samedi 26 septembre 2020 19:13:06

Abdelkrim Mansouri, DG de l’ANDI, l’a affirmé hier : 31 projets d’investissements étrangers enregistrés en 6 mois

L’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), a enregistré 31 projets d’investissements étrangers durant le premier semestre de l’année en cours pour une valeur de 228 milliard de dinars

PUBLIE LE : 29-10-2013 | 23:00
D.R

L’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), a enregistré 31 projets d’investissements étrangers durant le premier semestre de l’année en cours pour une valeur de 228 milliard de dinars, a indiqué hier, son directeur, Abdelkrim Mansouri. Intervenant sur les ondes de la radio nationale Chaîne I, le même responsable a qualifié ce nombre d’important par rapport à l’année 2012, au cours de laquelle 17 projets d’investissement seulement ont été enregistrés pour une valeur de 41 milliards de dinars. Le directeur de l’Andi a salué également les nouvelles dispositions contenues dans la loi de finance 2014, qui devraient, selon lui, faciliter l’investissement en Algérie. « La loi de finances 2014, prévoit de nouvelles mesures au profit des investisseurs, notamment ceux qui n’ont pas bénéficié de l’aide de l’Etat », a-t-il indiqué, précisant à ce titre, que la règle 49/51, ne pose en aucun cas une entrave aux investissements étrangers.
Le directeur de l’ANDI a, par ailleurs, indiqué, que l’Agence nationale de développement de l’investissement,  est présente sur tout le territoire nationale à travers ces bureaux qui sont ouverts au niveau des 48 wilayas. « Notre agence vise à se rapprocher des citoyens à travers des bureaux ouverts dans chaque wilaya à système de guichet unique pour faciliter l’accès et lever les écueils qui peuvent les décourager », a-t-il expliqué. Il fera savoir dans le même sillage, que la proximité de l'agence des investisseurs a permis l'enregistrement de 523 projets d'investissement en 2002, alors qu’en 2012 environ 7.715 projets d'investissement ont été enregistrés.
Le premier responsable de l’ANDI a précisé que la facture des importations qui peut atteindre à la fin de l'année en cours les 60 milliards de dollars, pourrait être réduite en encourageant la fabrication locale de certains produits jusque-là importés, ceci constituera le début de la réduction du niveau de dépendance économique à l’étranger.
Salima Ettouahria
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions