mardi 25 juin 2019 21:50:56

Le groupe vénézuélien Rebatina au palais de la Culture : Une interprétation exécutée avec brio

Le célèbre trio bolivien a donné dans la soirée de lundi dernier dans une atmosphère quasi monacale et une assistance composée essentiellement d’hispanophones un palpitant et savoureux concert avec une instrumentation faite uniquement des accords synchrones de guitares.

PUBLIE LE : 02-10-2013 | 0:00
D.R

Le célèbre trio bolivien a donné dans la soirée de lundi dernier dans une atmosphère quasi monacale et une assistance composée essentiellement d’hispanophones un palpitant et savoureux concert avec une instrumentation faite uniquement des accords synchrones de guitares. Entrant dans le cadre de la semaine culturelle d’un pays ami de l’Algérie avec un large éventail d’activités artistiques initiées sous le patronage du ministère de la culture et de l’agence algérienne pour le rayonnement culturel, le récital s’est déroulé en présence de son excellence Monsieur Hector Michel Mujica Ricardo, ambassadeur de la République Bolivarienne du Venezuela qui avait annoncé en ouverture que la troupe de musiciens se déplacerait à Tindouf dans l’extrême sud, pour donner un autre concert en solidarité avec le peuple saharaoui avant de se produire à l’auditorium de la radio nationale. Le groupe Rebatina qui a vu le jour en janvier 2009 dans la ville pittoresque de Caracas est composé d’une femme Dora Chavez jouant magnifiquement à la mandoline, de Gustavo marquez à la basse et de Jésus Duran au cuatro. L’interprétation très agréable à l’écoute qui fut donnée pendant cette soirée où le public était pour ainsi dire happé par des mélodies exécutées à la mandoline par la guitariste Dora, traduisait une belle harmonie de sons faisant valoir un style de grande qualité musicale et transmettant de chaleureuses ondes positives et agréables. Cette musique vénézuélienne qui prend ses sources dans le tempo latino-américain, interprétée avec un certain brio par le groupe, fut une occasion pour le public d’aller à la découverte d’un répertoire inédit  composé par des auteurs peu connus dans ce pays  ainsi que des titres populaires dont les arrangements varient du folklore au contemporain. Le concert donnait à voir dans des tons parfois hauts et à d’autres moments bas dans une sorte de mouvement qui allait en crescendo une parfait combinaison musicale faite d’un jeu de guitares avec parfois quelques improvisations à la basse, qui allaient dans la légèreté et la spontanéité pour atteindre une clarté de la tendance et une solidité de l’exécution prouvant l’originalité des œuvres interprétées et dont on sait qu’elles ont pu gagner l’appréciation d’un public hétéroclite composé de toutes les catégories sociales de ce pays.
Les spectateurs plongés dans un silence religieux ont pu admirer à travers ces partitions alliant la musique traditionnelle et moderne, cette remarquable synthèse contenue dans l’interprétation souvent versatile exécutée par ce groupe, une interprétation à travers un jeu de guitares qui pouvait de passer de la voix puisqu’elle constitue à elle seule un langage reflétant l’identité culturelle bolivarienne.
Lynda Graba

 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions