mardi 12 dcembre 2017 11:21:50

59e anniversaire du déclenchement de la Révolution de Novembre : Le général de corps d’armée Gaïd Salah préside une cérémonie

Il était membre du groupe des 22 : Ahmed Bouchaïb, un militant de la première heure

PUBLIE LE : 03-11-2013 | 0:00
D.R

Le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a présidé vendredi dernier au Cercle national de l’Armée à Beni-Messous (Alger) une cérémonie en l’honneur des hauts cadres de l’Armée, en activité et retraités. Organisée sous le haut patronage du Président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, Abdelaziz Bouteflika, dans le cadre de la célébration du 59e anniversaire de la Révolution du 1er Novembre 1954, la cérémonie a été marquée par la présence des présidents du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et de l’Assemblée populaire nationale,  Mohamed Larbi Ould Khelifa, ainsi que du Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Ont également assisté à la cérémonie le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités  locales, Tayeb Belaïz, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, le ministre de la Justice, Tayeb Louh, le ministre des Moudjahidine, Mohamed  Cherif Abbas, le secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) Saïd Abadou, des membres du gouvernement, des personnalités nationales et des moudjahidine. Cette cérémonie au cours de laquelle a été exécuté l’hymne national s’inscrit dans le cadre de la longue tradition de l’ANP consistant à valoriser les différentes étapes de l’histoire nationale.   Une exposition de photographies retraçant les étapes successives de la Révolution algérienne a été organisée en marge de cette cérémonie.

----------------------------

Hommage au moudjahid et ancien ministre M’hamed Yazid
Le centre culturel de la radio nationale «Aissa Messaoudi» a abrité hier une conférence-hommage au défunt moudjahid et ministre de l’Information du GPRA, M. M’hamed Yazid.
Lors de cette rencontre initiée par l’association Machaâl Echahid et qui s’inscrit dans le cadre de la célébration du 59e anniversaire du déclenchement de la glorieuse Révolution de Novembre 1954, ainsi que de la commémoration  du 10e anniversaire de la mort du défunt, la famille du moudjahid M’hamed Yazid a été honorée par M. Chabane Lounakel, directeur général de la Radio algérienne.
Dans une allocution inaugurale, M. Mohamed Chellouch, cadre dirigeant à la radio nationale, a souligné que M’hamed Yazid, grande personnalité algérienne, mérite un grand nombre d’hommages à son honneur pour que les futures générations puissent mieux connaître le rôle important qu’avait accompli le regretté M’hamed Yazid  pour l’Algérie.
La parole fut ensuite donnée à M. Mohamed Abbas, chercheur en histoire, qui a retracé le parcours militant de l’ancien  ministre du GPRA. Lors du  déclenchement de la Glorieuse Révolution de Novembre 1954, M’hamed Yazid a sans hésité rejoint le FLN. Il a joué un grand rôle dans la mémorable conférence de Bandung et a assisté, avec Aït Ahmed à Bogor (Indonésie), à la réunion préparatoire de cette conférence qui s’est tenue en avril 1955, affirme M. Abbas. Et d’ajouter : « La conférence de Bandung a considéré le problème algérien comme un problème de décolonisation. A l’époque, la France considérait l’Algérie comme une partie de la France, donc de son point de vue le problème était interne. M’hamed Yazid a assisté à la conférence de Bandung et a réussi, avec Ait Ahmed, à faire enregistrer la question algérienne à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 1955 ; ce qui était un grand succès. Faut-il le rappeler, la délégation française avait quitté la salle ; fait qui a contribué à accroître la notoriété de la Révolution algérienne. »
Donnant de plus amples informations sur le parcours de M’hamed Yazid, Mohamed Abbas signalera que le défunt a également travaillé au bureau du FLN à New York. En effet, il a été accrédité, à Manhattan, au siège de l’ONU, comme un fonctionnaire de la délégation syrienne.
Il a réussi à établir des rapports très étroits avec la presse américaine et toute la presse mondiale qui couvrait les activités de l’ONU. Il a réussi à créer un lobby pro-algérien à Washington. Ce lobby a démontré son efficacité en incitant le sénateur Kennedy à prendre une position neutre pour la cause algérienne, le 2 juillet 1957, souligne M. Mohamed Abbas.
M’hamed Yazid deviendra ministre de l’Information au sein du GPRA, il a occupé ce poste durant 4 années, de 1958 jusqu’à 1962. Après le recouvrement de l’indépendance nationale, M’hamed Yazid a été présenté aux élections de la constituante, la première Assemblée nationale. Dans les années 1970, il  a été nommé ambassadeur d’Alger à Beyrouth et durant les années 1980, il était représentant de la Ligue arabe à Paris.
Très populaire, M’hamed Yazid était toujours en contact avec les journalistes, notamment ceux qui exerçaient au niveau de la maison de la presse Bachir Attar d’Alger. Sa dernière activité était celle de la création de la maison des libertés.
 La rencontre a regroupé nombre de personnalités nationales, d’universitaires et de moudjahidine. Il y avait notamment M. Mohamed El Mili, ancien ministre et moudjahid.
Soraya Guemmouri

----------------------------

Il était membre du groupe des 22
Ahmed Bouchaïb, un militant de la première heure
En hommage au défunt moudjahid Belhadj, dit Ahmed, ancien membre du Groupe historique des 22 et un des « architectes » de la Révolution dans la Mitidja, l’association culturelle et historique « Machaâl Echahid » a organisé jeudi dernier à l’Institut national de formation en audiovisuel d’Ouled Fayet (Cheraga), une intéressante conférence-débat sur la préparation  et le déclenchement de la Révolution de Novembre dans la région algéroise. A cette occasion, les moudjahidine présents, parmi lesquels il y avait Omar Samet, Mahmoud Bey et Boualem Cherifi, ont tenu à rappeler l’importante contribution de la Wilaya IV historique à l’œuvre grandiose de libération du pays, en prenant comme exemple la zone 4 du pays (Algérois).
« A l’instar des autres régions du pays, le commandement de la zone algéroise, dirigé par Rabah Bitat, en compagnie de Souidani Boudjemaâ et Ahmed Bouchaïb, a planifié de manière claire et précise le déclenchement  de la lutte de Libération nationale », a indiqué le moudjahid Mahmoud Bey, en rappelant avec force détails les actions entreprises par les nombreux militants nationalistes pour être prêts à ce grand rendez-vous de l’histoire de l’Algérie. Dans ce contexte, il a fait mention de la collecte des armes et des munitions, la fabrication de bombes artisanales  et leur distribution aux moudjahidine pour lancer les attaques contre les positions de l’ennemi, tels que les postes de garde, les casernes militaires et autres symboles de l’occupation coloniale du pays.
Pour sa part, le moudjahid Omar Samet, 84 ans, a indiqué que les préparatifs ont commencé 6 mois avant le déclenchement de la Révolution, en précisant que lui et 5 autres militants, ont été chargés de la fabrication de bombes artisanales tandis que d’autres, comme Bentobbal Abdelkader, par exemple, ont participé à cette tâche par leur aide et soutien multiformes (surveillance des mouvements de l’ennemi, informations sur les casernes…). Dans ce cadre, il a cité la destruction de l’usine de Baba Ali, le sabotage de la voie ferrée ainsi qu’une action menée contre une caserne de l’ennemi, à la faveur du déclenchement de la Révolution armée. Quant au moudjahid Boualem Cherifi, il a tenu d’abord à souligner la grandeur de la Révolution de Novembre, en revenant sur la longue et farouche résistance du peuple algérien face à l’occupant colonial, à travers les diverses étapes parcourues par le mouvement national, pour parvenir au déclenchement de la lutte de Libération nationale, le 1er novembre 1954. Il a également exhorté les jeunes générations à rester unies et attachées  aux principes de la glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954, qui ont  permis à l’Algérie d’accéder à la liberté et à l’indépendance.  
Un débat franc et intéressant s’est ensuite instauré dans la salle permettant aux moudjahidine de répondre aux questions pertinentes des jeunes en formation dans cet établissement. Pour rappel, le moudjahid Belhadj Bouchaïb, dit Ahmed, est l’un des membres du Groupe historique des 22 qui a préparé le déclenchement de la Révolution. La nuit du 1er novembre 1954, il était aux côtés du défunt Rabah Bitat pour participer à l’attaque de la caserne de Blida. Installé durant une année dans la région de la Mitidja, il sera arrêté en 1955, près de Boufarik, suite à un accrochage avec l’armée française, au cours duquel le chahid Souidani Boudjemaa est tombé au champ d’honneur. Détenu successivement dans les prisons de Blida, de Serkadji (Alger) et d’Oran, le défunt moudjahid a poursuivi, jusqu’à l’indépendance, ses actions militantes. Après le recouvrement de l’indépendance, il a occupé plusieurs postes de responsabilité dont celui de député de l’Oranie à l’Assemblée Constituante. Il est mort le 22 janvier 2012 et enterré à Aïn Témouchent.
Mourad A.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions