mardi 14 juillet 2020 01:39:52

Lutte contre la tuberculose en Afrique : Renforcer la coopération continentale

La 6e session de formation des cadres africains au diagnostic bactériologique de la tuberculose et au diagnostic du paludisme a été clôturée, hier, à Alger.

PUBLIE LE : 10-10-2013 | 0:00
D.R

La 6e session de formation des cadres africains au diagnostic bactériologique de la tuberculose et au diagnostic du paludisme a été clôturée, hier, à Alger.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a présidé hier à Alger, la cérémonie de clôture de la 6e session de formation des cadres africains au diagnostic bactériologique de la tuberculose et au diagnostic du paludisme. Dans son discours, M. Boudiaf a déclaré que « cette formation entre dans le cadre des relations consolidées qui lient l’Algérie à la Ligue des Etats arabes, et partant du souci et de l’intérêt permanent de l’Algérie à aider les pays du continent africain en vue de renforcer leurs capacités scientifiques et techniques. »
Il a expliqué que « l’Algérie, forte de son expérience et du niveau d’expertise de ses cadres, a répondu une nouvelle fois sans hésitation à la sollicitation du Fonds arabe d’assistance technique aux pays africains, afin de coorganiser ces sessions de formation sur le paludisme et la tuberculose au profit des cadres africains.» Et d’ajouter : « Ces cadres délégués par leurs pays respectifs sont d’horizons professionnels divers et sont tous des acteurs importants  dans la santé publique (médecins, infirmiers, biologistes, techniciens, gestionnaires de programme). Ils sont venus avec la ferme volonté de tirer le maximum de profit de cette formation dont l’objectif principal est le renforcement des capacités techniques et scientifiques en matière de diagnostic de la tuberculose et du paludisme.»
Selon lui, à la lecture du programme de travail, l’on constate qu’aucun volet de la question n’a été négligée. « En effet, en plus des volets théoriques et pratiques en laboratoire, des visites sur le terrain ont été organisées et encadrées par les enseignants. Cette session de formation a constitué, sans aucun doute, une nouvelle fois une opportunité pour échanger vos connaissances et surtout vos expériences de lutte avec les experts algériens », a-t-il estimé.
M. Boudiaf a indiqué que « l’expérience algérienne dans la lutte contre le paludisme et la tuberculose remontant aux décennies 1960 et 70, a été largement débattue et a permis de tirer les enseignements très utiles en termes de stratégie de lutte.»
Le ministre a souligné que « les résultats attendus de cette formation sont de renforcer la coopération en matière de santé entre l’Algérie et les pays africains, faire profiter les pays africains participants, de l’expérience positive de l’Algérie en matière de lutte contre la tuberculose et le paludisme et consolider techniquement en termes de procédures et de savoir- faire de laboratoires de type périphérique, par une meilleure connaissance des précautions de sécurité à garantir lors du diagnostic et de l’assurance qualité et de son évaluation.» Il a déclaré que « la proposition de la Ligue arabe de diversifier les thèmes de formation en tenant compte de la situation sanitaire prévalant dans ces pays a retenu l’attention des autorités sanitaires algériennes et le choix d’autres thèmes fera l’objet d’une étude.»
A cette occasion, le ministre a rendu hommage aux professeurs Chaulet, Larbaoui et Oussedik et d’autres experts pour leur engagement dans la lutte contre la tuberculose en Algérie.
Wassila Benhamed 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions