jeudi 19 septembre 2019 03:12:02

M. Boudiaf depuis Tipasa : « Des directions de maintenance d’équipements dans les établissements hospitaliers »

De notre envoyée spéciale : Wassila Benhamed

PUBLIE LE : 04-11-2013 | 23:00
D.R

“Afin de mettre fin aux problèmes de panne des équipements de radiologie, à savoir les scanners et les IRM (imagerie à résonnance magnétique), il est nécessaire de créer des directions et ateliers de maintenance au niveau de chaque établissement hospitalier.”  C’est ce qu’a affirmé, dimanche dernier à Tipasa, le ministre de la Santé, de la Population et de   la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, lors d’une visite inopinée qui l’a mené dans la wilaya de Tipasa.  M. Boudiaf a expliqué que «lors de son passage à l’Assemblée populaire nationale (APN), il a signalé la nécessité de créer ces directions, car ce sont des équipements qui coûtent cher et nécessitent un entretien et une manipulation particuliers». Et d’ajouter : «Une opération de recensement de tous les équipements neufs qui n'ont pas encore été utilisés et de ceux qui sont en panne est actuellement en cours.» Le ministre, qui a visité l'Unité hospitalière spécialisée (UHS) Tidjani-Heddam, la polyclinique des soins de proximité Bourriche-Merouane et l'Établissement public hospitalier (EPH) de Koléa, a insisté sur la mise en œuvre des feuilles de route établies par la tutelle pour mettre fin à la situation anarchique de certains établissement, à l'instar de l'UHS de Tipasa.     
Dans ce sens, M. Boudiaf a exprimé son irritation concernant cette situation et l’a d’ailleurs fait savoir aux responsables de ces structures. «Il y a un grand dysfonctionnement et de la négligence, en dépit de tous les moyens existants et la présence d’une équipe médicale compétente.  Cela nous laisse réfléchir à prendre des procédures fermes afin que chacun prenne ses responsabilités. Il faut remettre de l’ordre», a-t-il déclaré.     Le ministre a ainsi souligné que s’il pouvait effectuer, aujourd’hui, des visites inopinées dans les autres wilayas, il le ferait, «mais, malheureusement, la distance ne le permettra pas». Et d’ajouter : «La réalité du secteur, on la connaîtra à travers les citoyens qui sont tous les jours confrontés à cette situation. S’il faut sanctionner, on le fera.»  M. Boudiaf a confirmé, en outre, le limogeage du directeur de la santé  publique (DSP) de la wilaya de Tipasa, pour «mauvaise gestion».     
Le ministre a par ailleurs estimé que «l'amélioration qu'a connue le secteur de la santé, ces dernières années, demeure insuffisante, en raison du développement enregistré dans tous les domaines», citant, entre autres, «la hausse de l'espérance de vie et l'augmentation des différents besoins  des citoyens».  Néanmoins, il faut dire que l’État a fourni au secteur, des moyens conséquents ; il n’y a qu’à voir «les affectations proposées pour cet exercice concernant le budget de fonctionnement qui ont augmenté de 59.021 milliards DA, soit 19,23%, comparé à l'exercice  2013», a souligné M. Boudiaf, précisant que «74 nouvelles structures sanitaires seront prises en charge, en plus de l'ouverture de 6.716 postes budgétaires».
M. Boudiaf a en outre annoncé que «le secteur de la Santé dispose actuellement de plus de 5.400 postes budgétaires ouverts, pour le recrutement de spécialistes, pharmaciens et autres, au profit de tous les hôpitaux et structures sanitaires du pays».
Toutefois, il a déclaré que «ces postes ne sont pas exploités à  ce jour». Dans ce contexte, le ministre a assuré que «le secteur de la Santé n’accuse aucun manque en postes budgétaires pour le recrutement de spécialistes, sachant, que tout recrutement est précédé par l’ouverture d’un poste budgétaire».
W. B.    
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions