mercredi 12 aot 2020 19:07:26

Palestine : L’UE appelée à trouver une nouvelle option de paix

L’UE n’exerce pas de pressions politiques sur Israël

PUBLIE LE : 17-09-2013 | 23:00
D.R

Plusieurs Ong françaises et européennes des  droits de l’homme ont appelé mardi l’Union européenne (UE) à trouver une «nouvelle option de paix» plus efficace après les accords d’Oslo, signés en 1993 entre la Palestine et Israël pour mettre fin à l’occupation israélienne.  «Conformément à leurs engagements en faveur de la lutte contre l’impunité et la promotion du respect du droit international, l’UE et ses Etats membres ont un rôle clé à jouer pour mettre fin aux violations par Israël des résolutions  internationales» dans les territoires palestiniens occupés, déclarent ces Ong, dont CCFD-Terre Solidaire et le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme, dans un appel rendu publique mardi. Elles rappellent, notamment que les deux décennies de «négociations infructueuses» ayant suivi l’adoption des accords d’Oslo entre Israël et la Palestine ont coûté la vie à «des milliers de civils palestiniens», ajoutant que la population de colons israéliens dans les territoires palestiniens a doublé, «passant d’un quart à plus d’un demi-million» au moment où «des centaines de kilomètres carrés de terre palestinienne ont été confisqués alors que la bande Ghaza reste strictement isolée de la Cisjordanie».       
   «Pendant ce temps, comme si nous étions encore en 1993, le processus  de paix continue de s’appuyer sur la même formule inefficace de négociation  inégale dénuée de référence au droit international», déplorent ces Ong, soulignant  que  «l’obstination» de la communauté internationale, y compris l’UE, à garder  ce processus en vie «a permis aux violations du droit international de se poursuivre sur le terrain».          
 Ces Ong affirment aussi que depuis la signature de ces accords, «plus de 14.000 foyers» palestiniens ont été détruits par l’armée israélienne, relevant que «la construction du mur de séparation israélien (jugé illégal par la  Cour internationale de justice) a affecté les vies de presque un demi-million  de palestiniens, et que quelque  5.000 Palestiniens sont  encore détenus dans  les prisons israéliennes». Elles rappellent, par ailleurs, que depuis 1993, l’UE a octroyé plus de «6 milliards d’euros» d’aide aux Palestiniens, en soutien au processus d’Oslo, pour construire les institutions d’un futur Etat palestinien et développer son économie mais que ces objectifs ne pouvaient pas avoir d’effet à long terme sans «réels progrès» sur la fin de l’occupation israélienne et sans «le respect» du droit humanitaire international et les lois relatives à la protection  des  droits de l’Homme.                

L’UE n’exerce pas de pressions politiques sur Israël
 Ces Ong qui constatent que l’UE est «souvent critiquée pour allouer de l’argent au lieu d’exercer des pressions politiques sur le gouvernement israéliens», considèrent que l’union n’a pas «suffisamment fait usage de son  influence à cette fin». Elles observent qu’à l’inverse, après les accords d’Oslo, Israël est  devenu l’un des «partenaires les plus privilégiés» de l’UE en termes d’intégration  des marchés, de  programmes et autres mécanismes de coopération, «avec des  échanges commerciaux évalués à 33 mil¡liards d’euros en 2012»,  au moment  où l’accord commercial conclu entre l’UE et l’OLP (Organisation de libération  de la Palestine) demeure «symbolique» en raison des restrictions imposées par l’occupation.   Elles considèrent en outre qu’au vu de l’engagement de l’UE dans les efforts de paix sur le conflit israélo-palestinien, «il revient aux Etats membres de l’Union de garantir le respect des Conventions de Genève et de placer la  question des droits de l’homme au cœur de leurs relations avec les pays tiers,  promouvoir la démocratie et l’Etat de droit et agir avec fermeté pour mettre un terme à l’occupation israélienne des territoires palestiniens». Les Accords d'Oslo sont le résultat d'un ensemble de discussions menées en secret, en parallèle de celles publiques, consécutives à la Conférence de  Madrid de 1991, entre des négociateurs israéliens et palestiniens à Oslo (Norvège), pour poser les premiers jalons d'un règlement du conflit israélo-palestinien.        
 

DONNEZ VOTRE AVIS

Il n'y a actuellement aucune réaction à cette information. Soyez le premier à réagir !

S'inscrire
 

Donnez votre avis

Aidez nous à améliorer votre site en nous envoyant vos commentaires et suggestions