mardi 19 novembre 2019 12:47:05

Relizane, DEUX FOYERS D'INCENDIE : 340 ha de broussailles détruits

Tourisme et sécurité : La complémentarité

PUBLIE LE : 29-09-2013 | 0:00
D.R

Deux foyers d'incendie, enregistrés jeudi soir dans la wilaya de Relizane, ont détruit 340 hectares de broussailles, a-t-on appris vendredi auprès des services de la Protection civile. Quelque 300 hectares de broussailles et plus de 200 arbres fruitiers entre oliviers, figuiers et grenadiers ont été la proie des flammes, a indiqué la même source, ajoutant que le premier feu s'est déclaré pendant huit heures au niveau de la zone "Bouloufa" dans la daïra de Mazouna, au nord-est de la wilaya. L'incendie a nécessité l'intervention des agents de la Protection civile de deux unités d’Oued Rhiou et Oued Djemaâ, ainsi que la mobilisation d'importants moyens pour venir à bout des flammes. Le deuxième feu, qui s'est déclaré à Sidi Slimane, une zone tampon située entre les communes de Zemmoura et d’Oued Djemaâ, a détruit 40 hectares de broussailles. Il a fallu six heures de lutte pour éteindre ce feu, a-t-on ajouté de même source. La wilaya de Relizane a connu, avant-hier, un autre incendie dans le voisinage de la forêt d’Ouled Tayeb (commune de Ramka), au sud de la wilaya où 5 ha de maquis ont été détruits.

Tourisme et sécurité : La complémentarité
lLes nouvelles sûretés urbaines et des unités spéciales de brigades mobiles de police judiciaire (BMPJ) seront ouvertes au niveau de certaines agglomérations urbaines telles que haï Bouamama (Oran), haï Belgaïd (Bir El-Djir), haï Nedjma (ex-Chteïbo) et la localité d’Aïn El-Beïda (Es-Sénia)", a déclaré le commissaire divisionnaire Salah Nouasri. Mis en place quelques jours avant le début de la saison estivale, le plan anti-délinquance semble avoir connu un franc succès à l’issue du bilan etabli par la sûrete de wilaya à la fin de l’été. Toutes les bandes criminelles ont été neutralisées. Une présence sur le terrain d’autant plus efficace que selon les récentes déclarations du ministre du Tourisme, Mohamed Amine Hadj Saïd, 28 millions d’Algériens se sont rendus sur les plages du nord-ouest durant l’été 2013. Trois wilayas trônent sur le podium : Mostaganem, Aïn Témouchent et Oran. Surfant sur cette tendance partie pour se confirmer puisque l’année dernière, la wilaya d’Oran a reçu plus de 14 millions d’estivants et en 2013, près de 13 millions d’estivants (un nombre de visiteurs qu’aucune autre wilaya du pays n’a atteint), la ville organise aujourd’hui, au centre des Conventions, des portes ouvertes sur le secteur du tourisme à Oran. Certes, la date n’est pas fortuite : elle coïncide avec la Journée mondiale du tourisme, placée, cette année, sous le signe «Le tourisme et l’eau : protéger notre avenir commun». Le tourisme est un secteur qui pèse mille milliards de dollars. Plus d’un milliard de touristes par an voyagent de par le monde et cinq à six milliards d’autres voyagent à l’intérieur de leur propre pays. Qu’en est-il en Algérie ? Malgré son potentiel naturel et culturel, l’Algérie n’arrive pas à se poser comme une destination touristique comparativement à certains pays de la région. D’une phrase, M. Mohamed Amine Hadj-Saïd, alors secrétaire d’État au Tourisme dans le gouvernement précédent, avait résumé cet état : «L’Algérie est un territoire d’excellence, mais pas encore une destination.» Le tourisme réceptif reste le défi.
M. Koursi

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions