dimanche 18 aot 2019 03:57:55

LIGUE DES CHAMPIONS : Le Real se promène à Galatasaray, corrigé 6 à 1

La Juventus bute sur le FC Copenhague

PUBLIE LE : 18-09-2013 | 23:00
D.R

Le Real Madrid a parfaitement réussi à Istanbul son entrée dans la Ligue des champions en infligeant une sévère correction à Galatasaray (6 à 1 ; mi-temps : 0-1), totalement dépassé par le froid réalisme des Galactiques de Carlo Ancelotti. Malmené pendant la première demi-heure par une formation turque malchanceuse, le Real a ouvert le score contre le cours du jeu grâce au jeune prodige Isco (33’), bien servi par Di Maria.

Doublé de Benzema en bleu. Jusque-là, les Rouge et Jaune avaient pourtant dominé les débats mais buté à plusieurs reprises sur le gardien espagnol Diego Lopez, entré au quart d'heure de jeu à la place d'Iker Casillas, blessé. Yilmaz par deux fois et surtout Melo, sur une tête (29’), manquaient d'un rien d'ouvrir le score. Après le but d'Isco, les Madrilènes, en maillot bleu, ont irrémédiablement pris le contrôle du jeu. Dès la reprise, ils aggravaient le score sur un but assassin de Benzema (54’), servi en profondeur à la limite du hors-jeu par Di Maria. La rencontre tournait alors à la démonstration. Par deux fois, Ronaldo aggravait la note. D'abord sur un centre de Di Maria (63’), encore lui, puis, trois minutes plus tard, en reprenant aux 6 m un coup franc tiré par le joueur le plus cher du monde, le Gallois Gareth Bale, transféré au Real pour près de 100 millions d'euros (66’). A 4-0, Madrid assurait le spectacle en jouant en contre, sans forcer son talent. Et Benzema, muet avec l'équipe de France, réussissait le doublé en trompant à nouveau Muslera (81’). Sur une de leurs rares actions, les joueurs de Galatasaray parvenaient à sauver l'honneur grâce à Bulut, qui déviait du pied un centre d'Amrabat (84’). Mais le cauchemar n'était pas fini pour les joueurs d'Istanbul. Très en verve, Ronaldo se promenait dans la défense turque pour réussir un triplé (90’) et parachever la victoire du Real.

--------------------------

Benfica frappe d'entrée contre Anderlecht
Pour le centième match de son histoire européenne au stade de la Luz, Benfica n'a pas laissé planer le suspense très longtemps et a remporté une victoire logique (2-0) mardi soir à Lisbonne face à Anderlecht, le double champion de Belgique, rapidement dépassé. Le Benfica n'a mis que 4 minutes pour ouvrir le score, Filipp Djuricic,l'un des six Serbes présents sur la pelouse, reprenant de près un ballon mal repoussé par le gardien belge Silvio Proto sur un tir du gauche d'Enzo Perez. Les Portugais se mettaient à l'abri dès la demi-heure de jeu : le défenseur brésilien Luisao profitait d'une nouvelle erreur de la défense belge pour marquer le 2-0, le 4e but de sa carrière en compétitions européennes. Proto s'était auparavant montré à son avantage sur deux tirs de Cardozo (22’ et 23’). En deuxième période, l'équipe de John Van den Brom sortait enfin de sa coquille grâce au rapide attaquant ghanéen Frank Acheampong qui obligeait le gardien lisboète Artur à deux interventions. A la 54’, Anderlecht était tout près de réduire le score mais Artur détournait du bout des gants un coup de tête de Mitrovic. Beaucoup plus attentiste, la formation de Jorge Jesus, qui a rêvé d'un triplé la saison dernière avant de tout perdre (championnat, coupe, Europa League) laissait venir son adversaire, jouant en contre. Les Mauves, beaucoup plus en vue, continuaient de pousser mais Kouyaté (88’) se voyait refuser un but pour une position de hors jeu avant un ultime sauvetage de Artur (90’) sur une tête de Suarez.

--------------------------

Rooney met MU et Moyes sur de bons rails
Manchester United, sans toutefois éviter quelques frayeurs à David Moyes pour son 1er match européen en tant qu'entraîneur des Red Devils, s'est mis sur de bons rails en dominant Leverkusen (4-2) grâce à Rooney, mardi lors de la 1re journée du groupe A de la Ligue des champions. Pour la 1re fois depuis le 20 mars 1985, Sir Alex Ferguson n'était pas sur le banc mais dans les tribunes d'Old Trafford. L'équipe, désormais entraînée par un autre Écossais, a pourtant fait en sorte de perpétuer la tradition maison en remportant son 1er match.
La performance des coéquipiers du duo Rooney-Van Persie va toutefois faire encore parler en Angleterre, trois jours après le penalty généreux qui a permis à MU de dominer Crystal Palace (2-0). Car le 1er but de Rooney a été validé alors que Evra, le passeur et Van Persie étaient en position de hors-jeu au départ de l'action, mais surtout grâce à un écran involontaire de Valencia qui a empêché Leno de quitter sa ligne (22’). Quoique dominateur, Manchester n'a alors pas réussi à faire le break à ce moment-là et un peu de laxisme aux abords de sa surface a permis à Rolfes, après un bon travail de Son, d'égaliser (54’). Heureusement alors que Van Persie d'une volée acrobatique a permis à son équipe de ne pas tergiverser trop longtemps (59’). Le 200e de Rooney. Arborant son bandeau pour cacher une vilaine entaille à la tête, Rooney, après avoir débloqué son compteur samedi, donnait ensuite des allures plus festives à la victoire en inscrivant son 200e but sous les couleurs mancuniennes (70’) avant de donner une passe décisive à Valencia (79’). Absent des quarts de finale depuis deux saisons, MU, privé de joueurs aussi importants que Jones, Rafael, Fletcher ou Nani, commence donc de la meilleure des façons cette campagne alors qu'il restait sur quatre défaites lors de ses six derniers matches européens à domicile et que le début de saison ne laissait pas entrevoir une victoire aussi large. Audacieux, Moyes, qui a titularisé d'entrée l'excellent Fellaini et Kagawa, un ex de Dortmund, peut également se féliciter de ses choix payants à quatre jours d'un 1er derby sulfureux contre City. En face, le 3e du championnat d'Allemagne, malgré la confiance née d'un bon début de saison et de quatre victoires en cinq matches, n'a peut-être pas cru assez tôt en ses chances et péché par inexpérience. Car si le buteur local Kiessling, meilleur spécialiste de Bundesliga en 2013, a été bien tenu en laisse, la défense mancunienne a laissé aux autres des espaces dont ils ont su profiter à l'image du but inutile de Toprak à la 88e minute.

--------------------------

La Juventus bute sur le FC Copenhague
La Juventus Turin a manqué son entrée en Ligue des champions en étant tenue en échec au FC Copenhague (1-1) et son gardien dans un très grand soir, mardi, lors de la 1re journée du groupe B. Au pays des champions d'Europe de handball, Johan Willand a presque tout arrêté et obtenu un joli point pour le FCK, un résultat en revanche bien léger pour la Juve qui ne parle que de retrouver son standing de grand d'Europe. Menée rapidement sur un but de Nicolaj Jorgensen (14’), le costaud avant-centre danois, exploitant un ballon que la défense n'a pas su renvoyer sur un coup franc, la Juve a vite repris le dessus dans le jeu, mais a buté sur le gardien suédois. Seul Fabio Quagliarella, déjà premier buteur "bianconero" la saison dernière en C1, un doublé à Chelsea (2-2), a enfilé un ballon entre les tentacules de Willand, sur un centre de Federico Peluso (54’) .
Ce but récompensait au moins les choix d'Antonio Conte. L'entraîneur avait organisé du roulement dans son effectif, et promu trois non-titulaires, un par ligne, Angelo Ogbonna en défense pour reposer Andrea Barzagli, Peluso en arrière-milieu droit du 3-5-2 pour économiser le souffle de Kwadwo Asamoah, et Quagliarella devant pour ménager le genou de Mirko Vucinic.
Menée la Juve est partie à l'assaut, mais Willand a sorti deux arrêts incroyables coup sur coup sur une tête de Giorgio Chiellini (20’) et une reprise de Paul Pogba à bout portant (21’). A la reprise, le siège n'a rapporté qu'un but, le gardien suédois a gagné des tête-à-tête avec Tevez lancé (52’) puis Arturo Vidal (76’), a encore sorti une frappe de "l'Apache" (77’) et dans la même minute a vu une tête de Pogba passer juste à côté. Quagliarella, lui, a heurté la transversale d'une tête décroisée (64’). Copenhague n'a plus mis un orteil dans le camp turinois, le gardien a tout fait, exactement comme Jesper Hansen du Nordsjaelland l'an dernier pour le même score. Cela n'avait pas empêché la Juve de sortir des poules.

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
Presedant
Suivent
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions