samedi 07 dcembre 2019 12:03:20

Téléphonie mobile 3G : Réunion à huis clos pour définir les wilayas à couvrir

La commission d’appel à la concurrence de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) a convié, hier, les trois opérateurs de téléphonie mobile...

PUBLIE LE : 22-10-2013 | 0:00

La commission d’appel à la concurrence de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) a convié, hier, les trois opérateurs de téléphonie mobile, attributaires provisoires des licences 3G, pour une réunion à huis clos afin de définir les wilayas devant être couvertes par leur réseau de télécommunication de 3e génération pour la première année. Cette invitation a été adressée aux trois soumissionnaires, lors de la séance de proclamation des résultats de l’appel à la concurrence, lancé en août dernier, pour l’octroi de trois licences 3G.
Organisée au siège de l’ARPT, cette rencontre qui a duré jusqu’à tard dans la soirée a été présidée par M. Salah Mahgoune, président de la commission d’appel, les six membres de la commission, ainsi que les représentants des trois opérateurs de la téléphonie mobile, à savoir ATM Mobilis, Wataniya Telecom Algérie Nedjma et Orascom Telecom Algérie.
Pour rappel, dans les critères techniques et financiers posés par le règlement de l’appel à la concurrence, la commission a classé en pole position, l’offre de l’opérateur historique de la téléphonie mobile ATM Mobilis, suivie de Wataniya Telecom Algérie et de d’Orascom Telecom Algérie.
Pour ce qui est du déploiement du réseau, l’ARPT a retenu les villes d’Alger, Oran, Constantine et Ouargla, pour la phase de lancement prévue le 1er décembre prochain pour chacun des trois opérateurs.
Le cahier des charges oblige la présence d’au moins un opérateur dans chaque wilaya du pays, et ce durant les trois premières années du lancement de la 3G. Au-delà de 5 années, les trois opérateurs seront obligés d’être présents dans toutes les wilayas. Le cahier des charges prévoit également un taux de couverture réseau 3G de 80% du territoire national en 2018.
Néanmoins, l’exclusivité territoriale pour chaque opérateur dans une wilaya donnée ne dépasse pas une période d’une année. Au-delà de ce délai, les autres opérateurs peuvent déployer leur réseau 3G.
L’offre financière est dotée de 400 points, soit une valeur minimum de 3 milliards de dinars, en plus d’une redevance annuelle de 1% du chiffre d’affaires de l’opérateur. ATM Mobilis, qui a présenté la meilleure offre, bénéficie aussi du droit d’opter pour les wilayas de son choix pour son déploiement.
Ainsi, l’opérateur public a décroché l’avantage du plus grand nombre des wilayas à couvrir, en plus des quatre métropoles, à savoir Alger, Oran, Constantine et Ouargla, qui s’imposent aux trois compétiteurs selon les exigences du cahier des charges.
Il y a lieu de souligner que Mobilis a présenté une offre financière, évaluée sur 400 points de 5 milliards de DA, tout autant que Nedjma, alors que Djezzy n’a proposé que 3 milliards de DA comme fixé initialement par l’ARPT, selon une source proche du dossier.
Sihem Oubraham
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions