besoin de répondre aux préoccupations de mon lectorat et j’ai considéré que l’écriture était le meilleur cadre d’expression qui puisse m’être offert. Dans ce livre, je fais une rétrospective de l’histoire nationale ancienne et récente en faisant aussi le bilan de cinquante ans d’indépendance, un bilan à travers lequel je pose une réflexion sur les succès et les échecs et je pense que nous sommes en droit d’exprimer notre colère. Je crois qu’il faudrait qu’on comprenne d’où viennent les insuffisances, parce que l’Algérie aurait pu être aujourd’hui en compétition avec des pays comme la Turquie, la Corée du Sud, l’Espagne et tant d’autres pays. Je crois qu’il faut oser un regard beaucoup plus clément sur nos horizons en étant nous-mêmes des acteurs largement impliqués dans le devenir de notre pays ». La deuxième vente-dédicace qui concernait un ouvrage d’art écrit par Omar Chaâlal rassemble des poésies anciennes de l’auteur qui avait dans les années 1985 un poème dans notre quotidien sur le 8 Mai 1945, suivies de belles illustrations picturales. Ce dernier nous dira : « J’essaye par l’écrit de continuer un combat pour que notre pays reste toujours debout. Pour ce livre, il s’agit d’un recueil de poésie qui devait paraître en 1985 et qui a paru bien plus tard parce qu’il avait subi à l’époque la main lourde de la censure en raison surtout de la préface de Kateb
Yacine qu’il contenait. La précédente édition étant épuisée, nous avons décidé avec l’éditeur et ce, à la demande des lecteurs, d’en faire une seconde augmentée avec des textes sur la Palestine. Cette édition a été valorisée puisqu’elle est accompagnée d’œuvres d’un illustre peintre disparu il y a quelques
semaines je veux nommer Lazhar Hakkar. Dans ce livre, il y a trois livrets : le premier évoque un peu les problèmes de la vie tout en chantant l’amour, le deuxième est centré sur des chants de lutte parce que moi, je me suis tout le temps impliqué dans le mouvement de libération nationale vers la fin des années 60 et par la suite en ayant appartenu à la grande famille des ouvriers avec les luttes syndicales, politiques, le combat de la femme, etc. Quant au troisième livret, il se base sur la question palestinienne et surtout le drame de Ghaza. » Le troisième livre dédicacé est d’un auteur originaire de la ville de Tlemcen, Ali Bencherirate, qui signe son premier ouvrage avec « La pratique des droits de l’homme en Algérie : 1830 à 1962 ». Ce livre, qui est l’œuvre d’un juriste qui nous dira comment, alors qu’il avait à peine 13 ans, il fut torturé par les soldats français, un souvenir qui le hante encore et qui l’a poussé aujourd’hui à l’approche de la retraite à témoigner à travers une documentation sur les conditions et la situation juridique des Algériens qui n’avaient lors de la conquête aucune existence légale en sus d’avoir subi d’effroyables génocides et qui ne furent soumis au code de l’indigénat sous l’occupation française qu’à partir de 1865.
L. Graba

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions