mercredi 12 aot 2020 12:58:10

Développement de la pêche artisanale : Le PNUD s’implique

Longtemps dévalorisée, la pêche artisanale en Algérie est sur le point de connaître un vrai départ.

PUBLIE LE : 27-10-2013 | 23:00
D.R

Longtemps dévalorisée, la pêche artisanale en Algérie est sur le point de connaître un vrai départ. Les pouvoirs publics sont en tout cas conscients de l’importance de ce domaine qui doit avoir une place entière dans un secteur appelé à connaître davantage de développement. Dans ce cadre, le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques a signé hier avec la représentante résidente du PNUD en Algérie une convention portant sur un projet d’appui à la formulation de la stratégie nationale de développement de la pêche et de l’aquaculture visant essentiellement à promouvoir et à développer la pêche artisanale dans notre pays. Le but d’une telle démarche est d’aboutir à la mise en œuvre d’une stratégie nationale pour le développement économique des régions enclavées et déshéritées et la promotion de l’emploi dans la pêche artisanale. La durée de ce projet est d’une année pour un montant de 428.000 dollars alloués par l’ONYD Algérie. « Nous allons mettre en place une vraie stratégie qui commencera d’abord par le recensement et l’identification de cette population qui se trouve généralement loin des ports de pêche. Cette tâche accomplie, nous verrons ensuite quels mécanismes mettre en place pour assurer la croissance et le développement de la pêche artisanale », a expliqué le ministre de la Pêche qui estime que cette population représente la moitié de la pêche maritime de notre pays. Sid Ahmed Ferroukhi a insisté longuement sur le potentiel de la pêche artisanale en Algérie et estimé que le développement ne rime pas forcément avec le volume, la taille et la puissance, allusion faite aux grands pêcheurs. « La pêche artisanale est aussi pourvoyeuse d’emploi et peut contribuer au développement », a-t-il souligné. Selon la coordonatrice résidente du PNUD en Algérie : « C’est un projet qui vise à appuyer les efforts du gouvernement algérien et à l’accompagner dans ce registre dans le cadre de la mise en application d’une stratégie forte allant dans le sens du développement de la pêche artisanale et la création des petites et moyennes entreprises. Aussi, nous veillons à une gestion durable des ressources naturelles et à une exploitation rationnelle », a déclaré Christina Amaral qui se dit convaincue des formidables opportunités qu’offre le secteur de la pêche en Algérie. Il faut savoir que dans le monde, les pêcheries artisanales emploient, selon la FAO, 90% des pêcheurs et travailleurs du secteur de la pêche dont la moitié sont des femmes. En Algérie, on estime entre 60% et 70% le taux de la flottille nationale qui pratique ce type d’activité alors que la flottille de pêche s’élève à plus de 2.700 petits métiers.
S. A. M.
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions