dimanche 17 dcembre 2017 07:13:14

Ouverture à Riadh El Feth du 6e festival international de la bande dessinée : « Faire connaître les nouvelles productions algériennes »

C’est aux sons chaleureux et tonitruants des karkabous qu’a été accueilli Mme Khalida Toumi à l’esplanade où étaient dressés un nombre impressionnant de chapiteaux blancs montés par les nomades et passionnés de la bande dessinée, que fut inaugurée la nouvelle édition du FIBDA aux couleurs des ballons qui furent lâchés dans le ciel.

PUBLIE LE : 09-10-2013 | 0:00
Ph : Louiza.M

C’est aux sons chaleureux et tonitruants des karkabous qu’a été accueilli Mme Khalida Toumi à l’esplanade où étaient dressés un nombre impressionnant de chapiteaux blancs montés par les nomades et passionnés de la bande dessinée, que fut inaugurée la nouvelle édition du FIBDA aux couleurs des ballons qui furent lâchés dans le ciel. Alors qu’une foule immense de badauds s’impatientait à l’extérieur pour contempler de loin l’événement culturel, la ministre de la Culture, suivie par les artistes bédéistes venus de tous les continents ainsi qu’une délégation d’ambassadeurs des pays représentés en Algérie et le présidents de festival d’Angoulême, a procédé à la visite des différents stands, en commençant par celui du Cameroun, invité d’honneur de cette édition, puis à celui des Philippines en écoutant patiemment les explications de l’attaché culturel passant en revue toutes les planches exposées. La visite au cours de laquelle Mme Toumi s’est informée de toutes les nouveautés des pays hôtes  qui ont ramené avec eux plus d’une centaine de planches, en compagnie de la commissaire du festival et qui aura duré plus de deux heures, s’est terminée dans une ambiance de fête et de joie et beaucoup d’émotion, par un hommage appuyé au célèbre caricaturiste et pionnier du 9e art algérien dans les années 1970, M. Rachid Ait Kaci, originaire de Mostaganem et auteur du deuxième album de BD paru en Algérie sous le titre « Le Pont » édité en 1969 par l’hebdomadaire Algérie Actualité. Ce dernier habillé du burnous marron que l’on venait de lui offrir en signe de reconnaissance s’est dit satisfait de recevoir ce grand honneur, le plus marquant de sa vie d’autant qu’il se déroule dans son pays d’origine. En marge de cette cérémonie la ministre de la Culture a déclaré à la presse que ce festival qui réunit tous les amateurs et férus de cet art, est une occasion pour les organisateurs de faire valoir la nouvelle production algérienne sachant que chaque année des albums collectifs sont édités à cette occasion, comme c’est le cas pour celui de 2013 intitulé « Les déchaînés ».               
L. Graba
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions