jeudi 20 septembre 2018 00:34:40

Assemblées annuelles du FMI et de la BM : M. Laksaci appelle la communauté internationale à soutenir les pays arabes en transition

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohammed Laksaci, a appelé hier à Washington à un soutien fort de la part de la communauté internationale aux pays arabes en transition marqués par l’instabilité politique et macroéconomique.

PUBLIE LE : 13-10-2013 | 0:00
D.R

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohammed Laksaci, a appelé hier à Washington à un soutien fort de la part de la communauté internationale aux pays arabes en transition marqués par l’instabilité politique et macroéconomique.

M. Laksaci s’exprimait au nom du groupe des pays qu’il représente (Algérie, Afghanistan, Ghana, Iran, Maroc, Pakistan et Tunisie) à la réunion du Comité monétaire et financier international du FMI (CMFI) dans le cadre des assemblées annuelles du Fonds et de la Banque mondiale qui se tient du 11 au 13 octobre dans la capitale fédérale américaine. Evoquant la conjoncture actuelle dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), le gouverneur de la Banque d’Algérie a relevé qu’une croissance forte et diversifiée ainsi qu’une réduction nécessaire du chômage demeuraient des défis importants. Ce qui appelle, a-t-il insisté, à davantage d’efforts pour préserver la stabilité macroéconomique et accélérer la mise en œuvre des réformes structurelles afin de renforcer la productivité et le potentiel de croissance.
Dans ce sillage, il a considéré qu’un soutien fort de la part de la communauté internationale aux pays arabes en transition, y compris de la part du FMI, était ‘‘essentiel’’. En effet, a expliqué M. Laksaci, le chemin de la transition est jonché d’incertitudes et de risques et nécessite une adaptation continue des programmes de réformes aux circonstances et contraintes des pays pris individuellement. Au nom du groupe qu’il représente, il a alors appelé le FMI et les autres institutions financières internationales à faire preuve de plus de flexibilité dans leur implication au niveau des pays arabes en transition et à adapter leur assistance aux circonstances et besoins spécifiques de ces pays.

Intenses activités de Karim Djoudi à Washington
De son côté, le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, a pris part à plusieurs activités dans le cadre des assemblées annuelles du FMI et de la Banque Mondiale. Outre la séance plénière de ces assemblées annuelles ouvertes vendredi dernier dans la capitale fédérale américaine, M. Djoudi a aussi assisté à la réunion du Comité monétaire et financier international (CMFI) lequel est chargé de donner des avis et de faire rapport au Conseil des gouverneurs du FMI concernant la gestion et l’adaptation du système monétaire et financier international.
Le ministre des Finances a également participé aux travaux du Comité de développement qui est le Comité ministériel conjoint des Conseils des gouverneurs du FMI et de la BM, chargé des questions cruciales de développement et des ressources financières requises pour promouvoir l’essor économique des pays en développement. Durant cette rencontre, les discussions ont essentiellement porté sur la nouvelle stratégie de développement élaborée par la BM. Pour coordonner la position des pays en développement au sein du FMI et de la BM sur les questions relatives au système monétaire et financier international aux fins de veiller à faire valoir leurs intérêts dans les négociations monétaires internationales, M. Djoudi a pris part à la réunion du G24 au titre de l’un des neuf représentants du groupe Afrique. Au cours de son intervention, le ministre a observé que dans un contexte macroéconomique mondial instable et marqué par des incertitudes, les investisseurs marquent des réticences dans l’engagement sur le long terme, contribuant à compromettre la croissance. L’autre point relevé devant ses homologues du G24 est que les contraintes liées à la croissance, à la stabilité du cadre macroéconomique et au contexte social de chacun des pays en développement ne pourraient, en aucun cas, être traitées et résolues avec des schémas-types qui ne répondent pas nécessairement aux préoccupations spécifiques de chacun des pays.
Par ailleurs, le premier Argentier du pays a soulevé la problématique du chômage structurel qui ne cesse d’augmenter chez les jeunes notamment dans les pays arabes et africains. Dans ce sens, il a souhaité un appui plus conséquent des institutions multilatérales comme appoint aux dispositifs nationaux des pays, et ce, pour le renforcement des capacités et l’accompagnement afin d’assurer la durabilité de l’emploi et d’améliorer l’employabilité. Concernant le secteur des infrastructures, M. Djoudi a plaidé pour un partenariat qui permette un transfert de technologie et un positionnement des pays en développement à un niveau international dans ce domaine. En marge des assemblées annuelles du FMI et de la BM, le ministre a eu, vendredi, des rencontres bilatérales avec, respectivement, le président de la Banque islamique de développement, M. Ahmed Mohammed Ali, les ministres des Finances tunisien, M. Elyes Fakhfakh, et iranien, M. Ali Tayebnia.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions